30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 07:31

Bonjour à tous !

Aujourd'hui, nous allons expliquer une technique "à la mode" d'obtention de liens mais également de diffusion de contenu : le linkbaiting (littéralement "prière de liens" ?). Je dis "à la mode" parce que cette méthode va bien avec les tendances du web actuel du troc et d'échanges de choses diverses. On partage de l'info, s'échange des liens, on poste sur Twitter…

Le linkbaiting est une méthode de référencement, elle est essentiellement destinée à créer des liens vers votre site mais a l'agréable avantage de créer du contenu de qualité, de le diffuser et de le partager avec des "experts" du domaine mais également toute personne intéressée.

Il s'agit de fournir du contenu contre des liens. L'idée est simple : parfois votre site n'est pas assez bien référencé pour pouvoir proposer un partenariat quelconque ; il vous faut donc trouver une autre monnaie d'échange qui intéressera l'autre site, il fera à ce moment-là un ou des liens vers votre site. Fournir du contenu donc !

Soit ! Mais lequel ? Le web en général et les moteurs de recherche en particulier veulent du contenu. Pour acheter ou vendre quelque chose, on sera inspiré de réaliser un contenu pertinent, une information nouvelle, une analyse intéressante qui méritera d'être diffusée sur tel blog ou dans tel site. Vous n'oublierez pas d'y insérer 1 ou 2 liens vers votre site et le tour est joué : vous obtenez des liens de qualité (les meilleurs, dans du contenu texte, un bon anchor text que vous aurez monté vous-même !). Si le webmaster ne veut pas de liens dans le texte, vous pourrez au moins vous arranger pour avoir un lien dans son site (unilatéral donc intéressant).

Car c'est bien là l'intérêt de la chose : vous y gagner en ayant des liens qui pointent vers votre site, l'"autre" (sans péjoration) gagne du contenu pour son site, les moteurs le valoriseront mieux.

Un échange de bons procédés en somme !

Un exemple : j'ai demandé un échange de liens au webmaster d'un site ; ce dernier me répond que son site va passer en maintenance mais qu'il serait intéressé par un article sur son blog. Ce que je fais et ça donne ça : http://www.itsystem.fr/blog/quest-ce-quun-bon-referencement/ (mon article sur son site)

Le linkbaiting est une très bonne technique de référencement mais c'est également, enfin c'est mon avis, une très bonne façon de se faire connaître (le contenu avant la personne) et d'échanger des informations, des méthodes ou des expériences.

Bonne journée !

Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 06:42

Bonjour à tous !

Alors pourquoi ce titre en anglais ? Pas la moindre idée, ça m'est venu comme ça !

Il n'empêche que le phénomène de la "longue traine" (la version anglaise est mieux, non?) est peu discutée aujourd'hui mais revêt une grande importance pour les référenceurs comme moi ! On en a beaucoup parlé il y a quelques temps…

D'abord expliquons le concept : la long tail est un concept graphique de représentation de la "rentabilité" des requêtes d'un référencement. Observez le graphique ci-dessous :

 

Figure 1 : la longue traine (long tail)

Sur l'axe des abscisses (vertical !), la "concurrentialité" des requêtes (en haut, forte concurrence ; en bas, faible concurrence) et sur l'axe des ordonnées (horizontal !), la probabilité de conversion de clics vers votre site des visiteurs (à gauche, une faible probabilité ; à droite une forte probabilité). La "long tail" est la "queue" de la courbe qui s'étend quasiment à l'infini vers la droite.

Selon ce graphique, le nombre de visiteurs sur les requêtes concurrentielles (celles qui ont peu été travaillées par le référenceur) sera fort mais sur peu de requêtes alors que le nombre de visiteurs sur les requêtes peu concurrentielles sera faible mais sur énormément de requêtes. Cette théorie de l'information veut que le nombre de visiteurs de la long tail (requêtes faiblement concurrentielles et faiblement apporteuses de trafic mais très nombreuses) soit supérieur à celui des visiteurs du haut du graphique. Autrement dit, mieux vaut diversifier les requêtes possibles plutôt que de passer beaucoup de temps sur quelques-unes !

Cette théorie a été maintes fois prouvée et le sera à nouveau si vous regardez les statistiques d'un site "adulte" : vous vous apercevrez que les "petites requêtes" à 1 ou 2 visiteurs sont légion alors que les "grosses" sont peu nombreuses. C'est très important pour un référenceur de bien saisir toutes les conséquences possibles de ce genre de données : cela renforce l'idée selon laquelle le site produit de lui-même des requêtes et des positionnements et que le contenu texte est primordial pour cela.

Un site a fort contenu génère de lui-même ces requêtes alors qu'un site faiblement rempli et où l'indice de densité des mots-clés travaillé est considérable n'a aucune chance de profiter de ces "auto-générations" !

J'attends vos remarques ou questions !

Bonne journée !

 

PS : Merci à Samy pour l'image !

Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 07:45

Bonjour à tous !

Les échanges de liens, nous l'avons vu dans l'article précédent, sont un moyen simple et gratuit de gagner de la popularité. S'ils revêtent une importante moindre par rapport à des liens unilatéraux en terme de référencement, ils ne sont pas à négliger. Mais quels échanges de liens faire ? Avec qui, comment ? Quel nombre ? Je vais essayer de vous donner quelques pistes qui permettront de préciser un peu la démarche.

Théoriquement, le nombre d'échanges de liens est assez large. Pour autant, les échanges de liens prennent beaucoup de temps (chercher, négocier et poser). Alors passer beaucoup de temps à ça est-il rentable ? Non évidemment, il est beaucoup plus pertinent de jouer sur la qualité que sur la quantité.

Définissons d'abord un échange de lien : je fais un lien vers un site qui me renvoie la pareille. Google (parce qu'il faut bien l'avouer, ya que lui qui nous intéresse !) attribue ses "bons points" à ceux qui ont beaucoup de backlinks. Beaucoup ou de qualité ?

Aujourd'hui, la réponse est définitivement la qualité ! Mais qu'est ce que la qualité quand on parle d'échange de liens ?

Tout d'abord, les recherches doivent être axées sur des sites eux-mêmes de qualité. Non seulement ces sites doivent proposer du contenu bien rédigé et intéressant mais la popularité, les backlinks ou encore le Page Rank doivent avoir de bons résultats (le site http://www.linkvendor.com/ réunit un bon nombre d'outils SEO très pratiques). Il faudra également privilégier la proximité thématique (obtenir un lien du site de votre concurrent direct est le meilleur échange de lien imaginable mais aussi le plus compliqué à obtenir !). Pour éviter l'anarchie des demandes, on se base habituellement sur la règle suivante : on ne fait des échanges de liens qu'avec des sites aux résultats proches. Par exemple, deux sites à Page Rank équivalent…

Ensuite, les négociations pour l'échange de liens doivent être égalitaires et faire profiter les deux parties : si vous posez le vôtre sur la page d'accueil où le Page Rank est plus élevé, l'autre site doit faire de même sinon l'échange de lien profitera plus à l'un qu'à l'autre. La "gratuité" de ce genre d'outil est à ce prix.

Enfin, la pose du code doit être bien faite. Il est conseillé de remplir les attributs "title" (aucun intérêt pour le référencement pour agréable lors de la navigation) et surtout l'attribut "alt". L'anchor text (mots sur lesquels porte le lien) doit être pertinent. De même, les liens en javascript, flash ou autre (s'ils sont a priori aujourd'hui le seul moyen de supplanter feu le "nofollow") sont à éviter car difficilement lisibles par le grand Inquisiteur.

Un bon lien de qualité, même s'il s'agit d'un échange, est toujours un bon atout pour le référencement de votre site. N'hésitez pas à vous entourez des conseils d'un spécialiste de la stratégie de référencement !

Bonne journée !

Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 16:46
Bonsoir !

Un article éclairant sur notre utilisation de Twitter !
http://www.mediassociaux.com/2009/06/24/enfin-des-donnees-statistiques-sur-twitter/

Bonne soirée !
Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 09:09

Bonjour à tous !

Le référencement naturel, comme on l'a vu, est une première étape du référencement d'un site web. Il concerne les caractéristiques on-page du site, c'est à dire sur le site lui-même (optimisation du code, texte…).

Une deuxième partie primordiale du référencement d'un site web est le net-linking (ou netlinking). Cette étape se fait off-page, hors du site. Il s'agit de développer les relations entre le site est tous les autres. On va relier le site au reste du web (d'où le terme de "net-linking"). C'est l'acception la plus générale du net-linking.

Un certain nombre d'outils seront utilisés pour cela mais plus globalement, cela concerne toute politique de création de liens vers le site : échanges de liens, annuaires, création de liens dans du contenu (linkbaiting), réseautage, blogs… Bref, tout ce qui va créer du lien…

Une acception relativement répandue et beaucoup plus restreinte est la suivante : le net-linking se résume à des échanges de liens : vous proposez de créer un lien de votre site vers un autre et l'autre site fait de même.

Un bon net-linking permet donc de relier le site aux autres. Cet effet-là est primordial : le caractère hypertextuel du web est en effet fondateur. Un site qui n'aurait pas de lien vers d'autres serait par principe "mis aux bans" du web. D'ailleurs, les moteurs de recherche alimentent leurs bases de données en "sautant" d'un site à l'autre et le "fameux" Page Rank de Google a, entre autres, comme critère le nombre de liens entrant et sortants du site.

Mais un bon net-linking, qu'on le prenne dans un sens ou dans l'autre, nécessite un travail de qualité. Les échanges de liens doivent être bien fait (un futur post essaiera d'expliquer ce qu'est un bon échange de lien) ; Les annuaires doivent être thématiquement proches… Un lien de qualité est un lien dans une page bien référencée, dans du contenu texte… Un bon lien doit créer du trafic mais du trafic ciblé et bien représentatif de la cible du site.

L'univers du net-linking est un univers particulièrement vaste (même si on se limite à de l'échange de lien) dans lequel il n'est pas facile de se retrouver. C'est pourquoi l'aide de professionnels est indispensable pour des liens de qualité, correspondant aux dernières évolutions technologiques et de l'actualité…

Bonne journée !

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 11:55
De l'interview qu'a faite O. Duffez de Web Rank Info de Ambroise Fensterbank, équipe qualité Google (francophone), nous pouvons retirer les enseignements suivants :
  • l'adresse IP (n° de chaque ordinateur connecté à un réseau) du serveur d'hébergement du site ainsi que l'extension(.fr, .com, .pl...) servent à la géolocalisation du site web
  • La langue parlée semble plus importante que le pays d'hébergement
  • Le trustrank (appelé comme tel) ne rentre pas dans l'algo de GG
  • la balise keywords ne sert à rien pour le référencement au contraire de la balise title et de la balise description
  • Avec ou sans accent, même combat !
  • Pas besoin de perdre du temps avec la densité de mots-clés (les sites suroptimisant leurs pages risquent de déguster...)
C'est un peu tout ce qu'on peut en retirer mais le mieux est que vous alliez vour vous-même :-)
http://www.webrankinfo.com/dossiers/conseils/interview-ambroise-fensterbank

Merci.
Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 07:13

Bonjour à tous !

Dans la continuité du post d'hier, je vous propose de nous arrêter un temps sur un élément fondamental dans la construction d'une requête : la localisation (ou non).

Deux choix sont possibles : en mettre 1 ou plusieurs (pas dans une seule requête !) ou ne pas en mettre. Ce choix aura un impact très important.

Prenons un exemple, la requête "restaurant indien lyon" (Miam !) donne 257 000 résultats sur google.fr (recherche effectuée le 18/06/09) alors que "restaurant indien" donne 389 000 réponses. De plus, Google maps (nous reviendrons sur l'intérêt grandissant ce cet outil) s'affiche pour la première et pas pour la deuxième. La différence n'est pas aussi flagrante que je l'aurais espérée !

Si vous avez un site plaquette (ou catalogue simple) pour présenter votre restaurant indien à Lyon, vous devrez absolument jouer sur cette requête ("restaurant indien lyon"). Non seulement, elle est moins concurrentielle (votre site, si le référencement a été fait correctement, sortira plus vite) mais elle est surtout plus représentative de votre activité et fournira un trafic ciblé à votre site. L'objectif du référenceur, nous l'avons dit sur ce blog, n'est pas de "créer du trafic pour créer du trafic" mais de créer du trafic de qualité, pertinent et qui pourra éventuellement se transformer en prospect. De fait, le référenceur travaillera avec une requête localisée.

Si vous avez un site e-commerce ou autre, vous n'avez pas définition pas ce problème de la localisation. Vous n'aurez pas à travailler avec.

Par contre, on peut choisir délibérément de jouer sur cette localisation même si l'activité n'est pas localisée. En effet, il faut savoir que le site qui joue avec la requête avec localisation comme "restaurant indien lyon" a de grandes chances de ressortir (moins vite et moins sûrement) avec la requête "restaurant indien" : il est fortement probable que cette requête se trouve dans le texte du site et dans la balise title (encore une fois si le référencement a été bien fait, d'où l'intérêt de le prévoir et le travailler à l'avance).

Enfin je voudrais rajouter un mot sur la difficile tâche du référenceur lorsqu'il est confronté au dilemme suivant : ajouter la localisation d'une petite ville, d'un village ou lieu dit ou ne rien ajouter. Dans le premier cas, "restaurant indien Noirétable" (un petit bled pas loin d'où je viens qui doit compter dans les 4000 âmes !) donne 494 (autant !) résultats sur google.fr (recherche effectuée le 18/06/09) ; il est certain que le trafic sera ciblé mais peu prolifique… Par contre, si on ne le met pas, le trafic sera certes plus conséquent mais nettement moins ciblé !

Bonne journée !

Repost 0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 06:59

Bonjour à tous !

Comme on l'a vu dans l'article de vendredi dernier, le choix des mots-clés (en fait la prise en compte du référencement) devrait se faire soit tout en amont, soit lors de l'établissement de la charte graphique mais de toute façon dans l'une des toutes premières étapes de la création du site.

Pourquoi ? Parce qu'ils vont complètement orienter les contenus (texte et autres) et la structure (rubriquage…) de votre site. Les mots-clés que vous allez choisir sont la base des requêtes que vous aller construire (ou qu'une agence de communication web va construire pour vous).

Ceux-ci doivent représenter directement votre activité (sur le web ou non). Ce sont des mots uniques contrairement aux requêtes  qui n'ont qu'une existence sur le papier.

Prenons 2 exemples : Vous avez une agence de communication à Lyon : "agence" (vous êtes une agence et pas in indépendant dans son coin), "communication" (vous faites de la communication et pas de la coiffure), "lyon" (je ferai un post sur la localisation mais il est important de signaler que vous travaillez à Lyon et pas à Marseille ou Lille) seront 3 mots-clés de votre site entre autres bien sûr. Vous avez un commerce en ligne de chaussures : "vente" (vous faites de la vente et non du troc), "chaussures" (des chaussures et pas des petits pains), "femmes" (femmes, hommes, enfants…) seront vos mots-clés. Pour cela vous devez extraire tous les aspects de votre activité, si infimes soient-ils et trouver, pour chaque aspect, au moins 1 ou 2 mots.

Ensuite, vous passerez à la création des requêtes (que les internautes seront susceptibles de taper sur un moteur de recherche. 3 éléments sont essentiels pour cela : la simplicité, le ciblage et l'exhaustivité. Vos requêtes doivent couvrir l'ensemble de votre activité (même les plus petites choses peuvent amener des visiteurs !). Elles doivent être simples et concerner directement l'internaute. L'une des difficultés de ce travail est de se mettre à la place des internautes (et les professionnels savent bien que c'est très délicat surtout lorsqu'on observe ce qui est tapé par les internautes !).

Quelques conseils rapides : les requêtes doivent être formées de 2 ou 3 mots (+ éventuellement la localisation) : travailler avec un seul mot est risqué car très concurrentiel mais cela dépend de votre situation. Les mots employés dans les requêtes doivent être assez génériques pour couvrir tout un champ d'action ("fruit" est plus porteur que "pomme" car les pommes ne sont qu'une variété de fruits). Enfin, les mots grammaticaux (déterminants, conjonctions…) sont à proscrire totalement car souvent jugés inutiles par les moteurs de recherche qui ne "voient" que les mots qui apportent une information sémantique.

N'hésitez pas à vous entourer des conseils d'un professionnel pour ces actions. Elles sont primordiales et loin d'être simples à réaliser. Un référenceur connaîtra les mots à utiliser, aura quelques astuces à vous proposer et vous aurez un travail cohérent.

Bonne journée et bonne semaine !

Repost 0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 12:58
Un bon exemple de l'avantage d'utiliser les digg-like pour son référencement !
http://www.keeg.fr/2009/04/05/referencement-impact-des-diggs-like-sur-les-blogs/
Repost 0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 09:10
Une actualité importante pour le référencement : le flash deviendra-t-il un jour viable pour le référencement ?

http://www.webrankinfo.com/dossiers/techniques/flash-fichiers-externes
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher