17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 08:47

 

Trends-eMarketer.png

 

 

 

 

Fin décembre, eMarketer nous proposait une intéressante étude sur les tendances en marketing numérique pour 2012. Document très inspirant, cette étude fait un survol sur ce qui devrait attirer notre attention et gagner en popularité par les gestionnaires marketing ainsi que les consommateurs. À l’image de 2011, cette année promet d’être très active et voir de nouveaux records d’utilisateurs et d’investissement en marketing numérique. Voici une revue de ce que nous réserve l’année 2012 selon eMarketer.

 

Les fans sociaux

L’année dernière a été très intéressante au niveau du marketing social avec l’apparition de nouveaux joueurs, une emphase importante au niveau des pages entreprises ainsi que la popularisation des démarches pour grandir le nombre de fans. Cette banque d’amateurs intéresse maintenant les gestionnaires marketing qui désirent rentabiliser leurs investissements et générer des ventes. 2012 sera donc une année importante pour les campagnes de publicité en interaction directe avec ces fans. Les concours, offres exclusives, applications cellulaires, jeux et vidéos virales tenteront de rejoindre ces clients potentiels et les inciter à acheter.

 

La publicité attractive versus intempestive.

De plus en plus de marqueteurs réalisent que le modèle de publicité traditionnel, axé sur le volume et de type intempestif s’adapte mal au numérique. Toutes sortes de moyens sont disponibles pour bloquer les publicités et les internautes sont devenus immunisés contre la publicité peu ciblée. On mise donc sur un marketing attractif ou magnétique, avec plus de contenu intéressant et ciblé, des offres adaptées et une participation accrue des internautes. Tel que mentionné précédemment, les jeux, concours, publicités vidéos, applications prendront une importance toujours plus grandissante. Les emplois en communication numérique représentent donc un champ d’expertise de plus en plus recherché en entreprise. On cherche à séduire le consommateur et attirer sont attention, qui est de plus en plus divisée entre plusieurs plateformes numériques. 

 

L’explosion des utilisateurs

Il y aura encore plus d’utilisateurs et de plateformes en 2012. Les cellulaires intelligents (smartphones) ont la cote et gagnent en popularité pour grimper à 107 millions d’utilisateurs seulement aux États-Unis. S’ajoute au portrait les lecteurs de livres numériques (46 millions d’utilisateurs, USA), les tablettes électroniques (55 millions d’utilisateurs, USA) ainsi que les ordinateurs portables et les téléviseurs branchés sur le web. Cette popularité des plateformes numériques permet au marketing de proposer des contenus plus riches avec photos, vidéos et lien vers d’autres contenus. Les « médias riches » s’inscrivent parfaitement dans ce désir des marqueteurs d’augmenter l’interaction avec les consommateurs.

 

La publicité vidéo devient reine

De tous les médias riches, la vidéo est sans doute le type de publicité qui sera en plus forte croissance pour 2012. Avec cette importante masse d’utilisateurs de plateformes numérique, la vidéo sera disponible partout et en tout temps. Les consommateurs sont attirés par cette forme de publicité qui offre tellement plus de possibilités. Notons aussi une tendance des utilisateurs à partager davantage les vidéos ainsi que l’ajout de commentaires sur ces vidéos. Créativité, originalité et pertinence deviennent donc les mots d’ordre pour 2012!

 

Repost 0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 08:19

Bonjour !

 

245_freedom.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La liberté d'action accroit-elle l'efficacité d'une prestation web ?

 

 

 

 

 

 

Dans le domaine (large) du web, vous trouverez de nombreux salariés d’agences plus ou moins importantes mais également, surtout dans ce domaine, un bon nombre d’indépendants. Leurs statuts sociojuridiques peuvent différer selon les cas mais on se rend vite compte que c’est surtout leur manière de travailler qui change (entre salariés et indépendants). 

 

Une indépendance de pensée

Un indépendant travaille seul. Jusque-là, rien de nouveau… Parfois en partenariat avec d’autres indépendants ou des agences. Mais ils mènent seuls leur barque. C’est donc eux qui font les choix commerciaux, techniques et qui les assument !

Cette indépendance, concernant la réalisation des prestations des clients, possède un avantage indéniable : la veille ! S’il est parfois compliqué d’avoir tendance à mélanger un peu professionnel et personnel, les indépendants sont le plus souvent très au courant de l’actualité de leur métier et, plus globalement aussi d’ailleurs… Les salariés n’ont souvent pas le temps et on ne leur permet pas forcément… (Cela ne veut pas dire que certains salariés ne font jamais de veille, au contraire, parfois même en dehors de leurs heures de travail…)

 

Une indépendance commerciale

Commercialement, un peu de la même façon, c’est également eux qui choisissent leurs clients et les prestations qu’ils vont proposer… Cela sous-entend que c’est eux qui assurent le premier contact avec le client et l’oriente dans telle ou telle direction. Excepté dans certains cas, il est logiquement nettement plus aisé de réaliser lesdites prestations puisque c’est eux qui les auront définies avec le client. 

Par exemple, un prestataire plus « calé » en rédaction web va plus clairement proposer la rédaction d’articles ou de communiqué de presse… Alors qu’expert en développement web proposera plutôt la génération de tel ou tel outil webmarketing. 

 

Une indépendance de méthodes

Dans une agence web, il y a fort à parier que les méthodes des référenceurs et des web communicants soient dictées par le chef de service ou celui qui s’y connait le plus, pas forcément le chef de service d’ailleurs… Je rappelle que c’est une tendance, et non une généralité…

Un indépendant pourra (et devra ?) organiser son travail et la façon de le réaliser comme il l’entend… Par exemple, s’il a plus l’habitude d’utiliser tel ou tel site afin de publier divers contenus sur le web, nul ne pourra l’en empêcher ! De même, il n’aura pas à s’adapter aux outils de l’entreprise, peut-être efficaces mais qui lui feront forcément perdre du temps…

Pour le client, cela se traduit le plus souvent par une meilleure efficacité de traitement de leur dossier et des prestations souvent moins chères pour cette raison (je n’ai pas parlé de l’indépendance de pratique des prix qui peut avoir tendance à enfler dans une agence, petit à petit…). 

 

Vraiment moins efficaces ? Pas sur les mêmes prestations…

Alors les SEO indépendants ou les consultants web, sont-ils réellement moins efficaces que les salariés des agences ?

Oui et non ! 

Il ne s’agit pas ici de faire l’étal des compétences et des capacités des uns et des autres mais de se rendre compte que les situations salariés/indépendants sont réellement différentes et qu’elles sont, de fait, difficile à mettre en comparaison

 

Bonne journée !

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 12:56

Bonjour ! 


236_muffin.jpg

 

 

 

 

De l’énergie pour repartir au quart de tour ?

 

 

 

 

 

 

 

L’été dernier, je le disais déjà mais de manière différente ! 

L’été (notamment du 14 juillet au 15 Aout) est une période creuse, commercialement parlant. Cela ne veut pas tant dire qu’il y a moins d’internautes derrière l’ordinateur (encore que… le mobile et les tablettes ayant changé pas mal de choses…) mais surtout qu’ils achètent moins. C’est la période des congés d’été et, à part quelques produits particuliers, l’argent va ailleurs…

 

Pour autant, cela ne veut pas dire qu’en matière de visibilité web, il ne faut rien faire. C’est au contraire une période propice à pas mal de travail (moins d’encombrements, plus d’efficacité…). 

 

C’est une période idéale pour faire le point sur les avancées de ses travaux (faits soi-même ou par quelqu’un d’extérieur, agence ou freelance) ! Les audits vont bon train pendant la période estivale !

 

Des audits, en matière de visibilité web, il en existe un très grand nombre : 

  • Audit ergonomie (mon site permet-t-il de faire ce pour quoi il a été pensé ?)
  • Audit trafic (quel trafic, d’où vient-il…)
  • Audit de référencement (la capacité de votre site à être référencé…)
  • Audit de visibilité (votre offre commerciale est-elle visible sur le web ?)
  • Audit de e-réputation (que dit-on de vous et en quels termes ?)

 

Il est bon et possible de travailler chacun des éléments. Vous pouvez y travailler seul mais ce sera compliqué et souvent fastidieux, quasiment impossible si vous n’avez aucune connaissance web. De nombreux freelances ou agences peuvent réaliser ces audits pour peu d’argent tout en gardant une bonne dose de qualité ! (D’autres feront également n’importe quoi…)

 

L’idée principale d’un audit est de faire vérifier la concordance de la politique menée pour votre site ou votre activité avec les objectifs fixés et faire des recommandations d’améliorations si besoin est !

Cela coûte un prix, à n’en pas douter mais une prestation de ce type vous permettra de définir clairement quoi travailler et, éventuellement, comment… Un audit vous fera gagner du temps en matière de création ou modification de votre stratégie globale et allègera les travaux de réalisation par exemple que vous commanderez à la rentrée (le prestataire n’aura pas à assumer cette phase d’audit). 

Pour des bons audits, il faut que les professionnels qui vous les proposent : 

  • Soient très au courant des dernières nouveautés (veille techno)
  • Aient une vraie expérience concernant le type de site que vous souhaitez travailler
  • Maîtrisent clairement le domaine professionnel de l’audit (un développeur web pourra-t-il vous conseiller efficacement en matière d’e-reputation ? Certains probablement mais pas tous…)

 

Les phases de l’audit

Les audits, comme beaucoup de travaux d’analyse, doivent contenir 3 étapes : 

  • L’étape d’observation : observer les indices extérieurs de votre site (par exemple : Page Rank, nombre de page indexées, noms de liens entrants, Alexa Rank… pour un audit SEO)
  • L’étape d’explication : à partir des premières observations, l’auditeur dira où en est le site et expliquera pourquoi il est dans cette position, ce qui l’a amené à cet état. Il mettra (surtout) en comparaison cet « état » avec les objectifs de départ, tels qu’ils ont été définis. 
  • L’étape de recommandations : l’audit pourrait se terminer après les deux premières étapes. Un audit (théoriquement) permet uniquement un « état de l’art » du site. Mais de plus en plus, un certain nombre de préconisations sont ajoutés. Cette étape devient maintenant partie prenante d’un audit. 

Il s’agira donc de donner quelques conseils (à bien penser en fonction de qui les reçoit et de comment il peut les recevoir…) afin de « recentrer » ou « réorienter » la stratégie en fonction des dernières nouveautés et des évolutions antérieures du site… Par exemple : « attention, une bête à poil noire et blanche et mangeant du bambou arrive » !

 

Et pour vous, à quoi devrait ressembler un audit ? Autre chose à ajouter ?

Avez-vous été satisfait des audits que vous avez commandés ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 20:02

Bonjour ! 

krys-ronde.jpg

Cette pub existe depuis un certain temps et la campagne n’est pas récente… Pour autant, j’avais envie de revenir dessus pour l’expliquer un peu mieux…

J’en fais une lecture en plusieurs étapes, vous me direz ce que vous en pensez…

 

Etape n°1 : attirer l’œil du consommateur

Une bonne publicité est celle qui attire dans un premier temps par une originalité de construction, de narration, graphique... ou tout à la fois !

Celle-ci attirera les hommes : cette femme plutôt « plantureuse » ne laisse pas forcément indifférent ; et les femmes : celles-ci se demanderont pourquoi une femme qui ne répond pas aux canons de la beauté actuelle s’exhibe…

 

Etape n°2 : créer un décalage (Eventuellement humoristique…)

Cette publicité crée une différence narrative entre 2 états de cette femme à 2 moments différents. 

  • Elle est ronde. 
  • Elle ne l’est plus. (C’est ce qu’elle dit)

Mais… surprise ! (Pour nous) Elle l’est toujours ! On (spectateur) reconstruit alors la narration en se disant que ce sont les lunettes qui ont le pouvoir de changer le regard (le sien surement mais celui du spectateur ?). 

 

Etape n°3 : faire passer un message

La boucle est bouclée et on comprend alors la publicité. Mais pourquoi cette publicité ? Qu’a-t-on appris ?

Simplement que les lunettes de cette marque ont ce pouvoir de changer le point de vue des gens. Ces lunettes ont donc une qualité qui, d’un point de vue marketing, peut faire la différence…

 

Si l’on va un peu plus loin sur ce processus, on se rend compte que, d’un point de vue purement publicitaire, la publicité est basée sur le syllogisme suivant :

  • (Elément 1) Avant j’étais ronde mais avant je ne portais pas de lunettes (de cette marque)
  • (Elément 2) Ces lunettes ont un pouvoir

>>>>>>>>>> (Conslusion) J’ai « pris » ce pouvoir et je ne suis plus ronde maintenant !

 

Le syllogisme est basique et attribut une « qualité » supplémentaires aux lunettes de cette marque, qualité qu’une paire de lunettes n’est pas censé avoir. Toutes les images de cette campagne suivent un schéma équivalent…

Le processus de compréhension est relativement complexe dans le sens où il met en place une comparaison implicite entre un état sans lunettes et un état avec lunettes, et un état ou la femme est ronde et un état où elle ne l’est plus… 

 

D’un point de vue sociologique, cette publicité prend un risque (celle de la « femme ronde » notamment) car parler de cette « rondeur » comme d’un défaut (certes gommé) peut être mal vu…

 

Et vous qu’en pensez-vous ? Comment comprenez-vous cette campagne ?

Comment avez-vous réagi la première fois ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:24

Bonjour ! 


222_suchard.jpg

 

Vous avez dû voir à la « télé » ou sur le web la récente campagne communicativo-publicitaire de Suchard…

Cet article (sponsorisé) décrit bien la campagne. 

On n’a pas vraiment l’habitude de voir cette société sur le devant de la scène du buzz (même si ce dernier reste très relatif…) mais ce démarrage est intéressant, me semble-t-il…

Suchard ne prend aucun risque et n’innove pas plus que ça mais on n’est pas obligé d’innover pour faire quelque chose d’intéressant, si ?

 

La méthode de pub/com/mark est classique : 

  • On crée un personnage (en l’occurrence 2) original
  • On le fait « voyager » dans diverses situations… 

La force de cette campagne, c’est, à mon avis, le personnage « mini ». Ce « mini-moi », en interaction constante avec son double « normal », crée un décalage humoristique (procédé lui aussi classique)

 

Rien que du classique mais bien fait, selon moi… Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 14:14

Bonjour ! 


218_mennen.jpg 

 

Eh hop, je récidive (après Veet) ! Cette semaine, on parle beaucoup de la dernière « campagne Mennen », lancée mardi… 

Je vous laisse découvrir l’innovation marketing qui va de Dailymotion à… Dailymotion en passant par un certain nombre de partenaires. Vous ne comprenez pas alors, c’est par ici !

 

Ce procédé s’appelle le « surfing telling », un procédé marketing qui vise à passer de support en support pour voir la suite de l’« histoire »… A ce propos, vous pouvez lire l’article du Post « Buzz Marketing : Le Surfing Telling un nouveau concept créé par l'agence H pour la marque Mennen » qui explique bien cette technique…

 

A ce propos, je me pose une question : cette innovation technique (néanmoins très intéressante d’un point de vue narratif, technique, marketing…) ne va-t-elle pas trop loin ?

Le dispositif dure plusieurs minutes et, en dehors des pubards et autres fans d’innovations marketing, je me demande si la cible est bien touchée. D’autant que je n’ai vu aucune extension du dispositif en offline ou autres…

Cette narration multi-support raconte l’histoire d’un stick de déodorant volé et de son « parcours »… Pour autant, le stick, on ne le voit pas beaucoup, si ? Et ses avantages, en dehors du final, sont peu mis en avant… 

 

Le dispositif marketing prend-il le pas, selon vous sur la promotion du produit ?

A vous claviers !

 

Bonne journée ! 

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 07:10

Bonjour ! 

 

218_minoutoutdoux.jpg

 

Je n’ai pas l’habitude de parler de ce genre de sujet sur ce blog mais je pense que ça pourrait vous intéresser ! Je pense d’ailleurs initier une nouvelle « rubrique » et initier de réelles discussions 2.0 sur des initiatives marketing plus ou moins réussies…

 

Hier, je suis tombé sur une publicité bien étrange… Un tweet, et je me retrouve sur le site http://monminoutoutdoux.com … Stupeur ! J’ai eu besoin de quelques instabnts pour comprendre… Puis la machine réflexive communication/marketing s’est mise en branle…

Les réactions des internautes ne se sont pas fait attendre et Veet a été le buzz de la journée d’hier, au moins sur Twitter… Hier, en fin d’après-midi, L’express sort un article sur le sujet « Veet, épilez votre minou ! ». Le titre est équivoque mais finalement moins que l’impact original, non ? Valentine Pétry se pose aussi la question de l’impact d’une telle initiative… Simple coup de pub sans imaginer les conséquences sur la réputation de Veet ou un coup de maître visant à modifier les comportements sociaux et intimes des jeunes filles ?

Quid de la cible ?

Quid de l’impact ? Quid de la « sexualisation des jeunes filles » et de ce qu’elle devient alors ?

Est-on allé trop loin ?

Les avis seront forcément partagés mais on va globalement de plus en plus vers cette tendance : les communicants pensent au buzz avant la réputation… Du moins, c’est ce qu’on leur demande !

 

Bonne journée ! 

Repost 0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 08:26

Bonjour ! 

190_containers.jpg

 

 

 

 

Les achat en gros... Bons pour votre image? 

 

 

 

 

 

Groupon.fr ou Groupon.com par exemple…

Question que nous nous sommes posées avec mon collègue la semaine dernière : quel impact cela a de figurer (pour une entreprise) de vendre sur des sites d’achats groupés, style Groupon ?

 

Un impact SEO ?

S’il y a un lien, c’est bien mais les ventes se font sur le site et pas sur le vôtre… L’intérêt est donc minime…

 

Un impact sur votre image et celle de votre entreprise ?

Nous discutions de cela justement. Pour ma part, je ne pense pas. Lui donnerait une plus grande importance à cet aspect…

 

Un impact marketing ?

En effet, je pense que ce genre de site permet de vendre et que c’est même quasiment le seul intérêt mais quel intérêt ! 

 

A mon avis, ces sites peuvent être très efficaces selon cet objectif. Mais ce n’est pas une marque qui est vendue mais bien un produit. Qu’il ait été fabriqué par x, y, ou z a bien peu d’importance…

 

Dans son article "Killer Concept : Groupon.com", Capitaine Ecommerce l’explique très bien. Il s’agit d’un deal commercial : un commercial vient vous voir et vous propose de vendre l’un de vos produits en masse. Les ventes se font ensuite par l’intermédiaire du bouche à oreille des réseaux sociaux, notamment… 

 

Avez-vous vous-même testé cet outil ou un autre du même type ?

N’hésitez pas à partager votre expérience et nous dire : quel impact pensez-vous que l’utilisation de ce genre d’outil puisse avoir sur votre « commerce » ?

 

Bonne journée !

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 21:10

Bonjour ! 

185_wine.jpg

 

 

 

 

 

Du vin, du vin et encore du vin !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici aujourd’hui la deuxième ITW… (après celle de Saveurs terroir !)

La parole au site Vigne online ! (Merci à Sylvain d’Axe-net !)

 

Bonjour ! 

  • Pouvez-vous présenter votre site e-commerce ? Que vendez-vous ?

J’anime une boutique en ligne de vente de vin depuis le mois de mai 2010. Pour me démarquer de la concurrence généralement axée sur un grand nombre de références et une approche de grande distribution, ma démarche consiste à représenter le caviste du Net avec une gamme courte mais suffisante et un lien humain basé sur le conseil.

 

  • Quels outils sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

J’utilise Twitter pour ses nombreux avantages. C’est un média très réactif qui me permet d’obtenir des informations avant les autres, de diffuser les articles de mon blog, de passer des offres promotionnelles de temps en temps et qui m’apporte des visites conséquentes sur le site.

 

  • Avez-vous un blog ? Si oui, à quelle fréquence publiez-vous du contenu ? Si non pourquoi ? Est-ce en prévision ?

Je possède par ailleurs un blog sur le vin, dans lequel je diffuse au moins un billet par semaine. Passionné par l’œnologie, je ressens le besoin d’écrire des articles pour tous ceux qui veulent acheter du vin ou qui souhaitent en savoir un peu plus sur le monde des vins.

 

  • Si vous tenez un blog, quelle est votre ligne éditoriale ? Vous fixez-vous des contraintes ?

Je m’y adresse en priorité aux non connaisseurs et je leur parle d’œnologie pratique en me mettant à leur portée de telle sorte qu’ils apprennent quelque chose tout en se faisant plaisir. Les sujets sont très éclectiques, ils traitent aussi bien de culture générale des vins, que d’actualités ou de produits.

 

  • Les réseaux sociaux et le blog sont-ils efficaces ? En quoi ?

Pour ma part les réseaux sociaux et le blog sont un formidable moyen de sortir de sa bulle, de se faire connaitre, de favoriser les visites du site e-commerce et de laisser un maximum de traces pour être reconnu par les robots des moteurs de recherche, Google en tête.

 

  • En dehors des réseaux sociaux ou d’un blog, quels sont les outils de webmarketing que vous utilisez ?

Je n’utilise pas pour l’instant d’autres outils de webmarketing. Je privilégie pour l’instant les travaux concernant les techniques de référencement naturel qui prennent du temps et lorsque cette étape sera franchie, j’élargirai mes actions à ce domaine.

 

  • Menez-vous une (des) campagnes adwords ? Pourquoi ? Est-elle efficace ?

Je n’ai pas mené de campagne adwords jusqu’à présent, ma priorité étant le référencement naturel comme indiqué plus haut. Il n’est pas impossible que j’y fasse appel pour compléter mon dispositif de visibilité du site.

 

  • Avez-vous fait référencer votre site ou faites-le vous-même ? Comment ?

A chacun son métier. Je travaille en étroite collaboration avec AxeNet, une agence web, qui a élaboré le site et le blog sur la base d’un cahier des charges exigeant. Nous avons d’ailleurs fait évoluer très récemment le site sur le fond et la forme pour tenir compte des résultats d’une enquête que nous avons réalisée auprès de prestataires du web et d’amateurs de vins.

Cette évolution porte essentiellement sur la personnalisation du site et le conseil mais aussi par le développement de certaines fonctionnalités telles qu’une boite de recherche et l’accès aux questions pratiques « en deux clics ». Sans un partenariat étroit avec une agence compétente et à l’écoute de ses clients, je pense qu’on ne progresse pas ou en tout cas pas suffisamment rapidement.

 

Jean-Luc Martinet - Vigne Online

 

Merci de votre participation ! 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

A lundi pour le 3ème opus !

Bonne journée !

 

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 07:44

Bonjour ! 

184_binoculars.jpg

 

 

 

 

Dernière ligne droite : 2 semaines et c’est Noël ! 

 

 

 

 

Je ne vais pas refaire, comme l’année dernière un billet sur la visibilité pour les fêtes et leur intérêt… Pour autant, je compte rappeler quelques outils à utiliser spécifiquement pour cela !

 

Le référencement naturel

Votre site web reste votre meilleur atout ! Et même si le référencement naturel prend du temps, penser quelques semaines avant à créer quelques nouveaux liens, publier quelques articles optimisés ou améliorer son site peur se révéler un pari gagnant ! 

Inutile de se lancer dans Adwords, les enchères flambent avec les fêtes !

 

Varier la présentation graphique de votre site

Pour les fêtes, il est bon de mettre son site au goût du jour ! Pour cela, quelques bannières, un logo légèrement modifié, une charte graphique mise à jour montre que vous en êtes en phase avec votre temps et que vous vous préoccupez de votre site et de son image ! 

Bon moyen de communiquer ! 

La création de pages spécifiques peut être une bonne idée ! 

Une page « promotions » ou des pages d’association de produits ou de nouveaux produits spécifiques aux fêtes peuvent attirer du monde !

 

Les communiqués de presse et articles ou blogs spécialisés

Publier des articles sur vos produits et les « promos de Noël » que vous faites est toujours une bonne idée ! 

Sur des blogs, cela peut avoir un certain prix à moins que vous n’ayez vous-même des sites ou blogs pour faire des échanges d’articles. Le trafic drainé par ces blogs peut être particulièrement intéressant ! Les annonceurs l’ont bien compris !

 

Sur des sites gratuits (comme des sites de communiqués de presse), l’impact sera moindre mais l’investissement sera différent… Vous pourrez alors en publier plus (attention aux contenus dupliqués ! Lire 10 fois la même chose est-il intéressant pour l’internaute ?) !

J’ai publié sur ce blog un certain nombre d’études sur cette question et, même si elles avaient clairement plutôt un objectif de référencement naturel, certains des outils dont je parle permettent une bonne visibilité ! 

Il n’est alors pas forcément utile de se diriger vers des outils payants (même s’ils peuvent avoir un effet non négligeable !). 

A mon avis, le critère essentiel devra être, en dehors de l’impact sur le référencement, la publication des articles et leur référencement dans Google Actualités, qui offre un regain de visibilité très important, notamment si les articles sont bien écrits pour le web

 

Les deux articles principaux : 

Quelques exemples en passant : 

 

Les réseaux sociaux

Viadeo, LinkedIn, Facebook ou Twitter…

Ces réseaux peuvent être particulièrement efficaces pour diffuser des articles uniques ou, pourquoi pas, construire des outils complets de marketing et communication pour cette occasion !

Pourquoi ? La viralité des contenus est telle qu’une bonne opération de communication ou un contenu attrayant peut faire le tour de la planète en quelques heures !

 

Pour finir, je voudrais insister sur la préparation de ces opérations et la création d’une réelle stratégie de communication et marketing. Si vous n’avez pas le temps, mieux vaut se pas se lancer là-dedans : vous pourriez ne constater aucun résultat ou créer des résultats négatifs si vous ne maîtrisez pas assez votre sujet !

 

Qu’en pensez-vous ? D’autres outils ?

 

Bonne journée !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher