18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:10

Bonjour à tous !

 

254_wise.jpg

 

 

J’en parlais la semaine dernière (« Le community management, c’est chaud ! »), le community management, ce n’est pas si simple qu’il n’y parait. Il ne suffit pas d’un un geek et de « bien gérer sur un PC » pour s’improviser community manager ! 

Avec les buzz #laredoute ou #freemobile de ces derniers jours, vous l’aurez bien compris !

 

 

Une valeur et qualité me semble particulièrement importante dans ce métier : comme pour d’autres, la sagesse et la capacité à prendre du recul quasi immédiatement est une valeur forte ! En effet, bien souvent, la gestion de crise s’avère être un exercice compliqué…

Compliqué parce que, bien souvent, on marche sur des œufs : on se dit alors qu’à la moindre gaffe… C’est pourquoi il faut savoir juger son propre comportement et évaluer les conséquences de tel ou tel acte le plus rapidement possible. 

Quasiment un devin, le community manager ? Pas loin…

Disons que cette qualité de rester serein en cas de « situation chaude » et de prendre un peu de recul pour juger telle ou telle situation et ses éventuelles conséquences, permet d’éviter bien des erreurs possibles…

On l’a bien vu, c’est souvent dans la précipitation que les erreurs se font le plus couramment. Après, certains sont meilleurs et plus rapides que d’autres…

 

C’est pourquoi l’âge peut être un atout. Mais je ne pense pas à l’âge en tant que nombre d’année dans sa vie mais en tant que confrontation à une expérience particulière ! L’idée n’est donc pas d’avoir tant d’années d’expérience mais plutôt d’avoir tant de dossiers et « situations chaudes » correctement gérées. Je dis « correctement » car il ne s’agit pas forcément non plus de trouver la perle rare à chaque fois…

 

Il est également indispensable de pouvoir compter sur un bon réseau. Pas tant pour retweeter votre dernier article mais pour vous signaler tel ou tel comportement « borderline » de votre part, vous donner un avis sur une idée (sans vous la piquer pour autant) sur une manière de faire etc. On critique beaucoup la blogosphère de s’auto-suffire mais cela a l’avantage de pouvoir placer l’entraide (et la « bonne » compétition également) et la participation d’un bon nombre de personnes qualifiées pour cela au centre d’une collaboration souvent efficace !

 

Et vous, qu’en pensez-vous ! N’hésitez pas à me donner vos avis !

 

Bonne journée à tous !

Repost 0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 09:53

Bonjour ! 

 

242_strong-light.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les réseaux sociaux sont-ils la solution à tous vos problèmes ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un premier billet depuis la « pause » du blog de CWM… Soyez indulgent ;-)

 

J’en profite pour remercier tous ceux qui, souvent pendant l’été, proposent des opérations de Guest-blogging. Le guest-blogging est, à mon avis, essentiel pour la vie de la blogosphère. Les lecteurs découvrent d’autres blogueurs et ces derniers sortent de la ligne éditoriale de leur blog sans parler du gain de visibilité… Cet échange doit bien sûr être égalitaire et le billet rédigé en fonction de l’impact potentiel… Je parle bien sûr de blogs d’entreprise, à visée commerciale. Pour les autres, les objectifs sont forcément différents…

 

Les réseaux sociaux, on en parle beaucoup, notamment en fonction de l’actualité. On entend beaucoup dire qu’« il faut être sur les réseaux sociaux » ! Ma réponse, vous la connaissez : tout dépend de ce que l’on veut y faire ; donc, oui et non…

 

Je ne suis pas partisan de la création de comptes, sans les utiliser… Je sais que beaucoup le font mais je ne pense pas que ça apporte quoi que ce soit. Au mieux quelques liens si, au moins, le profil est renseigné… Sur l’image d’une entreprise, en revanche, les effets peuvent être très mauvais. Si vous tombez sur le profil mal renseigné et sans photo d’une entreprise sur Viadeo, Linkedin ou Twitter, ça ne fait pas un très bon effet, si ?

Donc à mon avis, si l’on ne compte rien y faire de manière structurée et intelligente, une présence sur les réseaux sociaux n’est pas à recommander…

 

En revanche, si l’on a un certain nombre d’ambitions sur les réseaux sociaux, que l’on a compris la formidable puissance de ces outils pour le marketing ou que l’on a un community manager sous la main., alors les choses sont différentes…

Mais il faut considérer cela comme un véritable engagement, un réel investissement ! Cela sous-entend donc forcément : 

  • Y passer du temps
  • Ou de l’argent… (et c’est là que le métier de community manager apparait…)

 

Qu’y-t-il à en retirer ?

Il ne faut pas oublier que les réseaux sociaux et plus largement le web 2.0 sont des outils sociaux et relationnels avant de pouvoir prétendre vendre quelque chose. 

Mais les gains potentiels, je le répète, non pas directement en termes financiers, seront potentiellement considérables ! 

Les internautes recherchent prioritairement : 

  • De la fiabilité
  • De la stabilité
  • Du dynamisme

Si votre community manager (que ce soit vous ou un autre) est capable de mettre en avant ces qualités et de formater l’image de l’entreprise dans ce sens, alors l’opération est en bonne voie ! Evidemment, le community manager ne pourra avoir tout à faire : RP, référencement, rédaction, community management, communication, stratégie webmarketing de visibilité et sur la boutique… Il devra fonctionner en partenariat avec d’autres personnes qui en seront chargées…

C’est pourquoi il est si important d’avoir une stratégie webmarketing d’ensemble, pouvant coordonner tous les services, orienter leurs actions dans le même sens ! Les effets sont alors bien meilleurs mais il est essentiel de considérer le média Internet comme un potentiel facteur de réussite. 

 

Les réseaux sociaux, quels qu’ils soient, ne sont donc pas une solution miracle !

Oui, mais…

 

Le travail et la promotion sur les outils 2.0 tels que les réseaux sociaux ou un blog sont un réel métier, vous l’aurez compris. Tout un chacun pense naturellement savoir le faire car il communiqué déjà sur des réseaux ou même un blog, de manière privée…

Mais cette réflexion est trompeuse… Poursuivre des objectifs commerciaux, répondre aux ambitions d’une entreprise et se frotter à ses contraintes, c’est autre chose…

 

Un bon travail de community management pour une entreprise sur le web, c’est du relationnel, du social, du marketing et de la communication, comme je l’ai dit. Mais c’est aussi un bon nombre de compétences ou de métiers, selon la structuration de l’entreprise, satellites et primordiaux : 

  • De la rédaction web : la communication d’une entreprise est forcément confrontée à la rédaction d’un certain nombre de supports écrits (blog, présentation, communiqués, article…)
  • De la communication : les réseaux sont avant tout des outils sociaux destinées à échanger
  • Du référencement
  • De la gestion de réputation : les réseaux sont un formidable outil de bouche à oreille, donc de gestion de son e-reputation et de son image…
  • Du « commercial » (marketing)

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 06:53

Bonjour ! 


234_feutric.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Attention à tout ce qui automatique !


 

 

 

 

 

 

 

 

Ça fait un moment maintenant que @cwmconsulting est sur Twitter maintenant… De plus en plus, l’outil se professionnalise, c’est une bonne chose c’est sûr ! Je pense aux personnes, pas au service en ligne, encore que ce dernier ait également beaucoup changé. 

Ces derniers mois, j’ai remarqué un gros changement dans les comportements de certains. Je reçois de plus en plus de DM (Direct Message) automatiques de la part de gens que je suis depuis peu. 

Vous le savez maintenant, si vous suivez un peu ce blog, je ne suis pas très « chaud » pour tout ce qui est automatique… J’ai un peu pensé à ça et j’en retiens 3 inconvénients principaux : 

  • Ciblage
  • Pertinence du message
  • Suivi des messages

 

Le ciblage de ces messages automatiques est souvent un problème. Sans parler de spam (un « spam report et block » et hop, on n’en parle plus), entamer un discours avec quelqu’un qu’on ne connait pas est souvent difficile. Alors, tenter de s’adresser de manière pertinente et logique à un nouveau follower via un message automatique, devient vraiment complexe. Ces messages automatiques se font via un logiciel qui « classe » les followers via des thématiques spécifiques en fonction de leur bio, TL, contacts…

Ces systèmes-là sont clairement à affiner même si ce n’est déjà pas si mal… Mais j’avoue que recevoir un message automatique me demandant si j’ai des besoins en communication web (alors que c’est mon métier), bof, bof, un peu étrange… Je veux bien cautionner qu’on ne peut pas passer sa vie sur Twitter à écrire des DM mais quand même…

 

Même chose pour le contenu des messages. Attaquer directement par une « amorce commerciale » du type « vous avez des besoins en … » n’est pas terribles si ? Une approche commerciale, c’est d’abord un contact relationnel. Etablir un contact, ce n’est pas simple mais c’est une base sociale surtout si on veut quelque chose de la personne…

Je comprends tout à fait que 140 caractères, c’est peu mais ne vaut-il pas mieux « éveiller la curiosité » en 140 caractères plutôt que foncer « tête baissée » ?

 

Quant au suivi des messages, il est peut-être le problème principal. On ne peut pas être toujours derrière son compte mais dans le cas où

Vous recevez un « DM auto » à 8h (simple exemple)

Vous y répondez à 9h

Et la personne lit votre réponse et vous répond 3 jours plus tard

Ce qui fait que vous ne vous souvenez plus de cette histoire (ce qui est peut-être une stratégie), qu’il vous faut fouiller dans vos archives pour savoir de quoi on vous parle… Pas non plus terrible… La réactivité (je ne dis pas non plus « à la minute ») est essentielle, il me semble et certains l’ont, je ne dis pas le contraire…

 

Le Community Management est un métier. Ce n’est pas donné à tout le monde et il faut le travailler. L’objectif principal de ces messages automatiques (qui ont bon dos, c’est certain), c’est d’amorcer l’échange, la conversation… L’engagement dont je parler un peu plus loin… Ces outils peuvent éventuellement être utile pour cela mais il faut bien penser qu’à partir du moment où la conversation est lancée, il faut savoir la suivre et amener l’interlocuteur là où on veut. Le relationnel et la communication sont également des métiers qu’il faut savoir aborder humblement !

Avant de se lancer dans l’utilisation d’outils commerciaux qui facilitent le contact, il faut être certain que l’on pourra « assumer » derrière. Avoir pleins de (bons) followers qui vous suivent mais ne pas savoir quoi leur dire n’est pas forcément une solution idéale !

 

Ces outils intriguants

Ces outils qui poussent à l’automatique (sans parler de spam), ils peuvent être très utiles mais il faut savoir les utiliser !

J’avais entendu parler de Socialomate, il y a quelques temps. @Flo_Hernandez m’en a expliqué le fonctionnement. Cette application met en avant « l’engagement sur Twitter ». Il s’agit de classer les nouveaux followers et de leur proposer des scenarii théoriquement adaptés selon les groupes de followers. Vous construisez vous-même ces scenarii. Je m’explique : un message automatique est envoyé à un nouveau followers selon sa bio et ce qu’il y dit aimer. 2 semaines plus tard, un autre message est envoyé… Dès que la personne y répond personnellement, vous pouvez reprendre la main…

Le concept me parait très intéressant même s’il n’est pas nouveau. Cela permet de limiter largement les points évoqués au-dessus et cette idée proactive d’un début de conversation m’intéresse beaucoup… Bientôt, j’y passerai probablement un peu de temps…

 

Il est certain que les messages automatiques permettent un gain de temps, de productivité et donc d’argent considérable. Mais cela pose l’habituel problème de la déshumanisation de la relation sociale sur Twitter…

 

Alors, sans vouloir réinventer la roue, qu’en pensez-vous ? Des logiciels tels que Socialomate pourraient-ils être l’avenir du conversationnel sur Twitter ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 06:42

Bonjour ! 


232_earth.jpg

 

 

 

Pour pouvoir parler de tout !

 

 

 

 

 

Je viens de me créer un compte perso (que je ne précise pas ici, vu justement qu’il est « perso » et que ce blog est pro !). Je l’annonce sur Twitter avec mon compte pro et hop @denis_GUITEL me répond très vite que ça pourrait faire le sujet d’un article ! Bonne idée, non ?

Voilà donc mes réflexions sur le sujet ! 

 

Je suis toujours resté très conservateur sur le sujet et n’ai jamais ouvert de compte privé avant, quel que soit le réseau social, hors facebook comme beaucoup de gens… 

L’inconvénient essentiel, c’est le mélange des genres ! La plupart des comptes mélangent les informations. Du moins, elles ne présentent pas la même ligne éditoriale que vous. Il est donc logique qu’elle ne tweete ou retweete pas le même type d’informations que vous. 

Car là est bien le problème : la ligne éditoriale. Il est rarissime de voir 2 lignes éditoriales équivalentes… Si les twittos parlaient tous des mêmes choses de la même façon, les échanges sur le web n’auraient aucun intérêt… C’est cette différente de discours qui forme une base essentielle à la communication sur Twitter. 

 

Adopter une ligne éditoriale sur Twitter est essentiel pour :

  • Approfondir un sujet (ne pas trop s’en écarter)
  • Structurer un discours (être transparent et compréhensible)
  • Limiter ses interventions (et donc ses dépenses d’énergie et de temps)
  • Poursuivre et atteindre des objectifs précis

 

Mais suivre cette ligne éditoriale, d’un point de vue pro, cela limite largement les RT ou tweets lorsque cela touche un autre sujet. Par exemple, vous voyez passer un tweet sur de l’actualité en Syrie mais votre ligne éditoriale ne vous le permet pas. Vous le RT ou non ? D’un côté, l’information est importante mais de l’autre, vos followers n’ont pas forcément envie de la voir sur votre compte, ce n’est pas pour cela qu’il vous suive. Je pense toujours qu’il est essentiel de tenir une ligne éditoriale relativement stricte !

Une solution s’impose alors : créer un compte autre pour ce genre d’informations… 

 

Mais comme cette évolution est récente, je n’ai pas de conclusion définitive sur l’utilisation d’un compte personnel sur Twitter.  Mais je vous ferai part de mes réflexions… Promis !

 

Et vous un compte perso ou pas ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 11:50

Bonjour ! 


logo-viadeo.png

 

1 + 1 = 3 ?

 

 

 

A la suite de mon billet de mardi sur la complexité toute relative de Twitter, je pose la même question sur Viadeo… 

Les médias parlent nettement plus de Twitter que de Viadeo. C’est un fait… Cela se retrouve même sur le générateur de mots-clés de Google ! Je cherchais ce qui était tapé (je pense peut-être lancer un audit sur l’utilisation du réseau social professionnel Viadeo, un peu du même type de ce que je propose depuis cette semaine à propos de l’utilisation de Twitter) et j’ai trouvé globalement moins de recherches mais plus orientées sur le professionnel et le b2b. 

Cela veut tout dire, non ? Oui, Viadeo est nettement plus utilisé dans un objectif professionnel de b2b. Se faire connaître, oui mais uniquement pour des relations commerciales. Du moins, c’est dans cet objectif-là que Viadeo se positionne. 

 

Il est certain de toute façon que Viadeo, que l’on compare souvent au réseau social LinkedIn, est sur un créneau professionnel… Sur la timeline de Viadeo, des remarques comme « j’ai mangé des nouilles ce midi » a encore moins de sens que sur Facebook, réseau généraliste où l’on trouve énormément de ce genre de commentaires…

 

Et là, un élément essentiel rentre en ligne de compte : la complémentarité des réseaux ! J’aime assez à orienter mes clients sur l’utilisation de ces deux (entre autres) outils de manière complémentaire. Cette complémentarité sous-entend forcément 2 lignes éditoriales distinctes même si elles partagent certaines spécificités. 

Par exemple, sur Twitter, on sera plus généraliste et orienté « rediffusion de l’information » pour utiliser le formidable pouvoir de RT et de bouche à oreille de l’outil alors que Viadeo permettra de faire connaître l’étendue de ses possibilités, par l’utilisation des hubs spécialisés…

 

Viadeo n’est pas plus compliqué d’utilisation. Ce réseau est plus vaste et ses possibilités plus larges (dans une utilisation professionnelle, j’entends). Par exemple sur Twitter, une stratégie ciblée permet de construire, façonner un réseau spécifique. L’importance du réseau se montre alors tout particulièrement. Sur Viadeo, les outils ont une grande importance et donne une spécificité à l’outil. Le réseau n’est, à mon avis, pas l’outil le plus efficace de Viadeo mais les hubs, les actus ou les annonces sont très efficaces. Il y a peu, j’en parlais sur le site Inside Référencement (« Ce que peut apporter Viadeo pour la visibilité de votre entreprise »)...

 

Viadeo peut également être utilisé comme un CV en ligne, pas Twitter. Twitter peut jouer le rôle de référence en Community Management (le nombre de followers reste un indice largement utilisé même s’il est peu fiable). 

 

On le voit bien ! Les deux outils sont différents mais peuvent tout à fait être associés pour une communication web optimale (à côté de rédaction web, webmarketing…). 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Utilisez-vous ces outils de manière complémentaire ?

 

Bonne journée !

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 06:56

Bonjour ! 


twitter-logo.png

 

 

 

 

 

 

Un outil d’apparence complexe mais finalement abordable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous le savez peut-être, mais depuis hier, j’ai lancé une prestation d’audit sur comment utiliser Twitter. Dans le but d’aider ceux qui pensent en avoir besoin pour optimiser son compte et ses tweets… Mais il ne s’agit pas de parler d’une offre commerciale ici mais bien de cet outil et de l’utilisation qui en est couramment faite…

 

Comme je le dis sur un communiqué de presse à propos de cette offre, il existe autant d’utilisation de cet outil que d’utilisateurs ! Simplement, sont-elles optimales ? Les faits sont les faits, les comptes qui ont la meilleure utilisation de cet outil sont les plus stables en matière de nombre de followers et leur courbe d’acquisition de followers comme d’influence (courbe théorique) est en régulière augmentation !

D’autres peuvent avoir beaucoup de followers (je n’aime pas trop le terme de « suiveurs », que les académiciens m’excusent…), sans forcément que ceux-ci soient effectifs (bonjour le spam !). 

D’autres encore n’arrivent pas à avancer faute d’une utilisation conséquente et se découragent un peu vite…

 

Etablir une nomenclature de tous les types d’utilisateurs de Twitter serait fastidieux et le résultat serait vite faussé, étant donnée la rapidité d’évolution des pratiques sur l’outil. 

D’expérience, se lancer sur Twitter est souvent difficile. Beaucoup connaissent (un peu) Facebook et son interface avec image, vidéos et animations. Le simple « champ » de Twitter de 140 caractères a tendance à en rebuter plus d’un…

 

Pourtant, Twitter est un outil très efficace. Il suffit de voir les exemples des derniers évènements médiatiques qui ont, pour la plupart, commencé par un tweet… Au début, il est certain que l’on commence à 0, mais, avec une bonne stratégie et une bonne utilisation, le chiffre augmente vite… Cela commence par les amis, les collègues, ensuite par des curieux et finalement par des inconnus… Ca y est, c’est lancé !

Ensuite selon la qualité de l’animation du compte, cela augmente plus ou moins vite et de manière plus ou moins stable…

 

Pour une bonne utilisation de Twitter, il faut, à mon sens, suivre une vraie ligne éditoriale spécifique. Celle-ci peut avoir des points communs avec celles d’autres outils mais ne peut être intégralement copié, vue la spécificité de l’outil. Cette ligne éditoriale, une sorte de stratégie d’application, concernera : 

  • La thématique des informations tweetées
  • Le type d’informations diffusées (blog, commerciales…)
  • La thématique des comptes suivis (followings)
  • Le type de tweets ReTweetés
  • Les limites (ou non) relationnelles avec les twittos
  • Et bien d’autres critères !

 

Les questions se poseront également petit à petit (je tweete ou je ne tweete pas ???). Mais pour pouvoir répondre à ces nouvelles questions, il faut avoir prédéfini une « politique » globale pour cela. Cette politique pourra alors correspondre à la « politique » globale à propos des réseaux sociaux…

 

Vous le savez, en ce moment, je m’intéresse de près aux relations presse et vous pourrez trouver sur ce blog un certain nombre (que je ne connais pas encore !) d’interview d’agences RP sur le thème des relations presse et de la visibilité web. Vous pouvez d’ailleurs lire la première : Influelse et sa critique argumentée (je l’espère !). 

En matière de visibilité web, Twitter est un outil à mon avis particulièrement utile et efficace. Pour celui-ci, je conseille d’ailleurs l’établissement, au préalable, d’une stratégie spécifique à l’outil, conforme évidemment à la stratégie globale de communication et marketing. 

 

Et vous qu’en pensez-vous ? Avez-vous défini une ligne de conduite pour Twitter ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 12:06

Bonjour ! 

211_machine.jpg

 

 

 

 

 

Qui finira par gagner ?

 

 

 

 

 

 

Mon dernier billet sur Twitter date du 25/01/2011 (L’utilisation de Twitter au quotidien). Depuis, aucun billet exclusivement sur le sujet ! L’outil n’a pas perdu en intérêt, loin de là mais j’aime prendre le temps d’observer !

D’un côté, on observe les tenants de l’usinage de followers, de l’autre ceux qui ne sont pas intéressés par eux et qui les picorent…

Entre ces deux extrêmes, on peut trouver la plupart des Twittos. 

 

En parallèle, je me faisais la réflexion l’autre jour que l’on parlait de « Twitter » pour désigner : 

  • L’ensemble des utilisateurs
  • L’outil web lui-même

Si on ne parle que de l’outil (boite de dialogue de 140 caractères…), il est alors logique de le nommer par son nom mais s’il s’agit de l’ensemble des twittos, l’appellation me semble alors erronée… Les pratiques de Twitter sont très différentes d’une personne à une autre pour se satisfaire de cette globalisation, non ? On ne désigne pas tous les utilisateurs de Facebook par « Facebook », si ?

L’outil n’est pas aujourd’hui révolutionnaire (techniquement parlant) et, il me semble, personne ne l’a considéré comme tel. Pourquoi, pour autant, un tel succès, plus chez nos amis anglophones, semble-t-il ? L’intérêt de Twitter, ce sont… Comme le dit le titre du billet…

 

Les pratiques se valent sur Twitter. Qui saurait dire que l’une est meilleure que l’autre ? Puisque les objectifs ne sont pas les mêmes et les circonstances de réalisation de ces objectifs non plus… Avec le référencement sur Google par exemple, les référenceurs luttent face à une machine très peu humanisée et l’objectif est simple : être le premier ! Sur Twitter, ce n’est pas le cas. La « lutte », si elle peut être nommée de cette façon, tant certains y croient,  serait celle de la qualité ? Le nombre de followers, seul indice de lutte auquel je ne crois pas, semble bien constituer l’objet du litige. Pour autant, cet indice est tellement corrompu que je conseille largement de s’en abstraire ! Le chiffre est faux (c’est sans compter le spam ou les stratégies douteuses d’acquisition de followers) et n’a d’efficace que le nom… Une personne avec 200 followers pourra être bien plus souvent lue ou retweetée qu’un compte à 20 000 followers…

 

L’indice sera donc la qualité des tweets et retweets d’un compte. Mais comment évaluer une qualité lorsque l’on n’a pas les mêmes objectifs ? Le mieux est de chercher ailleurs, non ?

D’ailleurs, les personnes avec lesquelles on peut nouer des relations sur Twitter sont celles qui ne s’y intéressent pas. 

 

Ces statistiques sont donc inintéressantes mais elles sont, un peu sur le même principe que le Page Rank, un indice d’efficacité (fausse, on l’a dit) indéboulonnable… On se sert du Page Rank pour faire des échanges de liens, on peut bien se servir du nombre de followers comme indice de « réussite » d’un compte, non ? A condition (sine qua non) que ce ne soit pas le seul !

Personnellement, je m’abonne à un certain nombre de comptes toutes les semaines ; je n’ai pas fait le calcul mais disons 5 par semaine (ce qui est finalement peu). La plupart du temps, ces comptes sont muets, je les oublie logiquement… Mais pour les autres, je teste pendant un mois environ leur intérêt et je me désabonne s’ils ne me semblent pas intéressants. 

 

Tout ça pour dire à tous ceux qui regardent prioritairement et presque uniquement le nombre de followers d’un compte pour en évaluer la qualité que Twitter est un outil social qui « gère » des personnes et que la machine prend finalement peu de place dans les rouages finaux, contrairement au référencement par exemple…

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Place au débat !

 

Bonne journée ! 

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 08:09

Bonjour !

193_pioo.jpg

 

 

 

 

 

 

Allez Pioo-Pioo ! Prends ton envol !

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez remarqué que le nom de la marque « Twitter » et le verbe « twitter » sont les mêmes ? Lorsque l’on utilise le mot « twitter », on parle du service web ou de l’action de « déposer » un message ?

Non, je ne me noie pas dans un verre d’eau : je me pose la question du coût d’un twitt pris globalement et pris séparemment…

 

Pris globalement, l’outil Twitter a d’indéniables qualités, on en a déjà parlé (sur ce blog ou ailleurs…). Mais séparément, c’est une autre histoire ! A mon avis, on ne devrait pas trop faire attention à cela. Il vaut mieux voir les choses de manière globale. 

L’utilisation des réseaux sociaux, la communication web, la rédaction d’une actu… Si on voit les choses de manière unique, ça devient complexe…

Par exemple, le compte @cwmconsulting en est à plus de 7000 tweets et je ne suis vraiment pas loquace… La quantité n’est pas le seul facteur d’efficacité, loin de là…

 

Combien de tweets par jour ?

Plutôt que de penser à une quantité, mieux vaut envisager la qualité des tweets. Je n’ai rien contre les élucubrations de mes voisins mais je doute que ne raconter que des fait ultra-personnels fasse « avancer  le schmilblick »… En revanche, avec des tweets sérieux, cela peut avoir un intérêt certain…

Donc pas de précisions là-dessus, peut-être 4 ou 5 mais cela dépend énormément d’autres facteurs…

 

Bonjour ou pas ?

Beaucoup le disent, dont moi !

Je pense que que débuter sa journée avec un tweet « lourd » (dans le sens « informationnel ») peut s’avérer un peu abrupte ! Pour autant, beaucoup de twittos ne le font pas et sont passionnant !

J’imagine également que cela dépend de l’habitude que l’on a donnée à ses followers… Certains vont s’y attendre mais pas tous !

 

Des RT, de l’info exclusive ou un peu des 2 ?

Tout dépend de la ligne choisie pour Twitter. 

Personnellement, j’opte largement pour une savante combinaison des deux. Je reste dans le créneau « référencement/communication/marketing », je RT tout ce que je vois passer qui devrait pouvoir intéresser ma TL dans ce créneau. Mais également mes articles ou réflexions personnelles à ce propos (ça reste pro quand même) !

 

Les #FF ?

Quelques-uns mais, il faut bien l’avouer, de moins en moins. Non pas que je trouve cette habitude mauvaise mais je préfère limiter mes #FF et plus faire dans la « qualité » : une vraie petite phrase qui définisse clairement le twittos !

 

Mais, ne l’oublions pas, ce ne sont pas les statistiques ou des conseils qui doivent guider notre comportement sur les réseaux mais bien la stratégie mise en place !

Et puis un peu naturel quand même ;-)

 

Et vous, personnellement, vous la gérez comment votre TL ?

 

Bonne journée !

Repost 0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 06:53

Bonjour !

165_foule.jpg

 

 

 

Non, je ne vais pas parler des manifestations…

 

 

 

 

(J’avais pensé faire le point sur les sites de communiqués de presse mais je vais me laisser un peu de temps et publierai un billet probablement la semaine prochaine…)

 

Mon utilisation de ces réseaux a changé ! Jusque-là rien de nouveau… Surtout du fait de mon expérience différente de ces réseaux… L’idée de ce billet n’est pas de m’afficher personnellement mais de montrer que l’utilisation pertinente des réseaux sociaux change selon son expérience et ses objectifs…

 

Cela fait maintenant un petit moment que je « traine » mon expérience sur les réseaux sociaux (et blogs bien évidemment, pour moi, ça va avec !) ! Je vous propose donc de faire le point

 

Mon utilisation passée des réseaux

Lorsque j’ai lancé CWM Consulting, j’ai ouvert des comptes sur : 

  • Viadeo
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Netlog
  • Xing

J’utilisais plutôt Viadeo et Twitter et, dans un second temps, Facebook et Linkedin. Je me suis vite rendu compte que les autres étaient moins importants… Viadeo m’a, je pense, permis de me faire connaître selon une cible précise, les web-entrepreneurs. Twitter a eu un peu le même effet avec les « spécialistes du web ». Ces deux catégories peuvent se recouvrer mais relativement rarement…

Dès le début, j’ai considéré que Facebook ne convenait pas à mon utilisation (attention, c’est l’outil qui doit s’adapter à l’utilisateur, pas l’inverse !). Linkedin était la « dernière roue du carosse et Twitter faisait office de « cerise sur le gâteau »…

 

Mon utilisation actuelle des réseaux

Si on regarde de manière globale et un peu lointaine, elle n’a pas changé. 

  • Twitter et Viadeo sont toujours les principaux réseaux que j’utilise
  • Facebook et Linkedin sont toujours « secondaires »
  • Les « autres » sont toujours loin derrière (excepté le « jeune » Capseo, réseau spécialisé dans le SEO ; qui prouve déjà une belle maturité…)

Pourtant, la comparaison s’arrête là…

 

J’utilise maintenant plus Twitter que Viadeo, plus Linkedin que Facebook… Non pas que ma cible ait changé mais je la retrouve (un peu) plus sur Twitter. Mes activités ont (un peu aussi mais plus !) changé notamment depuis que j’ai « intégré » l’agence web Inside créations. Je me suis nettement plus orienté vers le conseil et le blogging en parallèle d’une activité de référenceur/webmarketeur dans cette agence. 

 

Sur Twitter, j’ai fait « mon trou » (mais on peut toujours creuser plus bas !). Quelques personnes me connaissent je pense… J’utilise plus l’aspect « veille » de Twitter que l’aspect « diffusion d’information » mais c’est une question de degrés…

Sur Viadeo, je me fonds dans la masse (non ?). J’essaye de participer à certains hubs, de conseiller le plus possible, notamment dans les questions de la partie « experts »… Mais Viadeo est un peu victime de son succès et est plus devenue une plateforme de recherche de recrutement qu’un réseau social. Pour moi qui n’y cherche pas de travail…

J’ai été confirmé dans mon idée initiale sur Facebook. Comme j’en ai déjà parlé sur ce blog, facebook n’est pas un outil parfaitement utilisable pour des pros… Trop de pratiques de masse et peu de ciblage, je le crains…

Linkedin a un peu tendance à faire double emploi avec Viadeo lorsque l’on a une bonne utilisation de Viadeo. Pour autant, je m’en sers de plus, essentiellement pour échanger sur les groupes et trouver des partenaires intéressants…

 

A chaque problème une solution ! 

Tout ça pour vous dire qu’en fonction du temps passé sur les réseaux, de ses objectifs, de son expérience, les utilisations sont diverses et un réseau peut mieux être adapté qu’un autre…

Quelques exemples : 

  • Linkedin est nettement plus orienté international et on y trouve plus de gens alors que Viadeo s’intéresse essentiellement au « petit » monde francophone (je parle du réseau, pas de l’entreprise…)
  • Twitter est un peu (voire beaucoup) hermétique au début mais très simple d’accès par la suite ! Donc plutôt réservé au début à des « connaisseurs »…
  • Facebook est un outil difficile à cibler…

 

En vous, quelle est votre utilisation des réseaux sociaux ? Toujours la même depuis le début ou pas ? Et les réseaux que vous utilisez ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 06:33

Bonjour !

 

150_quantite.jpg

 

 

 

 

Quantité ou qualité ? 


 

 

 

 

(150ème billet sur le blog ! Sympa, non ?)


Ce sujet traine depuis un moment dans mes valises… En le retrouvant, je me suis dit qu’il rejoignait une réflexion que je me fais souvent : « tout le monde a une fanpage facebook ! Bien mais ça sert à quoi ? »

A partir de là me viennent 2 idées : 

  • Facebook n’est pas un réseau social professionnel et l’est de moins en moins… Donc pourquoi y être ?
  • Le community management ne résume la plupart du temps à créer une fanpage facebook, un peu trop facilement…

Ces deux « directions » sont bien sûr étroitement liées… 

 

Faire du community management, ce n’est pas « se diriger obligatoirement vers Facebook », c’est mettre en place et en application une réelle stratégie de communication 2.0 et utiliser les outils les mieux adaptés à ce que l’on veut !

Bien trop souvent, il faut faire comme tout le monde et « être » sur Facebook ! A quoi cela-sert-il de faire comme tout le monde ? N’avez-vous pas lu quelque part que, pour réussir, il faire autre chose (si possible mieux) que le voisin ? Facebook et le web répondent aussi à ce principe !

 

Une stratégie de présence sur les réseaux sociaux (le web ne se limite pas à Facebook !), c’est autre chose. Même pour ceux qui n’ont pas le temps, ni forcément les moyens (à qui se destine ce blog…), il s’agit de réfléchir aux outils les plus adaptés !

 

Facebook est un réseau social ouvert et, par principe, non professionnel ! Il cumule de nombreuses qualités (ce billet ne vise pas à dire qu’il est un mauvais réseau !) mais ne répond pas à des exigences professionnelles…

  • Ergonomie
  • Sérieux
  • Contacts
  • Echanges de fond
  • Actualités…

Personnellement, pour CWM, je ne l’utilise pas (ou peu). Non pas qu’il faille faire comme moi mais je ne l’utilise pas pour une raison précise ! Cela ne veut pas dire que Facebook ne puisse pas avoir un intérêt pour des utilisations professionnelles. Par exemple, pour se faire connaître du « grand public » avec de réels moyens (pas financiers mais volontaires), il peut être utile de partager un certain type d’informations sur ce réseau (je pense par exemple à « l’idée » marketing de l’agence C2b interactive « Vid’agence » dont je parlais dernièrement…)

 

Facebook est une énorme machine où le risque d’être « noyé dans la masse » est considérable ! Alors, sans idée « originale » et sans y passer du temps, cela peut s’avérer une action complètement inutile…

 

Les autres réseaux généralistes à utiliser…

Twitter

Twitter est un outil que personnellement j’utilise beaucoup… Mais je sais bien qu’il semble compliqué à utiliser au premier abord parce qu’on a du mal à en comprendre le fonctionnement…

Twitter n’est ni un outil professionnel, ni un outil spécialisé. Il est un outil de connexions professionnelles et/ou spécialisées ! Les gens que l’on y rencontre sont le véritable moteur de cet outil. Pour « avoir » un réseau pro sur Twitter, il « suffit » de se connecter à des pros qui ont une conversation pro…

Attention ! Twitter ne doit pas être utilisé comme un simple outil de rediffusion d’information ! On voit bien l’échec de politiques sociales visant à prendre les réseaux sociaux pour de simples relayeurs d’information… Ou de spam…

De même, Twitter est à conseiller pour faire de la veille, quelle qu’elle soit… Ce n’est pas un outil uniquement pour des community managers…

 

Viadeo et/ou Linkedin

J’utilisais beaucoup Viadeo il y a quelques temps, moins maintenant… J’aimerais utiliser plus Linkedin dont les possibilités me semblent très vastes mais je manque de temps... (Une bonne résolution ?) 

L’un comme l’autre sont des réseaux professionnels dans lesquels vous ne pourrez rencontrer que des professionnels (on y fait beaucoup de b2b donc…). On y trouve pas mal de possibilités comme les hubs, les questionnements d’expert, les annonces ou les profils type CV…

J’explique dans ce blog les raisons d’une présence sur ces outils qui me semble, si l’on veut développer une présence sur le web, indispensable ! Mais une simple présence est inutile (sauf peut-être dans le cas d’une recherche d’emploi) si elle n’est pas accompagnée de réelles contributions. Les réseaux sociaux ne sont pas les lieux de collection des contacts (même si les contacts de Viadeo ou Linkedin sont plus ciblés, cela ne sert pas plus que sur Facebook…) mais des lieux de conversation avec ces contacts…

 

La conversation 2.0 est un métier, les réseaux sociaux que des outils pour le pratiquer…

 

Et vous qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher