12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 07:19

Bonjour ! 

 

239_marteau.jpg

 

 

 

 

 

Allez, un outil de plus ?

 

 

 

 

 

 

 

Google actus existe maintenant depuis un moment. Et pourtant, on en parle assez peu comme d’un outil de visibilité…

Quels en sont les avantages ?

 

Google actus, c’est un système permettant de publier les actualités considérées comme qualitatives par une équipe de Google sur un fil d’actualités spécifique. 

Ce « fil spécifique », on y accède en passant par l’« onglet » « actus » de la page de recherche de Google. Ensuite, on fait une recherche « classique » et on obtient les meilleurs résultats, les plus récents et correspondants à la recherche. 

 

Les avantages en référencement

Rapidité d’indexation. C’est le maître mot (ou expression) qui me vient à l’esprit…

Si votre site est inscrit à Google actu, la rapidité d’indexation de vos articles n’en sera que multipliée. Plus Google analyse vite votre flux, plus l’article en question sera vite présent dans les résultats de recherche de Google actu. 

Bien entendu, le moteur de recherche est le même pour l’un et pour l’autre, pas les bases de données. Si votre article est publié sur le fil Google actu, il sera également indexé pour les résultats de recherche « classiques ». Je n’entends pas « bien positionné » hein ? Après, ce sont les critères classiques qui s’appliquent…

 

Mais les effets peuvent être indirects, notamment en ce qui concerne la confiance accordée au site en question. Le fameux trust-rank…

 

Les avantages en communication (et e-reputation)

Google actus n’apporte rien de plus sur ce terrain. 

Puisque qu’il fonctionne comme un outil supplémentaire à une visibilité, l’article publié est toujours présent même si le site ou blog est absent de Google actus… 

Les « avantages » sont alors les mêmes que pour un outil de visibilité performant…

 

Les avantages en visibilité (et marketing)

C’est là que Google actus me semble le plus efficace. 

 

Dans le fil d’actu, c’est une source de trafic très importante ! Beaucoup d’internautes sont « abonnés » à cet outil d’actualités connu… Soit ils vont directement dans l’outil de recherche de Google, soit ils sont abonnés au Google alertes, soit les deux…

Google alertes, c’est outil (un autre !) qui permet d’être tenu au courant lorsqu’un nouveau contenu « sort » sur le web. Vous recevez alors une notification avec un lien vers ce nouveau contenu. C’est un outil très efficace pour de la veille ! 

Cet outil n’est pas lié à Google actus mais une meilleure visibilité via Google actu se manifestera via les alertes de Google…

 

Non seulement vous êtes placé dans le fil d’actu, mais en plus si les critères de Google actus sont réunis (et si vous avez de la chance ! Eh oui, il en faut toujours un peu…), vous pouvez positionner votre article (via la « présentation » Google actus) dans les résultats de recherche classiques !

Google fait souvent un « encart » Google actus sur ses pages de recherche. Si votre article de positionne en première position dans la page Google actus, il est alors possible (mais pas certain) que votre article soit dans cet encart…

Donc potentiellement doublement présent dans la première page de recherche…

 

Bien sûr, dans Google actus, ne peuvent être inscrits que des sites d’actualités. Cela n’est donc possible que pour votre site de publication d’articles. Par exemple, ce blog y est inscrit (peut-être même que vous avez trouvé cet article via Google actualités). Mais également Inside Référencement ou le site de publication d’articles Faistacom.com

 

Bonne journée ! 

Repost 0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 12:11

Bonjour ! 


238_question_mark.jpg

 

Aujourd’hui, je vous propose de participer à une (petite) enquête ! 

Vous avez peut-être vu passer des communiqués de CWM Consulting (mon nom commercial) à propos d’audits de référencement ou de visibilité à faire pendant l’été qui vient… Je profite de cette « campagne » pour établir un test à propos de sites de presse : des sites de publication d’articles gratuits ne mettant pas seulement en avant la création de liens mais également une certaine visibilité (notamment dans Google Actus). 

 

Cet article devrait être publié d’ici 2 semaines. 

 

Le « test » concerne les sites suivants : 

http://www.faistacom.com

http://www.mediaslibres.com

http://www.categorynet.com

http://www.lesnewsdunet.com

http://www.news-eco.com

http://www.communiques-presse-online.com

http://www.communique-de-presse-gratuit.com

http://www.bloc.com

http://www.communique-de-presse.info

http://www.com-unik.info

 

Je sollicite votre aide pour me donner vos avis ! 

  • Pour ces sites-là, y-en-a-t’il que vous utilisez ? Pourquoi ?
  • Quelles sont leurs qualités ?
  • Que vous apportent-ils ? En matière de référencement ? Trafic ? Visibilité ?

Alors à vos claviers et n’hésitez pas pour les commentaires ! 

 

Merci de votre aide ! 

 

Bonne journée ! 

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 12:56

Bonjour ! 


236_muffin.jpg

 

 

 

 

De l’énergie pour repartir au quart de tour ?

 

 

 

 

 

 

 

L’été dernier, je le disais déjà mais de manière différente ! 

L’été (notamment du 14 juillet au 15 Aout) est une période creuse, commercialement parlant. Cela ne veut pas tant dire qu’il y a moins d’internautes derrière l’ordinateur (encore que… le mobile et les tablettes ayant changé pas mal de choses…) mais surtout qu’ils achètent moins. C’est la période des congés d’été et, à part quelques produits particuliers, l’argent va ailleurs…

 

Pour autant, cela ne veut pas dire qu’en matière de visibilité web, il ne faut rien faire. C’est au contraire une période propice à pas mal de travail (moins d’encombrements, plus d’efficacité…). 

 

C’est une période idéale pour faire le point sur les avancées de ses travaux (faits soi-même ou par quelqu’un d’extérieur, agence ou freelance) ! Les audits vont bon train pendant la période estivale !

 

Des audits, en matière de visibilité web, il en existe un très grand nombre : 

  • Audit ergonomie (mon site permet-t-il de faire ce pour quoi il a été pensé ?)
  • Audit trafic (quel trafic, d’où vient-il…)
  • Audit de référencement (la capacité de votre site à être référencé…)
  • Audit de visibilité (votre offre commerciale est-elle visible sur le web ?)
  • Audit de e-réputation (que dit-on de vous et en quels termes ?)

 

Il est bon et possible de travailler chacun des éléments. Vous pouvez y travailler seul mais ce sera compliqué et souvent fastidieux, quasiment impossible si vous n’avez aucune connaissance web. De nombreux freelances ou agences peuvent réaliser ces audits pour peu d’argent tout en gardant une bonne dose de qualité ! (D’autres feront également n’importe quoi…)

 

L’idée principale d’un audit est de faire vérifier la concordance de la politique menée pour votre site ou votre activité avec les objectifs fixés et faire des recommandations d’améliorations si besoin est !

Cela coûte un prix, à n’en pas douter mais une prestation de ce type vous permettra de définir clairement quoi travailler et, éventuellement, comment… Un audit vous fera gagner du temps en matière de création ou modification de votre stratégie globale et allègera les travaux de réalisation par exemple que vous commanderez à la rentrée (le prestataire n’aura pas à assumer cette phase d’audit). 

Pour des bons audits, il faut que les professionnels qui vous les proposent : 

  • Soient très au courant des dernières nouveautés (veille techno)
  • Aient une vraie expérience concernant le type de site que vous souhaitez travailler
  • Maîtrisent clairement le domaine professionnel de l’audit (un développeur web pourra-t-il vous conseiller efficacement en matière d’e-reputation ? Certains probablement mais pas tous…)

 

Les phases de l’audit

Les audits, comme beaucoup de travaux d’analyse, doivent contenir 3 étapes : 

  • L’étape d’observation : observer les indices extérieurs de votre site (par exemple : Page Rank, nombre de page indexées, noms de liens entrants, Alexa Rank… pour un audit SEO)
  • L’étape d’explication : à partir des premières observations, l’auditeur dira où en est le site et expliquera pourquoi il est dans cette position, ce qui l’a amené à cet état. Il mettra (surtout) en comparaison cet « état » avec les objectifs de départ, tels qu’ils ont été définis. 
  • L’étape de recommandations : l’audit pourrait se terminer après les deux premières étapes. Un audit (théoriquement) permet uniquement un « état de l’art » du site. Mais de plus en plus, un certain nombre de préconisations sont ajoutés. Cette étape devient maintenant partie prenante d’un audit. 

Il s’agira donc de donner quelques conseils (à bien penser en fonction de qui les reçoit et de comment il peut les recevoir…) afin de « recentrer » ou « réorienter » la stratégie en fonction des dernières nouveautés et des évolutions antérieures du site… Par exemple : « attention, une bête à poil noire et blanche et mangeant du bambou arrive » !

 

Et pour vous, à quoi devrait ressembler un audit ? Autre chose à ajouter ?

Avez-vous été satisfait des audits que vous avez commandés ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 07:36

Bonjour ! 


235_mauvais_temps.jpg

 

 

 

 

 

Le beau temps après la tempête ?

 

 

 

 

 

 

 

On parle beaucoup de Panda un peu partout… Cette mise à jour de l’algorithme de Google vise essentiellement les « fermes de contenus » et le contenu de faible qualité. Toujours selon le principe : seul un contenu pertinent pour l’internaute pourra être bien positionné. 

Donc, un contenu de mauvaise qualité rime avec « absence des résultats » et un site ayant des contenus de mauvaise qualité rime avec « baisse de trafic »…

 

Les sites de communiqués de presse sont-ils visés ?

Oui, dans la mesure où ils sont bien alimentés au niveau contenu. 

Mais, dans le principe où une certaine qualité est respectée dans la rédaction et la publication de ces contenus, il n’y a priori aucun risque

Un peu comme pour les annuaires, il y a quelques années, beaucoup ont énormément perdu mais ceux qui sont restés, grâce à un niveau qualitatif élevé, ont gagné le jackpot ! 

 

Ces critères qualitatifs, on en parle souvent, mais je pense à : 

  • Pas de contenus dupliqués
  • Un texte également pensé pour le lecteur
  • Une longueur minimale
  • Les « hx », « gras »… bref, un peu de mise en forme ne fait pas de mal !

Non seulement, il est important que la rédaction d’articles soit de bonne qualité mais également que la modération soit efficace. Il ne s’agit pas forcément d’être excessif suant à la qualité de ces textes mais aussi d’endosser une « casquette pédagogue » afin d’expliquer le « pourquoi du comment ». Seule cette adéquation-là peut mener à une réussite commune…

 

Je pense aussi à l’apport du « passage » de Google Panda en matière de communication et d’image… Directement, je ne pense pas qu’il amène quoi que soit. Mais, après son passage et de manière indirecte, avoir son site qui n’a pas souffert du passage de l’ouragan sera bien vu !

 

Qu’en pensez-vous ? Serez-vous le « Noé » de cette MAJ ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 06:53

Bonjour ! 


234_feutric.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Attention à tout ce qui automatique !


 

 

 

 

 

 

 

 

Ça fait un moment maintenant que @cwmconsulting est sur Twitter maintenant… De plus en plus, l’outil se professionnalise, c’est une bonne chose c’est sûr ! Je pense aux personnes, pas au service en ligne, encore que ce dernier ait également beaucoup changé. 

Ces derniers mois, j’ai remarqué un gros changement dans les comportements de certains. Je reçois de plus en plus de DM (Direct Message) automatiques de la part de gens que je suis depuis peu. 

Vous le savez maintenant, si vous suivez un peu ce blog, je ne suis pas très « chaud » pour tout ce qui est automatique… J’ai un peu pensé à ça et j’en retiens 3 inconvénients principaux : 

  • Ciblage
  • Pertinence du message
  • Suivi des messages

 

Le ciblage de ces messages automatiques est souvent un problème. Sans parler de spam (un « spam report et block » et hop, on n’en parle plus), entamer un discours avec quelqu’un qu’on ne connait pas est souvent difficile. Alors, tenter de s’adresser de manière pertinente et logique à un nouveau follower via un message automatique, devient vraiment complexe. Ces messages automatiques se font via un logiciel qui « classe » les followers via des thématiques spécifiques en fonction de leur bio, TL, contacts…

Ces systèmes-là sont clairement à affiner même si ce n’est déjà pas si mal… Mais j’avoue que recevoir un message automatique me demandant si j’ai des besoins en communication web (alors que c’est mon métier), bof, bof, un peu étrange… Je veux bien cautionner qu’on ne peut pas passer sa vie sur Twitter à écrire des DM mais quand même…

 

Même chose pour le contenu des messages. Attaquer directement par une « amorce commerciale » du type « vous avez des besoins en … » n’est pas terribles si ? Une approche commerciale, c’est d’abord un contact relationnel. Etablir un contact, ce n’est pas simple mais c’est une base sociale surtout si on veut quelque chose de la personne…

Je comprends tout à fait que 140 caractères, c’est peu mais ne vaut-il pas mieux « éveiller la curiosité » en 140 caractères plutôt que foncer « tête baissée » ?

 

Quant au suivi des messages, il est peut-être le problème principal. On ne peut pas être toujours derrière son compte mais dans le cas où

Vous recevez un « DM auto » à 8h (simple exemple)

Vous y répondez à 9h

Et la personne lit votre réponse et vous répond 3 jours plus tard

Ce qui fait que vous ne vous souvenez plus de cette histoire (ce qui est peut-être une stratégie), qu’il vous faut fouiller dans vos archives pour savoir de quoi on vous parle… Pas non plus terrible… La réactivité (je ne dis pas non plus « à la minute ») est essentielle, il me semble et certains l’ont, je ne dis pas le contraire…

 

Le Community Management est un métier. Ce n’est pas donné à tout le monde et il faut le travailler. L’objectif principal de ces messages automatiques (qui ont bon dos, c’est certain), c’est d’amorcer l’échange, la conversation… L’engagement dont je parler un peu plus loin… Ces outils peuvent éventuellement être utile pour cela mais il faut bien penser qu’à partir du moment où la conversation est lancée, il faut savoir la suivre et amener l’interlocuteur là où on veut. Le relationnel et la communication sont également des métiers qu’il faut savoir aborder humblement !

Avant de se lancer dans l’utilisation d’outils commerciaux qui facilitent le contact, il faut être certain que l’on pourra « assumer » derrière. Avoir pleins de (bons) followers qui vous suivent mais ne pas savoir quoi leur dire n’est pas forcément une solution idéale !

 

Ces outils intriguants

Ces outils qui poussent à l’automatique (sans parler de spam), ils peuvent être très utiles mais il faut savoir les utiliser !

J’avais entendu parler de Socialomate, il y a quelques temps. @Flo_Hernandez m’en a expliqué le fonctionnement. Cette application met en avant « l’engagement sur Twitter ». Il s’agit de classer les nouveaux followers et de leur proposer des scenarii théoriquement adaptés selon les groupes de followers. Vous construisez vous-même ces scenarii. Je m’explique : un message automatique est envoyé à un nouveau followers selon sa bio et ce qu’il y dit aimer. 2 semaines plus tard, un autre message est envoyé… Dès que la personne y répond personnellement, vous pouvez reprendre la main…

Le concept me parait très intéressant même s’il n’est pas nouveau. Cela permet de limiter largement les points évoqués au-dessus et cette idée proactive d’un début de conversation m’intéresse beaucoup… Bientôt, j’y passerai probablement un peu de temps…

 

Il est certain que les messages automatiques permettent un gain de temps, de productivité et donc d’argent considérable. Mais cela pose l’habituel problème de la déshumanisation de la relation sociale sur Twitter…

 

Alors, sans vouloir réinventer la roue, qu’en pensez-vous ? Des logiciels tels que Socialomate pourraient-ils être l’avenir du conversationnel sur Twitter ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 12:11

Bonjour ! 


233-cafe.jpg

 

 

 

 

 

Rien à voir mais c’est l’heure du café, non ?

 

 

 

 

 

 

 

Cette après-midi, je lance une « petite » réflexion. A partir de la question suivante : pourquoi les contenus sur le web sont de si faibles qualité ? 

 

Le référencement et le SEO se sont démocratisé et sont mieux reconnu depuis quelques temps… Cette amélioration est croissante et de plus en plus d’activité web en sont conscientes et en comprennent les enjeux…

Le webmarketing est connu depuis longtemps et, même s’il connait une réelle spécification et professionnalisation (le webmarketing a longtemps été un prolongement du marketing « classique ») depuis quelques années, il ne souffre pas d’un quelconque manque. 

En revanche, ce n’est pas le cas de la rédaction web. Je pense à la « petite rédaction web », pas non plus celle de mauvaise qualité, celle à destination des petites activités web. Celle-ci est souvent mal reconnue et a « mauvaise presse ». 

 

La rédaction web :

  • C’est du temps
  • C’est de l’énergie
  • Donc c’est de l’argent ! 

 

Trop souvent, cette fonction est négligée. Les entrepreneurs ou d’autres le font eux-mêmes alors que certains n’ont aucune connaissance dans ce domaine…

La rédaction web est un métier, à n’en pas douter. Non seulement un bon nombre de compétences sont demandées (culture générale, savoir écrire…) mais il est également essentiel d’avoir une certaine expérience du web et des « contenus » demandés…

 

Les enjeux de contenus bien rédigés et répondant aux objectifs fixés (je pense donc à de la rédaction de qualité !) commencent petit à petit à être compris. Il n’empêche que le passage à l’achat de ces contenus est loin d’être fait. 

« J’aurais besoin de bon contenus mais je vais mettre l’argent ailleurs » pourrait-on entendre. Ce point de vue est bien sûr compréhensible : lorsque l’on commence une activité, il est difficile de trouver les fonds adaptés. Pour autant, un bon travail de rédaction couplé à une bonne stratégie de communication/marketing pourra, à lui seul, faire vendre produits ou prestations. 

 

Qu’en pensez-vous ? La rédaction va-t-elle petit à petit se professionnaliser et se vendre, un peu comme le référencement ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 09:30

 

Bonjour ! 


234_cp_image.jpg

 

 

 

 

 

Peut-on concilier communiqués et communiqués ?

 

 

 

 

 

 

Les communiqués de presse, c’est du SEO, du moins prioritairement. Je parle des communiqués de type « article de référencement ». Ces textes-là ont pour objectif principal d’aider au référencement et à l’indexation d’un site web, voire de positionner le site sur certaines requêtes peu concurrentielles. 

Mais je m’intéresse aujourd’hui à l’aspect « communication » de ces communiqués. 

 

Un étudiant m’a contacté hier par mail pour me poser des questions pour son mémoire sur l’aspect « communication d’une image et impact sur l’e-reputation » d’un article de référencement. En lui répondant, je me disais donc que la rédaction web, d’un point de vue plus global qu’un « simple » communiqué de presse, si son objectif est tourné essentiellement vers le référencement et vers l’acquisition de trafic pertinent, impact forcément sur l’image et l’e-reputation d’une entreprise. En quoi ?

 

Le mode d’énonciation

Premièrement, la personne (grammaticale) utilisée dans le texte peut être le « je » mais nettement plus souvent une forme impersonnelle, du type « nous » impersonnel ou « on » (ou alors des tournures de phrases qui évitent la personnalisation des phrases). 

Bref, c’est l’entreprise qui parle. Et, à partir de ce moment, c’est elle qui est responsable de ce qu’elle dit (à son propos). Ses propos lui seront donc imputables, d’une manière ou d’une autre. 

 

Le style d’écriture

Selon ce dont vous parlez, ces articles seront écrits d’une certaine façon, souvent assez proche selon les thématiques d’ailleurs (on ne se refait pas !) à moins de changer de rédacteur web… Et ce « style » vous représente ! Selon s’il est « ampoulé », « solennel », « recherché » ou « populaire », l’image que vous ferez passer ne sera évidemment pas la même !

 

Le contenu

Les communiqués de presse sont le plus souvent des textes dérivés des communiqués de presse « classiques », on en garde une sorte d’historique. Ils concernent plusieurs types d’informations : 

  • Une présentation générale de l’entreprise
  • Une présentation globale d’un service ou d’un produit
  • Une présentation d’une actualité (assez importante pour en parler dans ce type de communiqués de presse)

D’autres types sont possibles mais la majorité est couverte par ceux-ci. 

Si ces présentations sont assez objectives (le plus possible), il est impossible de l’être complètement pour deux raisons essentiellement : 

  • On n’est pas des machines !
  • Dès qu’on parle de soi ou d’un morceau de soi, dès que l’on est impliqué, il n’est pas facile voire impossible de prendre un recul tel que l’on peut parler objectivement de son activité !

 

Il est donc finalement logique et presque évident qu’une implication dans la rédaction d’un texte laisse des traces, non ? Le meilleur texte est donc celui d’un rédacteur web (un professionnel qui connait son métier) qui parle de sa propre activité (qui lui lié personnellement voire qui la gère)… Alors, vite, embauchez-les !

Ce peut être une solution, même si je m’en amuse. Le critère (qualité) de la personnalité du rédacteur est très important. Il lui faut être rigoureux, varié et (surtout ?) capable de s’adapter aux enjeux, objectifs et souhaits de ses clients. La sélection d’un freelance ou d’un agence, tant que la prestation est personnalisée et qu’il est possible d’échanger directement avec le rédacteur, me semblent de véritablement bonnes solutions (en comparaison à la solution interne, coûteuse en formation et en charges). 

 

Et puis, comme m’a répondu mon collègue de Inside Créations via Twitter (on tweete alors qu’on est distant de… 2 mètres ! Quelle perversion !), « Plus on les donne [les informations], plus ça rentre ! » ! Et puis, lors d’un accident de réputation, « blinder » les résultats des pages d’une requête, où se trouve un résultat gênant, avec des communiqués de presse (seules les meilleures plateformes peuvent être assez bien référencées pour cela) est une solution. 

 

A préciser également que des communiqués de presse ne sont pas forcément très visibles (quid de l’efficacité de la plateforme). Le « plus » donné par une inscription à Google Actus n’est pas négligeable, loin de là !

 

Finalement, qu’en penser ?

Les communiqués de presse sont un moyen de travailler sa réputation. J’aurais d’ailleurs largement tendance à l’ajouter dans un devis de gestion de son e-reputation, même si ce n’est pas forcément le principal. 

Pour autant, ce n’est pas un outil comme les autres. Et son objectif « référencement » ne doit pas être pour autant détourné mais s’il peut remplir plusieurs objectifs, on fait d’une pierre deux coups ! 

Tout est donc une question de priorité. Le communiqué de presse ou article de référencement devient alors aussi un outil de gestion de son e-réputation…

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Utilisez-vous des communiqués pour gérer votre réputation en ligne ?

 

Bonne journée ! 

 

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 06:42

Bonjour ! 


232_earth.jpg

 

 

 

Pour pouvoir parler de tout !

 

 

 

 

 

Je viens de me créer un compte perso (que je ne précise pas ici, vu justement qu’il est « perso » et que ce blog est pro !). Je l’annonce sur Twitter avec mon compte pro et hop @denis_GUITEL me répond très vite que ça pourrait faire le sujet d’un article ! Bonne idée, non ?

Voilà donc mes réflexions sur le sujet ! 

 

Je suis toujours resté très conservateur sur le sujet et n’ai jamais ouvert de compte privé avant, quel que soit le réseau social, hors facebook comme beaucoup de gens… 

L’inconvénient essentiel, c’est le mélange des genres ! La plupart des comptes mélangent les informations. Du moins, elles ne présentent pas la même ligne éditoriale que vous. Il est donc logique qu’elle ne tweete ou retweete pas le même type d’informations que vous. 

Car là est bien le problème : la ligne éditoriale. Il est rarissime de voir 2 lignes éditoriales équivalentes… Si les twittos parlaient tous des mêmes choses de la même façon, les échanges sur le web n’auraient aucun intérêt… C’est cette différente de discours qui forme une base essentielle à la communication sur Twitter. 

 

Adopter une ligne éditoriale sur Twitter est essentiel pour :

  • Approfondir un sujet (ne pas trop s’en écarter)
  • Structurer un discours (être transparent et compréhensible)
  • Limiter ses interventions (et donc ses dépenses d’énergie et de temps)
  • Poursuivre et atteindre des objectifs précis

 

Mais suivre cette ligne éditoriale, d’un point de vue pro, cela limite largement les RT ou tweets lorsque cela touche un autre sujet. Par exemple, vous voyez passer un tweet sur de l’actualité en Syrie mais votre ligne éditoriale ne vous le permet pas. Vous le RT ou non ? D’un côté, l’information est importante mais de l’autre, vos followers n’ont pas forcément envie de la voir sur votre compte, ce n’est pas pour cela qu’il vous suive. Je pense toujours qu’il est essentiel de tenir une ligne éditoriale relativement stricte !

Une solution s’impose alors : créer un compte autre pour ce genre d’informations… 

 

Mais comme cette évolution est récente, je n’ai pas de conclusion définitive sur l’utilisation d’un compte personnel sur Twitter.  Mais je vous ferai part de mes réflexions… Promis !

 

Et vous un compte perso ou pas ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 07:30

Bonjour ! 

 

231_horloge.jpg

 

 

 

 

Attrapons-le, je ne veux pas qu’il aille trop loin !

 

 

 

 

 

 

Je rédigeais ce dimanche un article invité sur le blog de Y. Assaoui (merci à lui pour son invitation) intitulé « Le buzz est-il un bon ami ou un faux ami ? ». Un article en forme de constat qui essaye tant bien que mal de répondre à cette question : le buzz (marketing et professionnel) est un outil qui mène à la réussite comme au désastre ! Et le conseil principal que j’y donne, c’est « maîtrisez le buzz » ! Oui, mais comment ?

 

La maîtrise d’un buzz commence dans sa préparation

Si vous prévoyez la levure pour votre gâteau, vous pouvez prévoir qu’il va lever, non ? 

Benh, un buzz, c’est un peu pareil, comme beaucoup de choses. Mettre en place une stratégie simple et claire permet de largement limiter les effets indésirables. Pour l’établissement de ce « programme de combat », vous devrez penser à répondre aux interrogations suivantes : 

  • Pourquoi ce buzz et quel objectifs espère-t-on atteindre ?
  • Pour qui ce buzz ? Quelle est la meilleure façon d’atteindre cette cible et uniquement celle-ci ?
  • Quels outils ou supports utiliser ? (réseaux sociaux, communiquer de presse, vidéo…)
  • Qui va lancer ce buzz ? Qui va le gérer quotidiennement ?
  • Quoi faire en cas de problème ? Comment et où ?

Evidemment, ces questions sont très générales et il importera de les décliner au cas par cas. Mais la base est là ! Lancer un buzz à l’aveuglette est rarement synonyme de « réussite »…

Deuxièmement, il faudra vous cantonner quasi-exclusivement à cette stratégie car tout recours à des inflexions spontanées et non préparées est rarement bon signe…

 

La maîtrise d’un buzz se gère au jour le jour

Un buzz marketing/communication, ce n’est pas une mince affaire ! Et, surtout, ce n’est pas quelque chose que l’on lance et après on se retourne sans plus s’en occuper. Vous devez alors :

  • L’alimenter : montrer une véritable présence derrière celui-ci et le faire avancer non seulement pour grossir l’impact de celui-ci mais également mieux le maîtriser : en vous montrant présent derrière la machine, vous pouvez réorienter le débat, répondre à des questions ou limiter les écarts risqués
  • Observer son évolution pour en calculer l’efficacité et éventuellement en gérer les mauvais effets

 

Pour ce faire, une présence régulière voire quotidienne est très fortement recommandée. Si la stratégie de communication web et de marketing doit à mon avis être pilotée par plusieurs « services de l’entreprise » (web, communication, marketing, RH…), la gestion au jour le jour de ce buzz doit être centralisée et se faire par une personne expérimentée dans ce domaine. 

Une seule personne car l’apport de plusieurs personne aurait pour conséquence de fragmenter le discours, même s’il est relativement cohérent, et, donc, de le rendre nettement moins efficace. 

Qui est cette personne expérimentée ? Naturellement, on pensera à un community manager orienté marketing (je rappelle qu’un community manager, s’il a un impact certain sur la politique marketing de l’entreprise, fait un métier de communication, de gestion de communautés et d’échange avec celles-ci). Au moins quelqu’un de connecté, sachant faire une veille efficace et possédant une réelle capacité de réactivité. Le web fait aller les choses très vite… Si la personne en charge de ce buzz n’est pas assez rapide, les effets pourront très vite se faire sentir sans être contrôlés (dans le positif comme dans le négatif). 

 

Mieux vaut prévenir que guérir !

En conclusion, il faut bien préciser qu’il existe autant de type de buzz que de buzz eux-mêmes. Beaucoup font des flops en passant inaperçus… Mais une petite partie va réussir (pas forcément ceux que l’on attend d’ailleurs) et là, il faut savoir être prêt ! Je suis d’assez près Twitter ou Facebook pour découvrir chaque semaine plusieurs « bad buzz » mais, également, de temps en temps un qui fonctionne. Il y a probablement plus de buzz négatifs que positifs mais ces derniers existent et, s’ils sont bien gérés, ils peuvent être d’une efficacité redoutable !

 

La « guérison » d’un bad buzz est un processus complexe qui demande beaucoup de temps et de moyens, en laissant la plupart du temps des traces quasi-indélébiles (n’oublions pas que la mémoire du web n’a pas de limite). Prévoir l’éventualité d’un bad buzz demande également un certain travail mais dont l’intensité n’a rien à voir avec des effets négatifs. Mais il est vrai qu’il faut (un peu) le prévoir… 

Par exemple, vous construire une e-reputation stable avant de lancer ce buzz permet de limiter largement ces effets (très concrètement, les comptes de réseaux sociaux sont toujours très bien positionnés sur les moteurs de recherche et, avoir des comptes bien alimentés permet tout simplement d’éviter d’avoir des pages à contenu négatif placées en tête d’une requête au nom de votre entreprise…). 

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 11:25

Bonjour ! 

230_metre.jpg

 

 

 

 

 

Quelle longueur pour ses articles ?

 

 

 

 

 

 

 

Vous le savez, certains sites de communiqués de presse en ligne (articles de référencement), demandent une certaine longueur d’article. Je pense notamment à ReferenSEO qui, pour son site http://www.referenseo.fr/presse/ demande un minimum de 300 mots pour la publication d’un article (entre autres choses). Bien d’autres font cela, c’est sûr…

A première vue, la longueur est une contrainte pour les rédacteurs. 

Mais on se rend compte que sur tous les sites qui demandent une telle longueur ou sur les communiqués d’une longueur approchante sur d’autres sites, la qualité va souvent de pair avec la longueur. Sur le site de communiqué de presse dont je m’occupe (Faistacom), je constate largement ce parallèle. 

Les articles sur lesquels on passe plus de temps sont des articles plus longs, sur lesquels la « langue » est meilleure, avec moins de fautes… etc. 

 

Et le résultat est bien plus efficace que ce que l’on pense ! 

 

Pour le référencement de l’article tout d’abord, il est certain qu’il sera nettement valorisé. Les textes sur lesquels les rédacteurs passent du temps sont plus travaillés et intègrent moins de contenus dupliqués. Soit ils sont entièrement copiés, soit ils ne le sont pas du tout, la plupart du temps. Je parle de généralités bien sûr…

La plateforme sur laquelle il est posté en bénéficiera également. Plus l’article est long, original est bien écrit, plus Google a de quoi se mettre sous la dent et le site aura alors un bon « indice de confiance ». 

Et inversement, le site transfèrera sa popularité vers ses articles (cela reste une image puisque ce sont les pages qui font le site). Ceux-ci n’en seront que plus efficaces en matière de référencement ! Cela fonctionne donc comme un cercle vertueux : le site donne de bons points à l’article qui en fait de même etc…

 

Niveau communication, la longueur mais à travers celle-ci, la qualité, est également un gage de qualité. Une annonce est une annonce et l’internaute fait bien la différence ! Vous me direz, un communiqué de presse n’est pas vraiment fait pour être lu… Pas prioritairement, c’est certain mais pour que Google l’indexe et le positionne correctement, il est essentiel que le texte soit lui-même lisible et l’une des règles de Google est : ce que la moteur voit, l’internaute doit également le voir ! 

Il est va ensuite de la crédibilité de l’entreprise émettrice…

 

De plus, certains sites dont Faistacom, ont inscrit leur flux d’articles à Google Actus. Cela apporte un véritable plus de visibilité : les articles apparaissent alors sur les pages de recherche de Google actualités et parfois dans les pages de recherche « normales ». C’est pourquoi bâcler l’écriture de ces articles se révèle être une erreur… (les critères d’affichage sur Google Actus sont nombreux…)

Le temps que vous y passerez dépendra forcément du type d’article que vous rédigez : un article de fond sur votre blog prendra plus de temps qu’un communiqué de presse pour annoncer votre dernière prestation…

Plus largement, pour tout type d’article, la longueur est souvent un gage de qualité pour un moteur de recherche, pas forcément pour son impact marketing. Un texte concis et clair est souvent bien plus efficace… Mais j’en reparlerai…

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? La longueur demandée par un site de publication vous rebute-elle ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher