22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 20:00

 

Bonjour !

 198_puzzle.jpg

 

 

 

 

Trouver la bonne adéquation entre site et blog…

 

 

 

 

 

Un blog (à visée professionnelle) peut avoir globalement 2 objectifs généraux : 

  • De référencement
  • De communication
  • (Et rarement) Commercial !

 

Référencement et communication sont bien souvent largement imbriqués mais, comme vous le savez, je suis plutôt partisan d’un blog de communication qui est tourné vers les internautes et qui n’est pas seulement une vitrine de publication d’articles. 

 

La communication dans un blog

Un blog (essentiellement) de communication est un blog qui sert d’outil de communication à l’entreprise X vers ses internautes. 

Il est certain que, de ce point de vue, le blog suivra une ligne éditoriale stricte. Elle parlera des produits ou services vendus par l’entreprise. Mais, plus spécifiquement, elle poursuivra, à des degrés divers, les objectifs suivants : 

  • Attirer les internautes sur la boutique (de produits ou de services) : le blog sert alors d’intermédiaire, de « site d’entrée »…
  • Donner des conseils plus ou moins orientés vers les services proposés
  • Se construire une image et une e-reputation, communiquer sur le fonctionnement et servir de « service de presse »

Dans tous les cas, le blog sert de lien de communication avec les internautes mais il attire également et permet de faire connaître une expertise sur un thème donné. 

 

Ce sur quoi il me semble utile d’insister, c’est que ces différents objectifs sont la plupart du temps tous présents mais à des degrés divers !

Et qu’il est important de penser (un peu) à chacun d’entre eux pour ne pas « faire de boulette » !

Par exemple, un blog qui promeut les produits vendus sur le site e-commerce doit intégrer à mon avis une part d’humilité et de retenue envers la qualité de ses services. Un blog purement commercial (« mes produits ou services sont les plus beaux, les meilleurs ») n’a pas beaucoup d’avenir !

 

Cette dimension communicative (« ce produit peut être porté en telles circonstances », « ce service pourra vous permettre de… ») est essentielle sur un blog car un blog doit bien être pensé, pour être efficace, dans toute l’étendue de sa dimension « 2.0 ») et communication. 

Son contenu doit dès lors apporter quelque chose au lecteur pour pourra interagir ! 

 

Quelle utilité pour la fidélisation ?

C’est à partir de là que votre blog pourra devenir un véritable objet de fidélisation. Si son contenu apporte quelque chose d’original et/ou d’exclusif, les internautes reviendront forcément. 

La façon d’écrire est également essentielle. Si un internaute ne l’apprécie pas et que le contenu n’est pas optimal (s’il peut trouver un peu la même chose ailleurs), peu de chance qu’il revienne mais si l’information ne se trouve pas ailleurs, ça le fera peut-être réfléchir…

Alors il est certain que l’internaute pourra uniquement revenir pour le contenu du blog est pas celui du site. A vous ensuite de mettre les deux en adéquation !

 

Ne négligez pas le net-linking !

Si un blog uniquement fait pour du référencement a quelque chose d’un peu trivial et vulgaire, il n’empêche qu’il draine la plupart du temps un bon trafic ! Si le contenu est bien mais que personne ne le voit…

C’est pourquoi faire connaître son blog indépendamment du site de son activité principale est  bien souvent une bonne idée. Vous aurez compris que je ne suis pas partisan d’un blog uniquement « objet » et « esclave » du site principal…

 

N’hésitez donc pas à :

  • Faire des échanges de liens
  • Rédiger intelligemment vos titres, h1 et h2 (sans parler des metas title)
  • Inviter d’autres blogueurs sur le vôtre
  • Rédiger des articles pour d’autres et vous faire connaître
  • Faire des liens vers d’autres articles (si vous restez seul dans votre coin…) ! Même chez des concurrents…

 

Pour attirer du monde sur son blog, la plupart du temps, seul un contenu efficace et pertinent suffit ! 

 

Bonne journée !

 

Repost 0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:46

Bonjour !

197_simplicite.jpg

 

 

 

 

Ne vous prenez pas non plus la tête !

 

 

 

 

 

Il y a quelques jours, je lisais cet article de l’agence Redactio sur le « Parler concret » et publié sur son blog. Dans la continuité de mon dernier article sur l’activité d’un site de publication en ligne, je me suis dit qu’il était logique de se poser la question du « quoi écrire et comment attirer les internautes » ou plutôt avec quel contenu…

 

La question est loin d’être anodine. Parler concret… Oui ! On se rend bien compte que ce type de discours « ancré dans une réalité » et « parlant » aux internautes est efficace surtout si l’on parle à une cible bien précise. 

Et bien justement, le type de discours va dépendre essentiellement de la cible. C’est pourquoi 2 blogs peuvent parler strictement de la même chose mais, s’ils ne s’adressent pas aux mêmes personnes, ces 2 blogs ne seront par principe pas redondants ! 

Le « créneau » de son blog n’est donc pas une question de sujet, du moins pas seulement ! Et être pertinent, non plus ! Si, pour un site e-commerce, il est important de trouver une « niche » (un produit ou type de produit « vierge » et peu vendu) ; la question est toute autre pour le discours d’un blog… Pourquoi ? Essentiellement pour une raison : un blog est prioritairement un outil de communication (attention au SEO qui commence à s’insurger, je parle de « priorité » !) et la communication est une façon de traiter un discours mais chaque traitement est personnel ! Les fermes de contenus, dont on parle beaucoup en ce moment, n’ont d’ailleurs pas beaucoup d’avenir dans la communication non plus…

 

Donc reprenons quelques critères : 

  • « Rester concret »
  • « Parler directement » peut être une bonne solution
  • Personnaliser le point de vue et l’associer à une personne physique

 

Je remarque bien souvent que les points de vue sur la communication d’un blog par un communicant (bardé de diplômes ou pas…) et par « Monsieur-tout-le-monde » sont bien différents. « Monsieur-tout-le-monde » aura probablement plus tendance à faire de l’autobiographie…

 

Je prenais l’exemple pour commenter ce matin un article assez bien vu sur la finalité d’un blog e-commerce du Blog à collants (le blog du Tiroir à collants). Sur ce blog, la manière de s’exprimer est directe, simple et pertinente. Sans le savoir… Une manière de bloguer qui répond à de vraies attentes des internautes !

Alors aux chiottes les communicants dans mon genre ? Pas forcément mais cette manière d’écrire est indéniablement efficace, non ?

 

Qu’en pensez-vous, vous les blogueurs professionnels… ou non… ?

 

Bonne journée !

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 08:29

Bonjour !

196_activite.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Ne vous arrêtez pas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec un peu d’expérience sur le web, on peut constater 2 types de sites sur le net : 

  • Les « gros » : gros volume de page, beaucoup de ventes, gros CA, bon référencement…
  • Les « petits » : exactement l’inverse

 

Bien entendu, ce que je viens de dire est entièrement faux (!) ! La plupart des sites sont entre ces deux types. Mais comment différencier un « petit » d’un « gros » ?

On peut en citer un certain nombre mais je voudrais parler aujourd’hui de l’activité d’un site web

 

En effet, il s’avère essentiel de mettre à jour, modifier régulièrement son ou ses sites web. Pourquoi ? On peut regarder cela de 2 points de vue : référencement et communication, comme souvent sur ce blog…

 

Référencement et mises à jour

Pour les moteurs (et Google en tête), il est essentiel de montrer des modifications régulières. Celles-ci sont clairement un des facteurs de bons positionnements. Mais ce facteur est particulièrement flou… Pour autant, il existe et a une incidence probablement croissante, notamment avec l’avènement des blogs…

Pour Google, un site régulièrement mis à jour est un site actif et qui n’est pas abandonné, donc qui est potentiellement pertinent pour les internautes…

 

Communication et mise à jour

Pour l’internaute, c’est un peu différent. Celui-ci ne s’aperçoit pas forcément des modifications… Pour autant, le peu qu’il aperçoit (dans le cas d’une refonte complète, ce devrait être visible) lui donne lui-aussi l’impression d’activité et de vivacité du site en question. Suivre les actualités, les évènements, proposer de nouveaux conseils et astuces est par principe pertinent et efficace. Un site qui est toujours le même, même si les produits ou services vendus sont intéressants, n’ira pas très loin…

 

Quel type de mise à jour et sur quels types de sites ?

La question se pose en effet, un simplement changement d’image ou de lien est-il considéré comme une « mise à jour » (MAJ) ? La question qu’il est préférable de se poser est : cette mise à jour ou modification apporte-t-elle un vrai plus à mes lecteurs/internautes ?

Si la réponse est oui, on peut clairement considérer que cette MAJ est une « vraie » MAJ. Mais il est clair que la limite est difficile à poser… Google se prend d’ailleurs la tête dessus depuis longtemps. Comment une modification de code invisible pour l’internaute mais bonne pour le moteur sera-t-elle considérée ?

 

Tous les sites ne sont clairement pas les mêmes !

Selon si vous gérez un site de publication, un site corporate, un site e-commerce, un blog, le « principe » de la mise à jour ne sera évidemment pas le même ! Un blog est logiquement souvent mis à jour mais un site institutionnel pas forcément. 

Mais il est essentiel de faire soi-même un effort pour apporter des modifications régulières à son site, faire preuve d’innovation, d’animation et d’activité ! Votre activité vous en remerciera…

 

En vous, qu’en pensez-vous ? Mettez-vous régulièrement votre site à jour ?

 

Bonne journée !

Repost 0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 21:25

 

Bonjour !

195_liens-personnes.jpg

 

 

 

 

 

 

Ne vous battez pas pour un lien, ils n’ont pas tous la même importance !

 

 

 

 

 

 

Suite de mon article de jeudi dernier sur le lien parfait de référencement ! Mais je ne vais pas parler de référencement, tout au plus quelques allusions…

La « conclusion » de ce billet était qu’un lien de référencement est bien différent d’un lien de communication mais possède forcément quelques caractéristiques communes…

Je discutais avec un collègue hier à propos d’un projet e-commerce qu’on devrait bientôt lancer. Nous parlions de la stratégie de référencement et de communication à développer pour ce site et il me disait qu’il allait s’occuper du référencement et moi de la communication mais que j’allais forcément faire des liens d’une manière ou d’un autre donc faire du référencement. Elémentaire mais logique ! 

Et cela reste une notion à prendre en compte !

 

Je disais jeudi dernier que « Il [le lien de communication] n’existe pas pour lui-même, contrairement au lien de référencement mais est le complémentaire indispensable à un contenu de communication ! ».

En effet, le sujet de la communication, c’est le discours. Le lien hypertexte n’est que le moyen d’accéder plus facilement aux arcanes de ce discours et de mieux le comprendre, non ?

 

Les types de discours du web et la valeur d’un lien dans ceux-ci

Quand on communique, on parle, on explique, on dit, on incite, on influence… Bref autant de caractéristiques que de discours finalement…

Sur le web, dans nos métiers de création et alimentation d’une conversation 2.0, on peut se trouver confronté à plusieurs types de discours. Si la professionnalisation du métier de rédacteur web spécialisé forcément la rédaction en fonction du site de publication et d’un certain nombre d’autres facteurs, je pense néanmoins qu’on peut imaginer : 

  • Un discours type communiqué de presse (pas le communiqué "classique" de presse) : ce n’est pas une publicité mais l’idée est de parler d’un avantage particulier de tel ou tel entreprise pour pouvoir y placer quelques ancrées et liens optimisées. Presque un texte commercial finalement ! Habituellement pas plus de 300 mots…
  • Un discours type article de presse : celui-ci est (normalement) objectif. Il peut être fait pour un portail d’information et peut toucher à tous les thèmes. Il peut s’agit d’un communiqué. Court également, pas tellement plus de 300 mots…
  • L’article marketing voire publicitaire : à l’inverse du précédent, l’article marketing est complètement subjectif et adopte le point de vue corporate de l’entreprise. Il s’agit de promouvoir un des aspects de l’entreprise. Il est destiné aux internautes, aux futurs acheteurs du produit promu. Si le ton peut ressembler (sans en épouser toutes les caractéristiques) à un communiqué de presse, la cible est différente puisqu’il ne s’agit pas des moteurs de recherche. 
  • L’article de réflexion ou l’essai : rien à vendre dans celui-là ! Il s’agit cette fois de réfléchir, de partager sa réflexion pour conseiller, convaincre, montrer… Le blog de CWM est un des exemples que l’on peut trouver pour cela. 
  • L’article promotionnel de blog : il peut s’agit d’un article rédigé dans le but de présenter une activité ou une de ses branches. On demande à le publier sur un blog ou un portail extérieur à son site amenant un certain trafic ou donc les visiteurs peuvent être intéressés par le contenu du billet. Une dernière utilité peut-être le référencement, évidemment. Quelques bons liens optimisés sur un domaine autre que son propre blog par exemple, sont toujours bons à prendre. Celui-ci se rapproche du communiqué de presse généraliste même si le support est tout autre. 

 

Il en existe bien d’autres mais, pour une utilisation professionnelle et dans le cadre des sujets traités sur ce blog, il ne me semble pas utile d’aller plus loin dans cette liste !

 

La valeur argumentative du discours

Chacun de ces discours possède le lien comme point commun. Et, mis à part le communiqué de presse dont l’objectif est clairement et prioritairement le référencement, les liens hypertextes dans les autres formes de discours permettent d’aller plus loin dans l’explication, d’illustrer ou de monter un exemple et n’ont qu'une fonction complémentaire et non prioritaire. 

Le référencement s’en sert comme une fin, la communication (au sens très large hein…) comme un moyen !

Un discours de communication, quel qu’il soit, doit apporter quelque chose, il est construit pour convaincre, expliquer, conseiller. En bref, il doit être basé sur des arguments qui lui permettent de démontrer son objectif. Une publicité, par exemple, vante les mérites d’un voiture (ou d’un produit quelconque) par rapport à une autre voiture, le plus souvent absente du discours. Cette publicité est construite à partir d’arguments (belle, rapide, fiable…) qui sont censés convaincre le spectateur de l’intérêt d’acheter cette voiture. 

Dans un discours sur le web, c’est bien sûr la même chose. Les liens hypertexte sont un complément, une aide, un plus permettant d’accentuer l’argumentation du discours, de la soutenir. 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée !

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 12:17

Bonjour !

194_link.jpg

 

 

 

 

 

Solides, vos liens ?

 

 

 

 

Vous le savez, l’un des piliers du référencement, c’est le net-linking (si ce n’est LE pilier, d’ailleurs). Le net-linking consiste à créer des liens vers son site pour développer sa popularité et, par extension, ses positionnements. Et tout ceci mène au graal de la première page, voire du top 3 !

 

Alors ces liens, quels sont-ils ?

J’en parle régulièrement sur ce blog, il existe différents types de liens à créer pour son site : 

  • Des liens « textuellement exilés » : indépendant d’un contexte sémantique associé
  • Des liens « textuellement insérés » : dans un contexte sémantique lié

Et

  • Des liens « exilés » dans un site non lié thématiquement
  • Des liens « insérés » dans un site lié thématiquement

Il est essentiel de comprendre que « l’insertion » des liens détermine leur pertinence. Les liens en page partenaires ou des liens en « footer » (pied de page souvent commun à toutes les pages du site) sont souvent exilés même s’ils peuvent figurer sur un site lui-même lié thématiquement. 

De cette double opposition découle 4 types de liens : 

  • Les liens exilés en dehors de paragraphes de texte et exilés sur des sites sans lien thématique direct : s’ils ont pu exister il y a des années, ce n’est plus vraiment le cas maintenant car on comprend bien qu’ils n’apportent pas grand-chose… (Pertinence : 0/10)
  • Les liens exilés en dehors de paragraphes de texte et insérés sur des pages avec lien thématique : des échanges de liens ou lien unilatéraux assez classiques en bas de page, dans une zone « partenaires » ou dans une page partenaire sans contenu propre. (Pertinence : 4/10)
  • Les liens insérés dans des paragraphes de texte et exilés sur des sites sans lien thématique direct : c’est le cas par exemple des sites de communiqués de presse. Ces sites de publication de contenus sont toujours intéressants mais la pertinence de ces liens n’est forcément pas la même ! Obtenir la publication d’un article sur un site lié est nettement meilleur que sur un site de communiqués… (Pertinence : 6/10)
  • Les liens insérés dans des paragraphes de texte et insérés sur des sites avec lien thématique : de loin les meilleurs… (Pertinence : 10/10)

Vous aurez remarqué que les notes que je mets sont purement indicatives et ne reflètent finalement que mon avis personnel, même s’il est partagé par d’autres…

 

Existe-t-il un lien parfait ?

La perfection n’existe pas, pas vrai ?

Dans ce cas, le lien parfait reste hypothétique…

  • Dofollow (je rappele que l’attribut « dofollow » n’existe pas mais uniquement l’absence de l’attribut « nofollow »…)
  • Contenu sémantique fort et lien thématique
  • Popularité de la page (et son indexation par Google bien sûr !)

La triade fatidique ? Peut-être…

 

Un bon lien de communication n’est pas un lien de référencement !

Je ne parlais, dans le début de cet article, que de référencement, vous l’aurez compris…

 

Pour ce qui d’un lien de communication et de trafic, la question est bien différente. Pour autant, la question de la pertinence se pose toujours… Mais avoir un lien placé dans du contenu n’apporte pas énormément à cette question…

Communiquer sur un site web, c’est créer un contenu qui va attirer du monde, expliquer ses intérêts… Le lien est alors l’intermédiaire logique entre l’acte de consultation du contenu en consultation et le site concerné. Il n’existe pas pour lui-même, contrairement au lien de référencement mais est le complémentaire indispensable à un contenu de communication ! 

Pourquoi je deviens tout à coup si « théorique » ?

Parce qu’on trouve énormément de contenus sur le web qui négligent cet aspect et qui poste un article sur un site de publication de contenus (vous aurez compris que je parle de Faistacom !) sans aucun lien !

 

Bien sûr, dans la réalité, la différence entre un lien de référencement et un lien de communication n’est pas aussi extrême et bien des liens répondent aux deux objectifs mais jamais dans les mêmes proportions…

 

J’irai un peu plus loin sur cette question du « lien de communication » la semaine prochaine…

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Il existe ce lien parfait ?

 

Bonne journée !

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 08:09

Bonjour !

193_pioo.jpg

 

 

 

 

 

 

Allez Pioo-Pioo ! Prends ton envol !

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez remarqué que le nom de la marque « Twitter » et le verbe « twitter » sont les mêmes ? Lorsque l’on utilise le mot « twitter », on parle du service web ou de l’action de « déposer » un message ?

Non, je ne me noie pas dans un verre d’eau : je me pose la question du coût d’un twitt pris globalement et pris séparemment…

 

Pris globalement, l’outil Twitter a d’indéniables qualités, on en a déjà parlé (sur ce blog ou ailleurs…). Mais séparément, c’est une autre histoire ! A mon avis, on ne devrait pas trop faire attention à cela. Il vaut mieux voir les choses de manière globale. 

L’utilisation des réseaux sociaux, la communication web, la rédaction d’une actu… Si on voit les choses de manière unique, ça devient complexe…

Par exemple, le compte @cwmconsulting en est à plus de 7000 tweets et je ne suis vraiment pas loquace… La quantité n’est pas le seul facteur d’efficacité, loin de là…

 

Combien de tweets par jour ?

Plutôt que de penser à une quantité, mieux vaut envisager la qualité des tweets. Je n’ai rien contre les élucubrations de mes voisins mais je doute que ne raconter que des fait ultra-personnels fasse « avancer  le schmilblick »… En revanche, avec des tweets sérieux, cela peut avoir un intérêt certain…

Donc pas de précisions là-dessus, peut-être 4 ou 5 mais cela dépend énormément d’autres facteurs…

 

Bonjour ou pas ?

Beaucoup le disent, dont moi !

Je pense que que débuter sa journée avec un tweet « lourd » (dans le sens « informationnel ») peut s’avérer un peu abrupte ! Pour autant, beaucoup de twittos ne le font pas et sont passionnant !

J’imagine également que cela dépend de l’habitude que l’on a donnée à ses followers… Certains vont s’y attendre mais pas tous !

 

Des RT, de l’info exclusive ou un peu des 2 ?

Tout dépend de la ligne choisie pour Twitter. 

Personnellement, j’opte largement pour une savante combinaison des deux. Je reste dans le créneau « référencement/communication/marketing », je RT tout ce que je vois passer qui devrait pouvoir intéresser ma TL dans ce créneau. Mais également mes articles ou réflexions personnelles à ce propos (ça reste pro quand même) !

 

Les #FF ?

Quelques-uns mais, il faut bien l’avouer, de moins en moins. Non pas que je trouve cette habitude mauvaise mais je préfère limiter mes #FF et plus faire dans la « qualité » : une vraie petite phrase qui définisse clairement le twittos !

 

Mais, ne l’oublions pas, ce ne sont pas les statistiques ou des conseils qui doivent guider notre comportement sur les réseaux mais bien la stratégie mise en place !

Et puis un peu naturel quand même ;-)

 

Et vous, personnellement, vous la gérez comment votre TL ?

 

Bonne journée !

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 12:47

Bonjour !

192_thumb.jpg 

Aujourd’hui, je vous propose une interview un peu particulière : celle d’un concurrent ! A faistacom.com… Pour autant, ce parcours est intéressant à regarder de plus près…

 

  • Peux-tu nous expliquer qui tu es et quelles sont tes activités professionnelles ?

Bonjour, je m’appelle Nicolas Laruelle, j’ai 23 ans. Je suis diplômé d'une haute école  en infographie spécialisé dans le Web et passionné de la SEO depuis que j'ai découvert le Web.

Je vis en Belgique et mes activités sont partagées entre création/référencement de sites pour les clients et référencement/monétisation de sites personnels. 

 

  • Je m’intéresse de près aux sites de communiqués de presse, tu le sais. Peux-tu nous en dire plus à propos de cette activité ?

Tout d'abord, je ne gère pas réellement de service de diffusion de communiqués de presse, même s'il m'arrive d'utiliser ce terme à tort pour amener une certaine cible à utiliser mes services de publication d'articles SEO. 

Ce type de service permet de promouvoir ses activités sur Internet et est un excellent complément aux annuaires par exemple.

 

  • Pourquoi ces deux sites de publication de contenu, Waaaouh et Publiseo ? As-tu des objectifs différents pour chacun d’eux ? En existe-il d’autres que je ne connaitrais pas ?

Le service de publication d'articles « blog.waaaouh.com » fonctionne tel qu'il est depuis septembre 2009. J'ai créé Publiseo en juillet 2010, car je manquais moi-même de plateformes de ce type. J'y ai donc vu un marché. 

Je reconnais qu'aujourd'hui, quelques mois plus tard, il en existe suffisamment de qualité. 

Le blog Waaaouh reste plus ambitieux que Publiseo, mais ce dernier reste un complément pour ceux qui désirent multiplier leurs sources de liens. Je n'ai pas d'autres services de ce type et si je devais en créer, j'essayerais de m'arranger pour qu'on le connaisse. ;-)

 

  • La politique de ces sites envers le contenu dupliqué est assez stricte ? Peux-tu nous l’expliquer ? Pourquoi ?

Pour chacune de ces deux plateformes, il faut fournir du contenu unique. D'un côté, le service est fourni gratuitement et rentabilisé grâce à la publicité. De l'autre, il est nécessaire aujourd'hui de proposer du contenu original sur son site, sans quoi on risque d'être relégué au fin fond des résultats des recherches faites sur Google. Inutile d'espérer que ce type de projet soit rentable si l'on ignore le facteur « duplicate content » (contenu dupliqué).

 

  • En effet, mais je pensais : pour quelle raison as-tu engagé cette politique de qualité (améliorée par le nombre de liens proportionnel à la quantité de texte, comme on le verra juste après…)°? Uniquement pour donner plus de « jus » aux communiqués des contributeurs ?

Je crois pertinemment qu'il est plus efficace d'obtenir 1 lien issu d'un article long et riche contenant peu de liens, que d'obtenir 5 liens depuis un article court. C'est-à-dire que pour moi, la quantité de texte joue un rôle sur le poids de la page. Avec Google, le critère nº 1 pour moi est de sembler « naturel ».

Mon objectif est donc, d'une part, de fournir un service réellement efficace pour le référencement et le positionnement dans les moteurs de recherche, mais ce n'est pas tout. Cet aspect naturel, les services que j'ai créés en profitent également. Le deuxième objectif est donc de faire les choses de manière à être suffisamment rentable. Si le service n'apporte rien à son créateur, il aura vite fait de l'abandonner ou de le délaisser. À terme ça profite donc à tout le monde d'être aussi rigoureux.

 

  • Tu acceptes un minimum de 100 mots sur les communiqués sans un seul lien et ensuite 1 lien par « cinquantaire de mot » supplémentaire. Pourquoi cette politique ? Qu’apporte-elle ?

Sans avoir fait de test précis, on peut aisément déduire que Google mesure le ratio liens / texte des pages pour juger de leur pertinence. C'est-à-dire que le nombre de liens doit rester logique par rapport à la quantité de texte.

Lorsque l'on demandait 100 mots minimum et 5 liens maximum dans le premier règlement du blog Waaaouh, nous n'avions que ça : des articles très courts truffés de liens. Nous étions laxistes et comptions sur le bon sens et la bonne volonté des utilisateurs pour choisir judicieusement un bon ratio liens/texte. Nous avons vite compris qu'il était nécessaire de mettre une limite.

Dorénavant, avec un règlement plus strict, nous n'obtenons que des articles parfaitement équilibrés sur ce point. 

N.B. : le nombre d'articles proposés quotidiennement sur ces plateformes n'a pas diminué.

 

  • Autant qu’avant ? Waaaouh ! Et quelles en sont les raisons d’après toi ?

D'après moi... Les Webmasters ont suivi le mouvement ! 

Par exemple, si vous tentez l'inscription dans un annuaire qui accepte le contenu de qualité moyenne, pourquoi vous casser la tête à rédiger un texte 100% propre qui sera gâché, car noyé dans du contenu de mauvaise qualité sur un site qui n'a pas toute la confiance de Google ? 

Pour le blog de publication d'articles, cette réflexion est valable. La majorité des utilisateurs ont compris qu'il était nécessaire de proposer du contenu riche pour avoir ces liens et que  c'était pareil pour les autres. La plateforme tout entière gagne donc en crédibilité auprès des utilisateurs. Nous sommes rigoureux sur le duplicate content et ça fonctionne pour nous, pourquoi ne pas nous suivre ?

 

  • Si aucun lien n’est placé sur les communiqués, quels sont les intérêts de ces sites ?

L'intérêt est très modéré. Je n'utilise personnellement pas les plateformes qui ne me permettent pas d'obtenir au moins un lien en dur dofollow. C'est avant tout un service utile à notre référencement, ne le nions pas. Le complément de visibilité obtenu grâce à l'indexation de la page n'est qu'un plus. Je déconseille de publier des articles sans y mettre de lien, même si je n'ai aucune raison de l'interdire. Certains publient en indiquant simplement le nom et le descriptif de leur société, libre à eux.

 

 

  • Pourquoi ces plateformes Wordpress ? Ont-elles une utilité particulière en termes de SEO ?

Outre sa simplicité d'utilisation, ses nombreux templates de base et ses plugins gratuits, c'est pour moi le CMS le mieux optimisé SEO. Nous pourrions consacrer un site entier aux détails qui justifient cela. Je dirais simplement que si Matt Cuts l'utilise pour son blog, c'est que ce choix est sans doute judicieux. 

 

Nicolas, responsable de l'annuaire Waaaouh et de 2DWeb : création de site Internet en Belgique, pour petites entreprises et associations.

 

Merci de cette interview très intéressante !

 

Bonne journée !

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 21:06

Bonjour ! 

191_hard_work.jpg

 

 

 

 

Les résultats peuvent être durs à obtenir mais le travail est toujours récompensé !

 

 

 

 

J’avoue être un peu déçu : pas de retour d’expérience sur les sites d’achats groupés

Dommage… N’hésitez pas si vous n’avez pas eu le temps la semaine dernière (vous l’avez remarqué, ma semaine était également chargée, je n’ai pas non plus pu poster de deuxième billet…) !

 

En référencement mais également plus globalement en communication web, les efforts sont bien souvent récompensés ! 

Plusieurs facteurs interviennent dans la notation d’un site par Google : 

  • Vous le savez, l’ancienneté est un des facteurs de « qualité » pour Google. Un site plus ancien qu’un autre devrait être mieux placé, comme le précise Sylvain dans son dernier billet sur l’ancienneté SEO. Ensuite, cela dépend du travail effectué sur le SEO d’un site…
  • Le contenu interne du site : nombre de pages, capacité d’indexation, optimisation, stratégie…
  • Mais également le linking interne comme externe…

 

L’ancienneté d’un site ne se travaille pas en soi, de manière directe mais indirecte par la tenue à flot de son site, ses mises à jour, la modification de textes ou l’ajout de pages… « Tenir » une activité web est un travail constant. De ce fait, il est récompensé par Google qui se traduit par un apport de trafic…

 

Le travail SEO est également récompensé. Si l’on travaille dessus (pas forcément besoin d’y travailler beaucoup de temps) régulièrement en 

  • Ajoutant des pages
  • Optimiser son site
  • Créer des liens
  • Publier communiqués et articles

Il est certain que l’on peut sensiblement et progressivement améliorer son SEO ! 

Pour autant, il ne faut pas être pressé de voir les résultats immédiatement. Il faut, à mon avis, accepter le fait que le travail payera un jour et si, en dehors d’une communication évènementielle, les positionnements ne « rendent » pas assez vite suite à une campagne de linking par exemple, il est important de se dire que Google a une mémoire (ce qui pose d’ailleurs un certain nombre de problème également…) !

 

N’hésitez donc pas, dès que vous en avez le temps et la possibilité, à :

  • Rédiger et poster des communiqués
  • Contacter blog et portails pour des publications
  • Animer un blog
  • Etre présent sur les réseaux sociaux…

 

Votre site web vous en remerciera ! 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Que faites-vous régulièrement pour votre site web ? Constatez-vous des effets ?

 

Bonne journée !

Repost 0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 08:26

Bonjour ! 

190_containers.jpg

 

 

 

 

Les achat en gros... Bons pour votre image? 

 

 

 

 

 

Groupon.fr ou Groupon.com par exemple…

Question que nous nous sommes posées avec mon collègue la semaine dernière : quel impact cela a de figurer (pour une entreprise) de vendre sur des sites d’achats groupés, style Groupon ?

 

Un impact SEO ?

S’il y a un lien, c’est bien mais les ventes se font sur le site et pas sur le vôtre… L’intérêt est donc minime…

 

Un impact sur votre image et celle de votre entreprise ?

Nous discutions de cela justement. Pour ma part, je ne pense pas. Lui donnerait une plus grande importance à cet aspect…

 

Un impact marketing ?

En effet, je pense que ce genre de site permet de vendre et que c’est même quasiment le seul intérêt mais quel intérêt ! 

 

A mon avis, ces sites peuvent être très efficaces selon cet objectif. Mais ce n’est pas une marque qui est vendue mais bien un produit. Qu’il ait été fabriqué par x, y, ou z a bien peu d’importance…

 

Dans son article "Killer Concept : Groupon.com", Capitaine Ecommerce l’explique très bien. Il s’agit d’un deal commercial : un commercial vient vous voir et vous propose de vendre l’un de vos produits en masse. Les ventes se font ensuite par l’intermédiaire du bouche à oreille des réseaux sociaux, notamment… 

 

Avez-vous vous-même testé cet outil ou un autre du même type ?

N’hésitez pas à partager votre expérience et nous dire : quel impact pensez-vous que l’utilisation de ce genre d’outil puisse avoir sur votre « commerce » ?

 

Bonne journée !

Repost 0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:29

Bonjour ! 

 189_cm.jpg

 

 

 

 

Les hommes en noir ?

 

 

 

 

 

Alors je vous rassure tout de suite, je ne suis pas un community manager à temps plein et je ne me considère par vraiment comme tel. Juste quelqu’un qui communique un peu et qui cherche à se faire un peu connaître…

Car il me semble que c’est ça le point de départ possible et utilisable d’un community manager « petit calibre ». Chercher à se faire personnellement connaître…

A moins d’avoir suivi des formations qui n’existent pas (encore !), l’expérience prévaut à tous les coups ! Et l’expérience, ça ne veut pas dire : un compte Twitter avec 2000 followers et une un compte Facebook avec 1000 amis…

Non, l’expérience du #CM ( !), c’est savoir mettre en place et appliquer une stratégie définie, s’y tenir et savoir la corriger si besoin pour en apprécier les résultats !

 

A petite échelle, comment il se réalise ce community management ?

 

Le CM, c’est, selon moi : 

  • Créer et développer une communauté autour d’idées et de valeurs phare
  • Proposer une réelle valeur ajoutée à la participation de chacun pour cette communauté
  • Proposer de nouveaux contenus régulièrement pour intéresser sa communauté
  • Lancer des pistes de réflexions et de communication
  • Animer et modérer les différents échanges

 

Pour tout cela, les outils utilisés peuvent être : 

  • Les réseaux sociaux : Twitter, Viadeo, Capseo et un peu des autres…
  • Mon blog
  • Des communiqués de presse (publié par exemple sur cet excellent site de communiqué de presse gratuit !)
  • Des articles sur d’autres blogs : présentation du contenu et des intérêts

 

Il faut commencer par avoir une base : un site institutionnel, un blog… A partir de là, on communique sur cette base et à propos de celle-ci. Personnellement, vous l’aurez compris, ma base, c’est ce blog… Je publie des articles passionnants ( !) et je relaie l’information sur les réseaux sociaux, vers ma communauté…

D’un autre côté, je me sers de communiqués de presse et d’articles sur des blogs partenaires pour faire connaître mon blog et sa communauté

 

Lorsque l’on fait de la « com », le temps que l’on y passe importe finalement peu, tant que le résultat est au rendez-vous. Et puis tout dépend aussi du temps que l’on peut y passer. Comme je le disais, c’est loin d’être ma seule activité…

 

Et vous, comment vous le faites votre CM ?

 

Bonne journée !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher