28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 13:18

Bonjour ! 

180_ring.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A la bonne vôtre !

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai lancé la semaine dernière sur Viadeo, Twitter et d’autres réseaux une demande qui a été peu couronnée de succès. Je la pour réitère sur ce blog : 

 

Je cherche à interviewer des e-commerçants sur les outils utilisés pour leur communication sur le web. Cette interview serait publiée sur mon blog pendant le mois de décembre… En cette période « pré-Noël », il peut s’agir d’une bonne occasion de faire un peu parler de vous. Non ?

 

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à m’envoyer un message…

Sur Twitter : @cwmconsulting

Viadeo : Pierre MOUROTTE

Ou par mail sur l’interface de contact de mon site…

 

Merci d’avance ! 

 

Bonne journée !

Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:38

Bonjour ! 

177_actor.jpg

 

 

 

 

1… 2… 3… Action !

 

 

 

 

 

Le référencement à l’heure du lien social et de la communication : la notion de « référencement naturel » a-t-elle évoluée ?

 

A mi-chemin entre réflexion et conseils concrets, ce billet pour préciser (s’il est besoin de le rappeler) à tous que le SEO n’est pas qu’un travail de professionnels mais également un travail de communication autour d’un site et d’une marque…

 

Le référencement naturel, c’est quoi ?

J’ai toujours eu du mal à trouver une définition claire pour cette expression. Voilà ce sur quoi on peut se mettre d’accord : le « référencement naturel », ce sont les pratiques visant à faire apparaître naturellement un site dans les résultats de recherche d’un moteur

Sur le terme de « naturel », on peut de demander de quoi il s’agit. « naturel » rapporterait à tout ce qui n’est pas « automatique » et détectable comme tel par Google. 

Le référencement naturel, ce serait donc l’ensemble des pratiques réelles ou simulant le réel visant à développer la popularité (dans le sens de Google) d’un site, son trafic et, indirectement ses positionnements sur les moteurs. 

 

Plus concrètement, il s’agit de 2 parties différentes mais essentielles :

  • L’optimisation du code et du contenu : la partie on-page
  • Le net-linking (obtention de liens de diverses sources) : la partie off-page et le développement de la popularité d’un site…

 

Si l’optimisation on-page est théoriquement finie (l’optimisation du site a une fin), ce n’est pas le cas de l’optimisation off-page et de la création de liens. On peut quasiment toujours trouver de nouveaux liens à créer… 

 

Le troisième élément n’est pas du ressort du référencement et concerne plus largement la communication d’un ou autour d’un site web. Cette communication est largement génératrice de liens, si elle est bien faite. Comme je le disais lundi, la communication autour d’un site web et son référencement ne doivent pas être vus comme opposés mais complémentaires et concourant à un même objectif. 

 

Comme M. Jourdain fait de la prose sans le savoir, nous faisons du SEO sans nous en rendre compte… 

Le SEO est une spécialité. Tout le monde n’est pas capable d’en faire, du moins à un niveau professionnel. 

La communication est également une spécialité. Pour autant, tout le monde sait parler, sait communiquer à tel ou tel propos. Sans aller trop loin, tout le monde sait faire un minimum de promotion pour son activité. Sans formation, j’entends, contrairement à mon avis, au SEO…

 

A partir du moment où l’on communique, on est alors capable, avec quelques conseils, de faire un peu de SEO, de créer quelques liens, de parler positivement de son site, des produits qui y sont vendus… Rien de compliqué à ça, c’est naturel !

 

Comment optimiser sa pratique courante du web ?

  • Si vous rédigez un article à propos de votre site, laissez un lien cliquable vers votre site… Le mieux serait que vous mettiez ces liens sur des ancres (expressions) sur lesquelles vous voulez que votre site soit visible sur les moteurs.
  • Si vous croisez un annuaire lorsque vous surfez, pourquoi ne pas y laisser une trace avec un titre, une petite description et (surtout) un lien cliquable…
  • Vous utilisez les réseaux sociaux, faites-y des liens vers votre blog ou des pages de votre site qui pourrait intéresser (s’il n’est pas bon de tout mélanger, il peut être quand même positif de mettre au moins vos proches au courant, non pas pour ce qu’ils pourraient vous apporter directement, mais plutôt pour ce que leurs connaissances pourraient faire…) !
  • N’hésitez pas à utiliser tous les services gratuits et laisser des liens vers votre site un peu partout sur le net !
  • Si vous surfez sur des sites proches de la thématique de votre site, gardez-en l’adresse pour en faire part à votre référenceur ou envoyez-lui un petit message pour un échange de liens ou d’article…

 

Finalement, on est toujours obligé de faire appel à un pro ! 

En SEO, pour des résultats professionnels et efficaces, il sera difficile d’obtenir de vrais résultats vous-même, sans une connaissance de cette activité et un minimum d’expérience. C’est pourquoi vous aurez probablement besoin de faire appel à un pro. 

Pour autant, vous pourrez largement lui faciliter la tâche (et alléger votre prestation) si vous suivez ces petits conseils…

 

Le référencement social

Finalement, le référencement naturel a-t-il changé ? Oui, il a évolué, comme toutes les activités, avec le temps. Les supports ont évolués, les méthodes également ainsi que les besoins, les habitudes, les exigences… 

« Il y a quelques années, juste quelques liens suffisaient à positionner un site dans le top 3 de Google », comme dit mon collègue. Aujourd’hui, c’est nettement plus compliqué car la concurrence est nettement plus forte. Pour autant, votre aide potentielle est nettement supérieure ! Si l’un est loin de compenser l’autre, il suffit bien souvent d’être attentif lorsqu’on navigue sur le web et de communiquer à propos de son site pour faciliter largement les progrès de votre site… 

En utilisant les outils sociaux actuels et gratuits pour la plupart (pour l’instant…), n’importe qui peut participer au référencement de son site web et/ou de son activité. « Parler sur Twitter », « rédiger un article de présentation », « laisser son adresse un peu partout » sont des actions simples qui auront une forte incidence sur le SEO de votre site… En laissant votre adresse URL « un peu partout », vous créez des liens potentiels et en parlant de votre site d’une manière ou d’une autre, vous favorisez largement le linkbaiting…

 

Non ? Qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée !

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 14:09

 

Bonjour ! 

178_war.jpg

 

 

 

 

 

Qui sont les blancs et qui sont les rouges ?!

 

 

 

 

 

 

 

Nous en débattions à propos du billet de vendredi, le point de vue du référenceur et celui du communicant sont opposés sur bien des sujets. Si, par exemple, le premier s’intéresse à la rédaction de textes pour Google, le deuxième le pensera pour l’internaute. J’extrémise volontairement le débat en précisant tout de même que le rédacteur pense toujours (un peu) au SEO et que le référenceur n’écrit pas que pour une machine. 

 

Je suis bien conscient de cet état de fait ! Les propos extrêmes restent souvent des propos et n’ont pas d’existence réelle… Evidemment, il s’agit d’une question de degrés et surtout de priorités… 

 

Je précise également que je ne parle pas du point de vue du webmarketeur qui n’aura que le mot « vendre » à la bouche ! Là-encore, le propos est excessif…

 

Personnellement, je considère que l’écriture web et la conception et la mise en place de stratégie de communication et d’image peuvent avoir des objectifs différents que le SEO. Pour autant, si ces objectifs sont différents, il est essentiel de les faire cohabiter pour une meilleure stratégie globale…

 

Le SEO est essentiel pour : 

  • Faire connaître son site
  • Créer du trafic vers celui-ci
  • Développer son activité

La communication est incontournable pour : 

  • Se bâtir une bonne image
  • Gérer son e-reputation
  • Développer de bonne « relations clients » : explicites, transparentes, positives et motivantes !

Pas de priorité donc de l’un par rapport à l’autre… Un exercice sera plus SEO et l’autre plus « communication »… Au final, c’est le site (et vous, indirectement !) qui y gagnera !

Donc faites l’amour, pas la guerre ! (désolé de l’utilisation de cette expression un peu triviale mais elle résume clairement l’idée à faire passer…)

 

C’est d’ailleurs étonnant de voir comme les agences de communication et les agences web s’ignorent poliment… Je ne connais pas d’agence de communication (web) qui salarie des référenceurs ou des agences web qui font la part belle à la communication… (je parle bien de communication et pas de webmarketing…)

 

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous des expériences à nous faire partager à ce propos ?

 

Bonne journée !

 

Repost 0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 21:34

Bonjour ! 

176_vache.jpg

 

 

 

(Les réflexions du vendredi) Mon fils les aime tellement…

 

 

 

 

Au début, quand j’ai entendu parler de blog, je ne connaissais pas encore le référencement. Pour moi, un blog était un support de communication et d’image sur lequel on échangeait et on partageait avec les lecteurs. Une sorte de tribune libre pour l’affirmation d’une personnalité…

 

Depuis mon avis a évolué mais finalement pas tant que ça. Je me suis clairement tourné vers la culture d’entreprise. Et, dans cette optique, le blog d’entreprise est une spécialité qui est nettement plus réglée et formatée. Il a ses contraintes qu’il est indispensable d’essayer de suivre et de respecter. 

On ne fait pas passer sa propre image sur un blog d’entreprise évidemment…

 

Mais à quoi peut bien servir un blog ?

Cette question est largement débattue sur la blogosphère depuis un certain temps… Mais on peut rappeler que : 

  • Le blog est une vitrine dynamique, un discours permanant, une image constamment réactualisée
  • Le blog est un espace de communication et d’échange pour recevoir et discuter l’avis d’internautes
  • Le blog peut être une aide en matière de SEO

 

Sur cette dernière affirmation, il faut expliquer que, si le blog peut être une aide, je ne pense pas forcément que ce doit un objectif prioritaire pour celui-ci et ne doit donc pas constituer un outil faisant partie de la stratégie globale comme ce peut être le cas pour des communiqués de presse ou des échanges de liens. 

Le blog est, avant tout selon moi, un outil de communication et non de référencement. 

 

L’aide en matière de référencement peut-être de 2 types : 

  • Créer des liens dans du contenu pour des explications sur des fiches produits, comme c’est le cas pour un blog commercial par exemple
  • Servir d’espace de publication pour des échanges d’articles

 

Pourquoi pas ponctuellement…

Mais, comme je le dis souvent, une ligne éditoriale stricte est essentielle pour un blog. C’est pourquoi trop se servir de son blog pour développer le référencement d’autres sites  n’est pas forcément une idée judicieuse…

L’idée de la corruption d’un blog n’est jamais très lointaine…

 

Qu’en pensez-vous ?

Utilisez-vous vous-même votre blog à titre (prioritaire) de référencement ? Pourquoi ?

 

Bonne journée !

Repost 0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 13:00

Bonjour ! 

175_friendship.jpg

 

 

 

Les relations pros sur les réseaux sociaux : fake ou non ?

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, je vous propose un article comme peut les faire @denishirst, je lance une thématique et j’attends vos réponses non seulement pour apprendre de vos réponses mais également pour rédiger plus tard, selon les réponses, une synthèse de vos commentaires. Surtout, n’hésitez à me donner vos avis !

 

Sur Twitter, et plus largement, les réseaux sociaux, on peut rencontrer deux types de personnes (toujours dans le domaine des relations professionnelles, comme d’habitude sur ce blog…) : 

  • Des clients potentiels : un ensemble de personnes travaillant dans le domaine d’activité sur lequel vous positionnez votre offre
  • Des collègues ou des concurrents : des personnes avec lesquelles vous serez liées en proposant des prestations proches…

 

La présence de ces deux types de personnes sur le même support entraine forcément des conséquences importantes en matière de relations personnelles. 

Comment se « tenir » alors sur les réseaux sociaux ? Et comment faire pour satisfaire ses deux cibles ? 

 

Je vous pose la question : comment faites-vous ?

 

Bonne journée !

 

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 21:55

Bonjour ! 

174_agrgressivite.jpg

 

 

 

 

 

Le niveau d’agressivité d’un discours dépend toujours du point de vue du lecteur…

 

 

 

 

 

 

 

Un peu de la même façon que pour des thématiques différentes, le blog d’entreprise est fait de plusieurs types bien distincts. 

  • Un blog de conseil
  • Un blog d’expérience
  • Un blog de présentation de produits
  • Un blog de communication

 

Ce blog ne s’intéresse qu’aux blogs professionnels (activité indépendante ou de société), je ne parle donc pas des blogs privés…

 

Ces différents blogs se différencient essentiellement par leur objectif

  • Un objectif commercial : l’objectif global est de faire vendre des produits ou des services. Pour cela, les billets seront des présentations de ces derniers. Le blog sera alors une extension communicante du département « publicité et promotion » de l’entreprise (s’il existe). Le degré de personnalisation du blog est faible. 
  • Un objectif d’image : proche d’un blog « personnal branding » pour un indépendant, ce blog permet de travailler l’image d’une entreprise ou d’un freelance. Le faire connaître, développer sa notoriété, corriger un point de vue… Il s’agit de mettre en avant ou de défendre l’image d’une entité commerciale. Le degré de personnalisation du blog est fort. 
  • Un objectif de communication : Entre les deux, ce type de blog poursuit un objectif différent. Celui de proposer un contenu pertinent et réfléchi permettant de faire « avancer le schmilblick ». Il ne s’agit pas de vendre directement, ni de mettre en avant une personnalité directement mais bien de positionner une activité, une thématique (ou pas !)… Selon la ligne éditoriale développée, la cohérence sera (ou non !) bonne mais l’exercice est difficile et sans certaines limites, il est facile de se perdre en chemin…

 

Ces objectifs sont souvent mélangés, de même que les types de blogs, mais il en ressort toujours une constante. Si le meilleur critique d’un blog est évidemment le lecteur, le rédacteur aura forcément un impact déterminant sur la conduite à tenir…

 

Pour chacun d’eux, le degré d’ouverture du blog (vision personnelle des produits ou discours formaté) dépendra des rédacteurs. De même, l’ouverture des commentaires dépendra de la capacité de l’entreprise à répondre et entendre les critiques…

 

Pour autant, ces différents blogs ont tous un point commun : le lecteur ! Toutes les stratégies développées tournent autour de lui pour l’intéresser, le fasciner, le faire réfléchir ou sortir sa CB… Sans lui et ses sanctions (positives ou non) dans les courbes de trafic ou dans les commentaires, les blogs n’auraient pas de raison d’être, non ?

 

Qu’en pensez-vous ?

D’autres types de blogs pros ?

 

Bonne journée !

Repost 0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 08:55

Bonjour ! 

 

173_frequence.jpg

Cette semaine, un peu comme la semaine dernière, jeudi est un jour férié. Donc peu de gens travaillent ! On peut alors clairement se demander si les billets de blog vont avoir autant de succès que d’habitude cette semaine… Et si, finalement, il est utile de bloguer…

 

Je vois déjà venir certains d’entre vous qui soutiendront que le « blogging » est une passion et que ce n’est ni la pluie, ni la neige, ni les jours fériés qui vont l’altérer ! Quand je parle de « blog pro », je ne pense pas directement aux passionnés qui, la plupart du temps, éditent un blog plus personnel que professionnel… 

Mais beaucoup de professionnels du web ont compris l’intérêt de tenir un blog, soit par l’expérience (ils ont pu voir que « ça marche") soit parce qu’ils ont été convaincu. Et il est alors logique de se demander si « cela vaut la peine » les semaines comme celle-ci…

Par exemple, l’éditrice du blog « Le blog a collants », blogueuse et vendeuse depuis peu, s’est vite rendue compte de l’intérêt formidable de la tenue de ce blog, si tant est qu’on soit intéressée et que le contenu soit pertinent (je ferais peut-être une interview d’elle un de ces jours…). 

 

Personnellement, vous le savez, dans une semaine « normale », je publie 3 billets qui ont, selon les jours, des « spécificités propres » (j’en reparlerai dans un billet sur l’évolution d’une ligne éditoriale)…. Mais cette semaine n’a que 4 jours travaillés alors comment faire… ?

 

Pour ce qui est de la régularité « classique » de votre blog, il s’agit de bloguer régulièrement mais pas forcément souvent. Régulièrement pour :

  • Habituer ses lecteurs à un certain rythme
  • Fidéliser ses lecteurs

Il s’agit de leur proposer du contenu nouveau, pertinent, amusant, innovant

 

La régularité a quelque chose à voir avec l’image donnée par le blogueur et donc l’entreprise qui lui est liée. Comme quelqu’un qui est à l’heure à ses rendez-vous dégage une image positive de « quelqu’un sur lequel on peut compter », c’est la même chose sur un blog. Par exemple, si l’on trouve des astuces sympas sur un blog, on aura nettement tendance à y revenir si on sait que le blog publie tous les mardis par exemple…

Vous voyez ce que je veux dire ?

 

Cette régularité devient alors une donnée subjective qui, si elle doit largement être encouragée, dépendra des ressources et des possibilités du blogueur mais également des objectifs commerciaux qui se cachent derrière…

 

Dans les cas de semaines ou de périodes non habituelles, comme cette semaine par exemple, il est bon à mon avis de garder les mêmes objectifs mais de simplement les adapter. 

Par exemple, pendant le moins d’Aout, j’avais réduit mes publications à 2 par semaine, j’ai fait la même chose la semaine dernière… A nouveau cette semaine et on devrait rependre le rythme habituel la semaine prochaine (d’autant que les fêtes approchent). 

Il s’agit donc d’une sorte de régularité dans l’inhabituel… Les lecteurs savent que lors de semaines particulières, les habitudes vont un peu changer mais l’essentiel sera toujours là ! 

 

Qu’en pensez-vous ?

Etes-vous régulier dans vos publications ? Comment faites-vous ?

 

Bonne journée !

 

Repost 0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 18:26

Bonjour ! 

172_recommend.jpg

 

 

 

 

 

 

Qui recommande qui ? Le chat ou la souris ?

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui recherchent en externe des prestations de communication web et webmarketing ou référencement, la question se pose souvent du consultant freelance ou de l’agence. Bien entendu et comme d’habitude, mon propos se dirige plus vers les nouveaux entrepreneurs web mais la réflexion va au-delà de ce clivage…

Beaucoup d’encre (numérique !) a coulé sur ce sujet, il ne s’agit donc pas à nouveau d’en reparler de la même façon mais d’aborder la question de la capacité à communiquer (avec les clients comme avec les internautes…) de l’un comme de l’autre…

 

Je précise que je suis personnellement un freelance et que je fais également partie d’une agence web… Mon point de vue ne devrait donc pas être « trop » partisan !

 

Les arguments classiques permettant d’opposer les 2 sont : 

  • Le prix
  • La puissance du réseau en référencement
  • La relation client

Ce dont on parle moins, mais que j’ai déjà régulièrement vu, c’est la capacité des freelances à assurer une veille, indépendamment des dossiers à traiter. Non pas que les salariés des entreprises soient incapables de le faire, non sûrement pas, mais les situations de « salarié » et de « freelance » sont bien différentes…

 

La qualité de la prestation est souvent l’argument principal des freelances alors que les agences se basent surtout sur la puissance de leur réseau, leurs références (que peuvent avoir les freelances) et le prix de leurs prestations… Cette qualité passe la plupart du temps par une veille technologique efficace. 

 

Il me semble que la différence essentielle entre les deux « entités », c’est essentiellement sur une question d’organisation qu’elle se joue. Le freelance organise son travail pour ses clients et pour lui-même alors que le salarié, même s’ils ont finalement à peu près les mêmes compétences, s’organise au sein de sa société et pour ses clients – de la société – (s’il développe des velléités personnelles, il n’est sans doute pas parfaitement inséré dans le moule…). 

Cela sous-entend que si la société lui demande, il fera de la veille. En revanche, si elle ne le fait pas, peu de chance qu’il fasse cette veille pour la société et ses clients sur son temps libre… Sauf dans le cas où la personne a quelque chose à gagner dans l’entreprise… C’est pourquoi d’ailleurs que les entreprises ont, pour la plupart à partir d’une certaine taille, un service de veille…

Le freelance fait clairement moins la différence entre sa situation personnelle et professionnelle, statut oblige…. Pour lui, la veille sera un argument de vente voire une prestation à part entière ! Il est même probable qu’il le fasse sans forcément avoir conscience de le faire, s’il est inséré dans la blogosphère, s’il consulte des sites considérés comme « faisant autorité » ou fiables…

 

Le freelance sera-t-il pour autant un meilleur conseiller ?

« Pas certain mais probable » aurais-je répondu…

« Baigner » dans la veille technologique fera de lui un connaisseur, quelqu’un à la pointe des nouveautés mais ce ne sera pas parce qu’il sait des choses qu’il sera meilleur conseiller que quelqu’un d’autre. 

Pour conseiller, je pense qu’il faut savoir se mettre à la place de ceux que l’on conseille. Pour cela, l’expérience de situations diverses est importantes mais d’autres facteurs rentrent en ligne de compte…

 

Et pour savoir se mettre dans la tête des autres (professionnellement j’entends), il faut savoir prendre quelques risques et, potentiellement, se tromper (ou alors consulter une voyante, mais là-encore, les résultats ne sont pas certifiés…). Ce n’est pas dans l’esprit « salarié » mais nettement plus dans un esprit « entrepreneur »…Bien sûr, ce n’est qu’une tendance à laquelle je crois…

 

Le veilleur altruiste est-il alors le meilleur consultant ?

A vos claviers ? Je suis impatient d’avoir vos avis…

 

Bonne journée !

Repost 0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 21:07

Bonjour ! 


171_welcome.jpg

 

 

 

Welcome to my website !

 

 

 

 

 

La page d’accueil d’un site (e-commerce ou non) est un passage obligé, un point incontournable aussi bien en matière de référencement ou de communication. C’est pourquoi il est essentiel d’en parler !

 

Un petit test rapide vendredi dernier sur Twitter (Merci à tous ceux qui m’ont répondu !) me donne les résultats suivants : 

Une bonne page d’accueil doit être : 

  • « accueillante » : 3 réponses
  • « claire » : 2 réponses (complète avec des informations faciles à trouver)
  • « rassurante » : 1 réponse (on est sur le bon site)
  • « élégante » : 1 réponse

 

A mon avis, il est clair que les premières idées auxquelles on pense quant à une « page d’accueil » de site web ont trait à : 

  • Graphisme
  • Hiérarchisation des informations
  • Impact communicationnel

 

La page d’accueil d’un site web est (bien souvent) le premier contact avec un site web. Et ce premier contact se doit d’être particulièrement percutant sous peine de voir son taux de rebonds décoller…

Ce n’est pas cette page d’accueil qui fera directement vendre mais c’est elle qui peut faire perdre une vente ! (tiens, j’ai déjà entendu ça quelque part !)

 

A mon avis, les deux armes essentielles d’une page d’accueil sont la sobriété et la simplicité. « Sobre » dans le sens où elle ne doit pas dérouter l’internaute vers un autre message ; « simple » dans le sens où le message à transmettre doit être simplement construit, sans prendre de chemins détournés, potentiellement plus ambitieux mais plus risqués. 

 

Une page sobre

« Sobriété » ne signifie pas « dénuement »… !

Une page sobre est celle qui sert le mieux possible un message, sans créer d’interférences ou de parasites limitant la perception du message. Prenons la page d’accueil de google.fr. Vous la trouvez vide ? Non. On comprend instantanément qu’il s’agit d’un outil de recherche. Pour Yahoo, c’est moins évident mais ils ne poursuivent pas les mêmes objectifs !

Pour chaque élément de la page, pris de manière autonome (bannière, graphique, zone de texte…), vous devez pourvoir vous poser la question : « cet élément, sert-il d’une manière ou d’une autre, le message global de la page ? » et y répondre positivement. Sinon, il affecte la lecture et n’est donc pas « bon »…

Le respect de la charte graphique est donc essentiel pour créer un sentiment de cohérence t d’harmonie. Les images sont à utiliser prudemment, les animations également…

Les « arbres de Noël » sont bien sûr à proscrire ! 

 

Je trouve souvent sur des sites de la musique en arrivant sur la page d’accueil. Le choix de la musique a bien sûr son importance (attention aux musiques d’ascenseur…) mais je voulais plutôt mettre l’accent sur la décision d’en mettre une ou non…

Cette musique doit servir la navigation sur cette page, elle doit introduire le site et être en lien direct avec la thématique du site ou ne pas être… J’ai trouvé il n’y a pas longtemps le requiem de Mozart pour « ouvrir » un site d’une boutique de chaussures… No comment… Le taux de rebond de cette page devait être assez spectaculaire…

 

Un message simple

La simplicité est, à mon avis, l’atout essentiel d’un site vitrine sur les boutiques e-commerce. Mais comme une page d’accueil est une sorte d’introduction/sommaire du site, il est logique qu’elle soit plus complexe si le site contient 500 pages ou plus par rapport à 15 pages…

Le message doit tenir en quelques mots. Quelques exemples : 

  • « ce site est un site de vente en ligne de chaussures pour femmes, bon marché et originales »
  • « ce site est un site de vente en ligne d’accessoires de puériculture et vêtements de grossesse » (2 exemples pour des sites e-commerces)
  • « ce site est un site d’actualités et d’articles d’informations diverses sur le produit de beauté naturel des femmes » (site d’actualité)
  • « ce site est un site de présentation d’un garage de contrôle technique » (site vitrine)

J’exagère dans la question de la « simplicité » mais l’idée est là !

 

Ensuite, le site doit présenter le contenu global du site. Toutes les thématiques du site devront alors être abordée d’une manière ou d’une autre, un visuel, une petite animation, un graphisme représentatif ou du texte bien mis en valeur… Qu’on parle d’un site e-commerce ou d’un site vitrine, le principe est le même. 

Si vous vendez des vêtements « grandes tailles » sur votre e-boutique de prêt à porter, il faut le dire sinon : 

L’internaute ne comprendra pas pourquoi il est arrivé sur votre site en tapant « vêtements grande taille » sur Google et repartira…

L’internaute se dira qu’il s’est trompé et que le site ne « fait » pas de « grandes tailles »… et repartira…

Dans les deux cas, vous manquez votre cible…

 

Communication et graphisme : les deux faces d’une même feuille

Cette métaphore nous vient d’un des pères de la linguistique moderne, F de Saussure dans son Cours de linguistique générale et s’applique au départ aux deux faces du signe linguistique, le signifiant et le signifié. Je la reprends et l’adapte pour montrer la proximité entre le message et la construction graphique et visuelle qui en découle…

 

Mon avis serait le suivant : « le graphisme, c’est de la communication et pas l’inverse » mais, n’étant pas graphiste, je ne sais que « parler » de graphisme et en évoquer les valeurs communicatives, pas le créer…

Mais un site sans charte graphique globale et cohérente (sans parler de sa capacité à attirer l’œil et plaire à l’internaute), c’est comme un devoir de philo sans plan, on ne répond pas à la question, du moins on ne le montre pas… (Désolé de cette comparaison mais c’est la première que j’ai trouvée !) ! 

 

C’est pourquoi le métier de webdesigner est un métier complexe auquel il est indispensable de faire appel pour votre site. Mais si les besoins sont clairs, que le commanditaire sait ce qu’il veut, que le graphisme comprend tout cela et le synthétise correctement, sa créativité fera le reste facilement…

Bien sûr sans mettre un mot sur ce que je viens de dire ! Tout cela se fait inconsciemment !

 

Et le référencement dans tout ça ?

D’un point de vue SEO, la page d’accueil concentre toute la popularité du site, essentiellement à cause du fait que la plupart des liens pointent naturellement vers cette page. Même s’il faudrait que les pages profondes du site soient également « linkées », les liens « par défaut » sont faits sur l’url « primitive » du site. 

Cette page est donc essentielle. Il faudra donc veiller à ne pas la corrompre d’une manière ou d’une autre…

 

La page d’accueil d’un site sert la plupart du temps de d’étalon pour des échanges de liens ou toute autre sollicitation SEO. C’est cette page qui a le Page Rank le plus fort (puisque, je le rappelle, le Page Rank est différent pour chaque page sur le web et non lié à un nom de domaine comme l’Alexa Rank par exemple). 

La plupart du temps (cela dépend un peu de l’objectif), dans les articles de référencement que je rédige et publie, je mets toujours un lien vers la page d’accueil et d’autres liens vers les pages profondes. 

 

Dans le linking interne, cette page rassemble tous les liens vers les différentes pages (souvent dans des menus). Mais, à l’inverse, il faudra penser à en créer vers la page d’accueil afin d’harmoniser la transmission de popularité. La page d’accueil joue un peu le rôle de pivot dans les échanges internes d’un site web. 

 

Une page d’accueil a l’air bien complexe à créer, non ?

Si l’on suit quelques règles, on peut arriver à un résultat probant de manière relativement simple… Et puis, la perfection n’existe pas alors…

  • Clarifiez le message de votre site, n’en tirez que l’essentiel (même ce qui vous parait ultra-simpliste doit être formulé) : trouvez la thématique (juste une courte expression), trouvez la problématique (comment vous exploitez la thématique, de quelle façon et sur quels aspects insistez-vous ?) et précisez le contexte (les marques, les lieux de ventes et leurs connotations telles que le luxe, la proximité, la simplicité…)
  • N’essayez pas de tout faire rentrer dans votre page d’accueil mais au contraire d’ouvrir vers l’extérieur, n’oubliez pas que cette page représente un contenu, elle est symbolique
  • Si le site a été clairement et simplement construit, cette page d’accueil (que je conseille d’imaginer en dernier) sera forcément le reflet de ses qualités…
  • N’oubliez pas que la page d’accueil doit jouer le rôle de point de départ pour tous les éléments de votre commerce. Elle doit rassembler toutes les informations utiles au visiteur, concernant les données expliquées dans le site mais elle doit également donner accès facilement à vos coordonnées et tout ce qu’il faut pour vos contacter…

 

Pas facile de créer une bonne page d’accueil mais pas facile non plus d’en parler… Qu’ai-je oublié à votre avis ? Avez des « expériences » à faire remonter ?

 

Bonne journée ! 

 

Repost 0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 20:52

Bonjour ! 

170_king_crown.jpg

 

 

 

 

Aujourd’hui, le blog de CWM déroule le tapis rouge…

 

 

 

 

 

Je vous propose aujourd’hui une interview d’E. Ogez que je suis depuis un petit moment sur les réseaux sociaux et qui me semble avoir un parcours passionnant et très qualitatif ! Vous me direz ce que vous en pensez ! 

 

Question 1 : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis responsable Marketing chez XWiki (une société qui édite des solutions de collaboration open source basées sur le wiki) et consultante en médias sociaux et gestion de l'identité numérique. Je suis également blogueuse sur différents sites (notamment Emilie Ogez News, Doppelganger et Motrech), organisatrice d'événements (par exemple les Yulbiz) et auteure. A ce titre, j'ai participé à plusieurs publications (ebooks et ouvrages collectifs). Vous pouvez me retrouver sur Twitter, Facebook et Viadeo.

 

Question 2 : Cela fait un moment que je vous suis sur Twitter (entre autres) et il est certain que votre avis, sur la blogosphère « communication web » au sens large, est largement suivi et considéré comme fiable, probablement ce qu'on appelle l'autorité… Qu’en pensez-vous ?

Ce n'est pas à moi de dire si oui ou non, je fais autorité. C'est à ceux qui me suivent, me lisent, m'écoutent de se faire leur propre jugement. Ceci dit, j'ai constaté que j'étais considérée comme une personne influente dans la blogosphère. Et je ne peux que m'en réjouir, c'est valorisant. Mais je ne vais pas prendre la grosse tête pour autant. Je vais continuer à faire ce que je fais, de la meilleure façon qui soit et le plus naturellement possible. :) Enfin, faire « autorité » sous-entend pour moi quelques responsabilités ; en effet, dans une certaine mesure, on doit faire un peu plus attention à ses propos et actions sur le Web.

 

Question 3 : Pensez-vous qu’il existe clairement une influence concrète de la blogosphère ? Une sorte de système hiérarchique primitif ?

Je ne crois pas qu'il y ait une influence concrète de la blogosphère. Il y a des blogueurs connus, très suivis... mais cela ne veut pas dire qu'ils peuvent impacter les décisions de leurs lecteurs. Ces derniers, en général, ne consultent pas une seule source d'information. Du moins, j'aime à le croire. Ormis cela, selon moi, chaque blogueur, à son niveau, a de l'influence sur sa communauté de lecteurs. Enfin, encore deux choses : on associe trop souvent influence et nombre de lecteurs, de visites... et ce n'est pas la blogosphère mais le Web en général qui peut faire bouger les choses.

 

Question 4 : Votre expérience des communautés est reconnue… Quelle est votre utilisation du Web ?

J'utilise le mail, comme la majorité des internautes, et aussi les moteurs de recherche, la messagerie instantanée et plusieurs médias sociaux. Pour m'informer, gérer mon réseau (proche et moins proche) trouver, échanger, débattre, discuter, partager, aider et aussi promouvoir et faire de la veille.

 

Question 5 : Quel réseau social utilisez-vous majoritairement, pour vos diverses activités, et pourquoi ?

J'utilise essentiellement Facebook. J'y ai un profil et je gère plusieurs pages Fan (dont la mienne et celle de XWiki). J'utilise mon profil pour diffuser des informations insolites ou amusantes... et échanger avec mon réseau d'amis. Sur ma page Fan, je diffuse les articles de mon blog personnel et je parle plus de mes activités de consultante. Sur la page fan d'XWiki, on retrouve les articles du blog de la société et des informations relatives aux produits, à la marque ainsi que des actualités.

Je trouve qu'il y a plus d'interactivité et de réactivité sur Facebook que sur Linkedin, et encore plus que sur Viadeo. Et ce réseau social me permet de réunir ce qui relève du personnel et ce qui relève du professionnel.

 

Question 6 : Quels conseils prodigueriez-vous à quelqu’un qui se lancerait sur le Web ?

Je lui conseillerai de prendre le temps nécessaire pour découvrir le Web, son fonctionnement, de se familiariser avec ses rituels et ses codes, d'étudier la gamme des outils existants (pour créer un site, le rendre social...), de bien définir ses objectifs, son projet... Pas de précipitation ! Les deux autres points importants : 1) créer un site c'est bien, qu'il ait du trafic c'est encore mieux. Il faut allier contenu pertinent et opérations de communication ciblées ; 2) accorder une place, un rôle aux visiteurs/consommateurs.

 

Merci de votre participation ! 

 

Notre invitée de jour (j’hésite à l’appeler « Emilie » !) pointe un certain nombre de points intéressants, à méditer : 

  • La responsabilité du blogueur influent : si l’on a une certaine influence et autorité, il semble bien (comme des parents face à un enfant) qu’il faille réfléchir avant d’agir car ses actes (verbaux ou gestuels) auront un impact sur les personnes qui vous suivent et qui pourront éventuellement les répercuter…
  • La blogosphère n’est pas un tout mais une simple somme de blogueurs : cela sous-entend un certain nombre de choses (bruit, discordance, répétition…) dont il peut être intéressant de parler…
  • L’utilisation de Facebook pour de la rediffusion d’information ciblée
  • La capacité à segmenter son activité professionnelle et son activité privée sur des réseaux sociaux communs

 

Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à donner votre avis et à poser vos questions à Emilie (ca y est, j’y arrive !)

 

Bonne journée !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher