3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 12:49

Bonjour à tous !


Il y a deux jours, je publiais un billet invité sur la communication visuelle et le graphisme. L'idée était de proposer à un « pro » du graphisme de nous éclairer sur les choses à faire ou à ne pas faire pour l'impact visuel d'un site web. Et ensuite de vous donner mon point de vue sur ce sujet. Vous ferez ensuite vous-même la comparaison entre les deux ! Personnellement, je ne suis pas graphiste mais je m'intéresse de près à tous les processus de communication. Ma formation en sémiotique et notamment en sémiotique image et texte me pousse donc à analyser les images, à expliquer leur possible interprétation et à décrire les processus qui s'en dégagent (analyse "macdo").

 

 

Si certains sont intéressés par donner leur point de vue sur cette question et développer l'échange, surtout qu'ils n'hésitent pas à me contacter, je pourrais en publier une synthèse sur ce blog !

 

La question est donc : Communication visuelle et graphisme : comment mettre en valeur vos produits/services ?

Je ne vais pas y répondre de manière aussi concrète et détaillée que M. Berkani mais proposer une approche différente de la question. Dans l'article sur le décodage image/texte, j'ai essayé de décrire l'idée selon laquelle un site web est naturellement un objet sémiotique « multi-face » puisqu'il mèle plusieurs canaux de communication (texte, image, sons, vidéos...). Et ces différents outils convergent dans un même sens pour définir un shéma global de signification.

 

Pour moi, l'aspect « objet de communication » d'un site web est primordial. C'est en effet l'aspect commun à tous les types de sites. Cet objet de communication transmet un message à destination d'un internaute (« venez acheter chez moi », la plupart du temps). Ce message est construit par différents éléments, texte, image... On pourrait bien sûr ne voir qu'une seule information : « venez acheter chez moi » avec un lien vers le site mais le discours marketing s'est largement complexifié avec le temps.

 

Le graphisme d'un site web est un élément essentiel de cet objectif. A lui seul, il fait passer un message. Couleurs, polices, formes, organisation de l'espace, ordre... Une charte graphique permet de configurer un message. Bien sûr, une charte graphique est un des éléments intégrés avec d'autres comme du texte par exemple. Les messages ne sont pas forcément les mêmes mais ils sont complémentaires. (je vous renvoie à l'article suivant donnant quelques explications sur le carré sémiotique)

 

Tout dépend donc finalement du message que l'on veut faire passer. Bon, je pense que vous l'aurez compris depuis le temps que je le martelle dans ce blog. Mais ça ne fait pas avancer le schmilblick pour autant... Comme le dit M. Berkani, votre graphisme ne doit pas faire fuir les clients. Mais peut-il pour autant encourager le visiteur à rester ? Oui, indéniablement ! En créant une atmosphère agréable pour le visiteur. Donc finalement, deux objectifs pour le graphisme d'un site : créer un climat favorable et faire passer un message. Les deux peuvent bien évidemment être confondus.

 

Je n'ai, jusqu'ici, pas encore parlé de « communication visuelle ». Pour une simple raison : personnellement, j'envisage la communication visuelle comme beaucoup plus large qu'un « simple » appel à un graphiste, si doué soit-il. Le texte fait également partie de cette communication mais pas dans son aspect « lecture et interprétation » mais plutôt dans l'implication émotionnelle qu'il implique. Je reviendrai un peu plus loin sur cette notion... La communication visuelle inclut également la question fondamentale de la gestuelle signifiante des animations voire du curseur de la souris. Enfin, pour faire court, la communication visuelle est une évocation globale d'un message « capté » visuellement ainsi que tous les aspects et les implications de ce message alors que le graphisme est ce qui s'applique visuellement à un objet de communication, un des éléments de cette communication.

 

Police de caractère, illustrations et mise en page sont des éléments essentiels d'accompagnement. Chacun draîne un message à lui-seul mais participe à l'élaboration d'un message plus global. Quend je parle d'accompagnement, cela sous-entend exactement que ces outils servent à « souligner » le propos, à le mettre en valeur mais le propos est alors ailleurs, dans le texte ou sur une vidéo, bref probablement un discours verbal. Lorsque la police de caractère prend la place de contributrice au message principal, elle prend alors une autre position dans le shéma global de signification avec d'autres effets et implications. Même chose pour l'illustration (qui ne sera alors plus nommé de cette façon) ou la mise en page.

 

Les deux fonctions initiées par R. Barthes d'ancrage et de relai (le texte pour une image) peuvent à mon sens être élargies à tout objet de communication. Finalement soit on ne fait que soutenir un propos (un RT sur Twitter) soit on l'initie et on contribue donc à son sens global (nouveau billet sur un blog). Je m'égare un peu là... Mais finalement pas tant que ça. Mon objectif est de préciser clairement que tout objet de communication doit être réfléchi avant d'être lancé pour communiquer. Un site web comme tout autre outil...

 

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout !

 

Et n'hésitez pas à me donner votre avis !

 

L'illustration de ce billet n'a rien à voir avec son contenu mais j'aime bien la neige !

 

Bonne journée !

 

Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 09:24

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous propose un billet invité, non pas que ça deviendra une habitude mais il me semblait intéressant d'avoir le point de vue d'un professionnel du graphisme sur la question. Jeudi, je posterai ma version du même sujet. Il sera alors intéressant de comparer les points de vue....

Il s'agit de M. Berkani, à l'ogine de la création d''une webagency (agence de création et référencement de site Internet). Que je remercie chaleureusement !

Je vous livre donc le billet intact sans modification de ma part.

 

Valoriser une activité, présenter des services ou vendre des produits sur Internet sont des exercices techniques que les entrepreneurs ne maîtrisent pas toujours. Un site Internet doit obéir à un ensemble de règles graphiques qui lui permettront d’atteindre ses objectifs. Du choix de la police de caractères à celui des images et de la mise en page, ces règles vont déterminer le message que l’internaute va recevoir, et sa vitesse de compréhension.

 


Le choix de la police de caractères

La lisibilité du texte est un facteur important dans la communication visuelle sur Internet, il permet de faciliter à l’internaute l’accès à l’information. Un texte peu lisible peut rapidement agacer l’internaute et le faire fuir.

 

Le choix de la police de caractères doit être motivé à la fois par la lisibilité du texte et son adéquation avec la charte graphique. Il est important de souligner que la lisibilité d’une même police de caractères peut être différente selon les navigateurs Web. On constate par exemple que Internet Explorer affiche une meilleure lisibilité que Firefox.


Certaines polices de caractères avec ou sans serif ont été conçues exclusivement pour une lecture à l’écran. C’est le cas de Georgia (Serif) ou de Verdana (sans Serif). Théoriquement, les empattements ne sont donc pas influents sur la lisibilité du texte. Mais la réalité est toute autre. Les polices Serif sont peu lisibles sur certains navigateurs. Le rendu de la police Georgia, en taille 11px, est loin d’être satisfaisant sur Firefox.

 

 

 

A gauche, la police Verdana et à droite, la police Georgia

 


L’illustration

Une illustration peut avoir un ou plusieurs objectifs à la fois. Ces objectifs doivent être définis avant le choix de la photo. Parmi les objectifs les plus courants:

  • Mieux vendre un produit en le mettant en valeur

  • Faciliter la compréhension d’un texte

  • Faciliter la compréhension d’un message en complémentarité avec le texte

 

L’image choisie pour illustrer un contenu texte doit être en accord avec l’identité visuelle de l’entreprise. Elle doit parfaitement s’intégrer aux autres éléments de la page (texte, habillage …) afin de ne pas paraître comme un élément externe.

Voici un exemple d’illustration intégré dans une page basique :

 

 

L’image est en accord avec l’aspect sobre et froid de la page, elle ne contraste pas avec celle-ci et permet au lecteur de faire le lien entre le texte et l’image.


La mise en page

La mise en page est la manière avec laquelle le contenu est présenté au lecteur. Le but de la mise en page est de faciliter la lecture d’un contenu et d’être en accord avec les objectifs de sa création.

 

La mise en page comprend :

  • L’habillage de la page (charte graphique)

  • La police de caractères et sa taille

  • Les espacements

  • Les titres et les sous-titres

  • L’illustration

 

L’habillage de la page doit être en accord avec le secteur activité visé et les objectifs du contenu. Il répond à des règles liées à l'identité visuelle de l'entreprise et doit être facilement identifiable par le lecteur.

 

Le choix de la police de caractères doit répondre aux objectifs cités ci-dessus (partie « le choix de la police de caractères), et correspondre à l’identité visuelle de l’entreprise. Elle doit être la même que celle utilisée habituellement par cette entreprise.

 

La hauteur et largeur des paragraphes doivent être étudiées de sorte à ce que le lecteur n’ai pas besoin de tourner la tête de gauche à droite pour lire (Si si, cela est possible uniquement avec les yeux). En effet, il a été prouvé qu’un texte qui dépasse notre champ visuel est plus difficile à lire. Quant à la hauteur des paragraphes, elle doit être prise en compte dans les espacements prévus pour la page, car qui dit saut de ligne, dit espace blanc.

 

Les espacements sont nécessaires à l’aération de la page. Elle permet une identification plus facile des différents blocs composant cette page. La difficulté de cette partie réside dans la recherche d’un juste milieu entre un contenu trop dense et une page trop aérée qui donne une impression de vide.

 

L’illustration doit compléter, guider ou faciliter la compréhension du message. L’objectif de votre page sera de faire passer ce message. Elle compte aussi dans l’équilibre de cette page, dans le sens où un ou plusieurs paragraphes peuvent être remplacés par une illustration qui véhicule le même message.

 

A jeudi alors ! (N'hésitez pas à donner vos avis !)

 

Bonne journée !

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher