23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 12:51
Bonjour à tous !

59_bonnes_fetes.jpg
Aujourd'hui un billet un peu spécial...

Je voudrais profiter de l'occasion (un blog d'entreprise ne doit-il servir qu'à informer et communiquer sur l'entreprise ?) pour faire passer un message plus "personnel".

Je souhaite à tous de passer de très bonnes fêtes ainsi que les meilleurs bons voeux pour l'année 2010.

CWM Consulting est en route depuis 6 mois maintenant. J'espère que les conseils et avis que je donne sur le blog, viadeo ou autres modes de communication vous intéressent et sont pertinents ! Du moins, c'est comme ça que je l'envisage...

CWM consulting se positionnera de plus en plus vers du conseil web en marketing, communication et référencement. Parce que les entreprises ne sont pas encore complètement orientée vers ce mode de communication, parce qu'on trouve sur le web toutes sortes de « conseils » et parce que c'est là-dedans que je pense pouvoir apporter le plus !

Continuons dans la même voie !


Je remercie tout ceux qui me suivent et qui m'aident, du côté de mes amis comme chez les professionnels du web ou non-professionnels. Sur les réseaux, sur le web ou dans la vie « réelle »... J'ai pu nouer un certain nombre de contacts pendant ce temps, j'espère les approfondir et en nouer de nouveaux.

L'avenir est à nous !

Un gros projet va voir le jour en tout début d'année et, je l'espère, receuillera vos bons avis. Il s'agira d'un outil utile pour la communication de/sur votre site web.

Merci de l'intérêt que vous me portez !

Bonne journée !
Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 10:43

Bonjour à tous !

 

53_femme-surprise-ordinateur.jpgEn réponse à une demande de @CaddeReputation et dans l'objectif de l'écriture d'un article collaboratif (ou plutôt d'une réponse collective à un même cas), je vous propose aujourd'hui de tenter de répondre à un cas pratique que beaucoup ont rencontré et qui apparaitra nécessairement à nouveau. Voilà en quelques lignes un court résumé du cas (pour avoir le cas complet ainsi que les réponses d'autres blogueurs spécialistes de l'e-reputation, je conseille de lire l'article de synthèse et d'aller voir les blog des autres participants) :

 

 

 

X, en cherchant des informations quelconques à propos de son activité en ligne, tape le nom de son entreprise sur Google et tombe sur un billet de blog lui faisant clairement reproche de ses méthodes de travail et de la piètre qualité de ses prestations. Branle-bas de combat ! M. X adresse immédiatement, en réponse au commentaire, un message demandant une modération des propos tenus voire un retrait du billet, refusé par le blogueur en question.

 

Question de @CaddeReputation : « Quelles seraient selon vous la ou les solution(s) à utiliser pour répondre à la question posée par X ? Quelles sont les opportunités/risques inhérents à chacune des solutions ? »

Autrement dit, si cela vous arrive, que puis-je vous conseiller ?

 

Tout d'abord, pas de panique, allez prendre un café, laissez passer quelques heures et réfléchissez calmement. Réagir « à chaud » n'est jamais une bonne solution !

 

Voyons les choses avec du recul (ce qui manque nécessairement « à chaud ») :

  • Quelles sont les conséquences d'une telle publicité ?
  • Dois-je répondre ? Et comment (sur le fond ou sur la forme) ?
  • Dois-je demander le retrait pur et simple du billet, quitte à faire intervenir le département juridique ?
  • Quelle conséquence pour mes ventes ? Pour mon image ? Marketing ? Communication ?

 

L'idée est d'envisager le plus de solutions possibles. Pour cela, vous avez besoin d'un maximum d'informations (quand le billet a été posté, qui est susceptible de l'avoir lu, observe-t-on une baisse du trafic ou des ventes depuis le dépôt de ce billet...).

 

Quel est au fond le problème ? Les critiques ont toujours existé et existeront toujours. Le souci est qu'elles atteignent dans ce cas directement votre espace de communication. Les clients peuvent lire le commentaire en faisant leurs recherches et... ne viendraient pas sur votre site. Pour autant, les sources d'arrivée de l'internaute sur votre site sont diverses, moteur de recherche, communiqués, portails, publicité... Pourquoi seraient-ils forcément confrontés à ce billet ? Mais je me fais là l'avocat du diable...

 

Alors comment résoudre le problème ?

 

Plusieurs solutions s'offrent à vous :

  • Laisser faire : laisser pourrir une situation est rarement une bonne solution...
  • Répondre comme M. X : probablement la plus mauvaise, vous laissez alors l'avantage à « l'adversaire » en ne faisant que lui renvoyer une balle molle, sans effet et qui ne lui donnera que plus de pouvoir...
  • Tenter une négociation : c'est déjà mieux mais si l'objectif reste de faire supprimer le billet...
  • Tourner les choses à votre avantage : ah là...

Mon conseil portera évidemment sur la dernière solution, vous l'aurez compris. Pour autant, ce n'est pas chose facile. Et relativement risqué. Tiens, le web ne serait-il finalement pas complètement cet espace de liberté tant recherché ?

Encore une fois, il me semble important de voir les choses de loin. Aviez-vous déjà envisagé la question de l'e-reputation ? Probablement pas (peu de chances que vous réagissiez alors comme M. X)... Ce « problème » sera peut-être l'occasion de... Et finalement, quand on y réfléchit bien, il parle de vous, ce blogueur ? Bien sûr, vous préférez les louanges mais personne n'est parfait si ?

 

Et pourquoi finalement ne pas essayer de reprendre les critiques de cette personne avec humour et d'en profiter pour présenter vos activités en fonction de cela, le présenter comme « celui qui vous a ouvert les yeux »... Ne refusez pas le dialogue, n'essayez pas d'étouffer l'affaire, elle ressortira tôt ou tard et là...

 

Avoir peur de la situation risque d'être la plus grande insulte possible aux internautes. Ils savent très bien consulter les sites, comparer les offres, se renseigner sur la qualité... Si vous laissez pourrir et se développer ces « avis », vous vous faites beaucoup de mal. L'internaute doit se rendre compte que vous êtes conscients de la situation, que vous ne comptez pas vous laisser faire, que vous essayez de réfléchir et que vous le prenez pour le meilleur critique possible, lui le pourvoyeur d'avis plus ou moins positifs sur vos produits, lui qui se demande si vos articles sont de qualité et qui en parle sur le net, lui qui, enfin, vous accorde sa confiance ! Si vous répondez directement au blogueur et que vous montrez que vous craignez son pouvoir, alors l'internaute sentira forcément que vous ne lui faites pas confiance. Relativisez !

 

Profitez donc de ce billet malheureux pour reprendre la main par un communiqué de presse, un article sur un blog... Mais ne relancez pas la polémique, contournez-la, faites-la vôtre, assumez-la... En tout cas, n'agressez pas le blogueur, restez humble ! Lancez votre e-reputation, consultez un expert, faites parler de vous. Plus vous multipliez les sources de discussion, plus le billet du blogueur sera relégué loin dans les résultats de recherche... à moins d'une cabale et là... c'est une autre question...

 

Bonne journée !

Repost 0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:38

Bonjour à tous !

 

58_strategie_seo.jpgDans le prolongement de l'article de mardi (les étapes d'une stratégie de communication) et pour répondre à des préoccupations toujours plus fortes, je vous propose un billet sur les les étapes d'une stratégie de communication adaptée au référencement d'un site web.

 

Non seulement il est important de construire sa stratégie de communication mais il est également important de construire stratégiquement (et « tactiquement ») un référencement.

 

 

Question simple et qui servira d'exemple : la localisation des requêtes sur lesquelles vous êtes positionnés est-elle stratégique pour vous ou non ? J'avais écrit un billet « Localisation or not localisation » à ce sujet, billet qui date mais qui est globalement toujours d'actualité. En effet, est-il important de vous trouver sur « vente chaussures Lyon » ou « vente chaussures » (dans le cas d'une boutique e-commerce par exemple) ? Stratégiquement, lorsque vous construisez les textes de votre site, il faut y penser car plus tard, c'est plus compliqué et vous aurez perdu du temps.

 

Bref, à quoi faut-il penser pour mettre au point votre stratégie ?

  • Les mots-clés : lesquels définissent le mieux votre activité ? Lesquels sont le plus utilisés par les internautes et les moins concurrentiels... Bref, lesquels sont les plus pertinents pour votre site ? (ils sont eux-mêmes stratégiques)

  • Quels outils sont les plus pertinent ? Uniquement du référencement naturel ? De la création de liens ? Des outils de visibilité et d'image comme les communiqués de presse ou les réseaux sociaux ?

  • Les délais : quand utiliser tel ou tel outil (inscription dans les annuaires, net-linking, publication d'articles...)

  • Les outils d'analyse : les marqueurs de statistiques ou les outils d'administration...

  • Le suivi : où en sont les positionnements, comment et pourquoi ?

  • D'autres ?

Evidemment, si vous le faites faire par un professionnel, il devra penser à tout cela et envisager avec vous comment faire. Le référencement (au sens large) n'est pas une copie que l'on rend et ensuite on n'en parle plus ; c'est un travail sur la durée qui demande des « soins » et un suivi...

 

Ces questions sont à se poser en parallèle de celle que j'énoncais dans mon billet sur les « Questions essentielles pour votre site web ». Elles ne sont pas redondantes mais complémentaires et devraient, je l'espère, permettre de vous orienter sur les « bonnes » pratiques... (je n'emploie pas « bonne » dans le sens de « qualité » mais plutôt dans le sens « d'efficacité »)

 

Répondre à ces questions permettra, même en collaboration avec un professionnel, de clairifier les besoins et objectifs de votre site web en matière de référencement. Une bonne stratégie bien définie est un point de départ précieux à un travail efficace et pérenne.

 

Les dernières tendances du web avec l'avènement du « Real Time Web » ne changent rien à cela. L'adaptation (car il ne s'agit que d'une adaptation) des référenceurs se fera au niveau des outils utilisés et de leur façon de les utiliser. Les outils de référencement sont bien entendu multiples et dépendant de chaque référenceur et de ses habitudes. Mais un certain nombre de points communs demeurent : référencement naturel, net-linking, annuaires, articles, communiqués de presse, web 2.0... Selon les besoins et objectifs ainsi que la stratégie mise au point, le référenceur vous proposera l'utilisation adéquate de certains outils... ou pas ! Le métier de référenceur est un métier stratégique pour le développement de l'entreprise et pas uniquement technique.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

Bonne journée !

Repost 0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 08:28

Bonjour à tous !

 

la stratégie pour la communication webDeux billets très proches cette semaine. Dans celui d'aujourd'hui, je parlerai des étapes pour établir une stratégie de communication web en dehors du référencement d'un site web. Le billet de Jeudi suivra le même thème mais orienté sur le référencement d'un site web. Ces deux articles se répondront donc. Ils me permettront de préparer une série pour le début 2010 là-dessus...

 

Vous l'aurez remarqué : sur le web, les choses sont différentes ! Jusque là rien de nouveau sous le soleil ! Parce qu'il est pour moi très important d'expliquer le plus possible et le plus simplement possible, je propose de reprendre dans ce billet ainsi que dans d'autres les différentes étapes par lesquelles passer pour une communication web réussie.

 

La communication d'un site ou à propos d'un site web ou d'une activité promotionnelle lambda n'est pas une « discipline fumeuse ». Par des outils accessibles à tous, on peut relativement facilement faire parler de soi, référencer son site web ou travailler sa réputation. La difficulté est de le faire bien et, surtout, en conformité avec une stratégie pré-établie.

 

 

Alors, pourquoi je parle toujours de stratégie ? Tout simplement, parce qu'elle permet un gain de temps, productivité, efficacité... Se fixer un objectif marketing, communicationnel ou autre et y répondre par la mise en place d'une stratégie adaptée et réalisable n'est pas une complication, c'est au contraire une simplification du travail et une obligation pour éviter de se perdre. Se concentrer à fond et bien sur un objectif évite de réaliser un peu et mal tous les autres !

 

A partir des questions que je donnais dans un article sur les questions essentielles à se poser pour un site web, on peut spécifier une stratégie basique mais essentielle pour un site web, quel qu'il soit... Cette stratégie doit être mise en concordance avec la stratégie plus large de votre entreprise, sauf si votre site web est votre activité ; elles se rejoignent dans ce cas. Réfléchir donc aux objectifs et aux façons de les atteindre !

 

Après la définition de cette stratégie, il est important de définir les outils que l'on va utiliser pour atteindre cette stratégie. Des outils de contenu, des outils de visiblité, des outils commerciaux... Utiliser plusieurs outils coordonnés semble une bonne solution. Pour cela, il est bon de pouvoir déléguer à d'autres la « direction » de chacun des outils...

  • Création des outils de communication : site web, blog, bannières d'affiliation...
  • Utilisation des outils propres : référencement du site, développement du programme d'affiliation...
  • Utilisation d'autres outils : plate-formes de communiqués de presse, dépôt d'articles, annuaires web...
  • Elaborer un planning est ensuite important, quand utiliser tel outil, quand écrire le premier communiqué de presse, quand mettre en place ceci ou cela...
  • Mettre en place des « points de contrôle » : à certaines dates régulières, il est important de valider le ROI, de savoir si la stratégie mise en place donne de bons résultats, si elle semble efficace. Bien évidemment, pour ce calcul, on veillera à faire attention aux différents critères à prendre en compte (temps de prise en compte des moteurs de recherche, temps de lecture des internautes...).

Lorsque tout ceci est planifié, vous pouvez alors vous lancer dans la communication elle-même et plus sa programmation. Etablir une stratégie en même temps que sa mise en place est relativement risqué : si vous le faites, il vous faudra assez d'expérience ou envisager la possibilité d'erreurs pour le début, sans forcément porter trop à conséquence...

 

D'autres étapes selon vous ?

 

Pour cette fin d'année, je prends de bonnes résolutions ! Jeudi dernier, j'annonçais déjà quelques billets sur quelques réseaux sociaux. Aujourd'hui, ce billet en lien à celui de jeudi et en préparation à une série... J'espère que le programme vous plait !

 

Bonne journée !

Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 14:00

Bonjour à tous !

 

56 group

En ce moment, les réseaux sociaux (et non médias !) sont à la mode. Beaucoup de billets sur les blogs, d'interview sur la meilleure façon de les utiliser... Je me suis donc dit qu'il pouvait être bon de tenter de parler simplement de choses finalement simples elles-aussi.

 

 

Les RS ou Réseaux Sociaux (Facebook, Viadeo... pour les généralistes et plus connus) sont des médias selon moi selon l'optique à mettre en avant. Pour autant, les médias ne sont pas des réseaux sociaux. Le réseau social est, entre autres, un moyen de diffusion d'information et donc, dans ce sens, un média. Mais c'est bien plus que ça.

 

Les réseaux sociaux sont une réponse à un besoin de communication (et pas l'inverse, ils ne créent pas ce besoin même s'ils participent) en vogue aujourd'hui, une sorte de réponse à l'actualité. Non pas communiquer plus mais mieux ! De manière plus étroite et plus ciblée... Dans cet objectif, il est essentiel pour les entreprises d'être présentes sur ces supports. Mais pas n'importe comment et à n'importe quel prix (attention à votre e-reputation !) !

 

Alors comment faire ? Tout en n'y passant pas trop de temps et d'énergie et en étant efficace ? Aujourd'hui, beaucoup d'entreprises ont des fanpages sur Facebook ou des profils sur Viadeo. Mais au final, peu s'en servent, du moins correctement... A cause de cette faille, il n'est pas très « rentable » de les utiliser et on les abandonne vite...

 

Pour autant, quelques conseils simples peuvent permettre d'améliorer cela. Mais les réseaux sociaux restent toujours très « chronophages » et potentiellement très puissants. Comment cela se fait-il ? Les réseaux sociaux sont la traduction numérique directe du bouche à oreille (« port à port » ?) mais en plus rapide et peut-être plus efficace. 15 personnes relisent votre info relue par 30 autres relue par 10 autres etc. A l'infini... ou presque ! Mais se construire un réseau professionnel de personnes pouvant relayer votre information est long mais potentiellement très puissant. L'objectif de l'utilisation des réseaux sociaux (privé ou professionnel) aura également beaucoup d'importance !

 

Tout d'abord, lorsque vous renseignez votre profil, pensez à mettre le plus d'information variées et compléter le maximum de champ. Mettez-le à jour régulièrement (changez également votre photo...). Les visiteurs de votre profil pourront pas exemple vite comprendre ce que vous faites et, s'ils sont intéressés, demander un contact ou visiter votre site web.

 

Définissez une stratégie claire (une stratégie d'utilisation des RS conforme à votre stratégie web globale). Par exemple, fixez-vous d'entrer en contact uniquement avec un type de personne, d'y passer tant de temps par jour... Ne répondez pas à tous les messages de votre Timeline mais seulement à ceux qui vous sont personnellement ou professionnellement liés (selon votre statut pro). Retwittez (dans le sens générique de « relayez ») les messages essentiels qui vous feront gagner des contacts ou de la présence... Ne pensez pas uniquement « rentabilité » et ne calculez pas tous vos faits et gestes mais essayez de répondre aux limites que vous vous êtes imposés.

 

Allez-y faire un tour régulièrement. Jetez un oeil sur tout ce qui a été dit depuis votre dernière visite. N'hésitez pas à laisser des commentaires même si ça ne vous paraît pas si important !

 

La présence physique est essentielle. De là découlera forcément une meilleure popularité sur ces espaces. Personnellement, j'y passe beaucoup de temps pas jour. Mais sans aller jusque-là, 30mn – 1h par jour est un bon chiffre, il me semble. Vous y passerez probablement au début peu de temps mais petit à petit...

 

Le nombre de contact n'est pas important mais plutôt la qualité de ces contacts et leur capacité à relayer votre information et à la commenter de façon pertinente. Un peu comme beaucoup de trafic sur votre site n'est pas forcément intéressant si le taux de conversion est très faible.

 

Je compte sélectionner 3 réseaux sociaux et faire un billet du même type que celui-ci mais spécifique à chacun : Facebook, Viadéo et Twitter (Twitter n'est pas vraiment un réseau comme les 2 autres mais correspond bien à la dimension sociale des 2 autres). Si vous souhaitez que je décrive plus un aspect de leur utilisation, n'hésitez pas à me le dire !

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

Bonne journée !

Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 09:29

Bonjour à tous !

 

On trouve aujourd'hui de nombreuses offres plus ou moins chères d'« audit de référencement ». Voilà un terme un peu pompeux et pas forcément facilement compréhensible. Pourtant, il recouvre une réalité très intéressante pour qui veut (re)lancer l'efficacité de son activité web. Je me propose donc dans ce billet d'expliquer de quoi il s'agit et ce qu'on peut en retirer...

 

Basiquement, il s'agit de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans le référencement ou la communication d'un site web.



Un outil de consulting

 

Le référencement (article un peu ancien mais finalement toujours d'actualité) est un métier plutôt « concret » qui vise à mettre en place des techniques pour développer la visibilité d'un site web sur les moteurs de recherche. L'audit (de référencement) est, quant à lui, un exercice plus « conceptuel » visant à voir si l'adéquation entre les techniques de référencement utilisées et la situation globale du site est optimale. Pour faire court, un audit de référencement sert à faire l'état des lieux d'un référencement, déceler ce qui marche et ce qui est à améliorer.

 

Cet outil est donc finalement un conseil es qualité du référencement d'un site. Cette dimension de « conseil indépendant » est primordiale puisque logique dans une perspective d'efficacité. Le référenceur en charge d'un référencement aura du mal à voir les défauts de son travail car « complètement dedans », comme dans tous les métiers. Déléguer un audit de référencement à la personne ou l'entreprise qui a fait le référencement du site ne me semble donc pas forcément la meilleure idée à avoir.


Un outil complet et stratégique

 

A moins d'être un spécialiste du référencement, un audit de référencement est très utile. Il permet d'avoir un avis objectif (s'il est réalisé par une personne extérieure) sur la qualité du référencement de votre site et sa capacité à être efficace en terme de visibilité sur le web.

 

Si vous vous lancez sur le web, vous commencez à priori avec des outils neufs donc potentiellement bien envisagés mais la cible d'un audit de référencement est un aucien site laissé à l'abandon et récemment repris ou un site en perte de vitesse ou encore un site apparemment en bonne santé mais dont on voudrait mieux tirer partie. Bref, vous l'aurez compris, la cible est un site dont le référencement date un peu...

 

Evidemment, le contenu d'une prestation « audit de référencement » dépendra de celui à qui vous le confiez et de votre objectif formulé. Selon si vous voulez savoir comment améliorer le taux de conversion (capacité à « transformer » l'internaute visiteur en acheteur) de votre site, comment créer plus de trafic sur votre site, comment mieux indéxer vos pages ou simplement si la personne qui a réalisé votre référencement a bien fait son travail (attention quand même aux guerres entre référenceurs qui peuvent brouiller les relations et perturber l'objectivité des conseils) ... Bref, beaucoup d'objectifs possibles... Un audit de référencement reste un exercice global qui répond à un objectif d'efficacité et pas à n'importe quel objectif particulier mais il devra être orienté dans un sens ou un autre...

 

De cette remarque découle une question logique : s'agit-il d'un objectif de référencement au sens large (communication web) ou au sens resteint (référencement naturel) ? Eh bien naturellement les deux ! Comme vous l'aurez compris si vous me suivez régulièrement sur ce blog, le référencement d'un site web suit un processus de communication web plus large. Les deux seront donc étroitement imbriqués. Un audit de référencement doit aller du référencement naturel à la capacité à rentrer dans une stratégie de communication mais sera dépendant des objectifs affichés par le « commanditaire ».

 

L'objet de cette étude reste quand même un site web donc en restreint forcément la portée. Selon moi, les points suivants doivent être abordés :

  • Référencement naturel : optimisation du code
  • Référencement natturel : les métas
  • Référencement naturel : optimisation des contenus texte
  • Net-linking : nombre et origine des backlinks
  • Net-linking : quelle politique de création de liens ?
  • Trafic : quelles autres sources développer ?

 

D'autres points à aborder ?

 

Pour chacun d'entre eux, il sera important de définir ce qui a été fait, ce qu'il est conseillé de faire et comment le faire. On y ajoutera des conseils généraux de marketing et communication que le client choisira de suivre ou non mais qui permettront de rendre le travail plus globalisant et efficace. Bref, il s'agira de répondre à la question (du mieux possible) : le site remplit-il les objectifs du client et comment lui faire remplir au mieux ces objectifs ?


A qui demander ou comment ?

 

Comme je le disais en début d'article, mieux vaut, à mon avis, choisir une personne extérieure, éloignée des la gestion et de la maintenance du site ; une personne non liée au référencement du site.

 

Bien évidemment, un spécialiste du référencement sera nécessaire à la réalisation de cet audit. Mais un « veilleur » (veille technologique) aura une façon très différente de voir les choses et, selon vos objectifs, cela peut avoir un avantage considérable. Beaucoup d'agences ou de freelances proposent des prestations « audit de référencement » pour pas trop cher. Mais attention aux propositions gratuites sauf si elles sont inclues dans d'autres prestations. Certaines peuvent valoir le coup mais sûrement pas toutes...

 

Il est très important de vérifier les services contenus dans la prestation et les « éléments » étudiés pour cet audit. Si des conseils supplémentaires sont proposés, c'est évidemment un plus...

 

Enfin, il est important de savoir que les avis de non professionnels sont également importants, s'ils sont en complément d'un travail de référenceurs expérimentés. Visuellement, émotionnellement, d'un point de vue professionnel autre que du référencement ou de la communication, les avis de personnes extérieures à ces métiers sont bien souvent éclairants. J'ai par exemple, pour encourager cette initiative (vision de professionnels du web et de non professionnels), ouvert un hub (nom du groupe : « visibilité et communication web ») sur le réseau social Viadéo où l'on peut échanger à ce propos . Il ne s'agit pas d'audit mais d'un partage d'informations et d'avis toujours intéressants !

 

Bonne journée !

 

Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 12:49

Bonjour à tous !


Il y a deux jours, je publiais un billet invité sur la communication visuelle et le graphisme. L'idée était de proposer à un « pro » du graphisme de nous éclairer sur les choses à faire ou à ne pas faire pour l'impact visuel d'un site web. Et ensuite de vous donner mon point de vue sur ce sujet. Vous ferez ensuite vous-même la comparaison entre les deux ! Personnellement, je ne suis pas graphiste mais je m'intéresse de près à tous les processus de communication. Ma formation en sémiotique et notamment en sémiotique image et texte me pousse donc à analyser les images, à expliquer leur possible interprétation et à décrire les processus qui s'en dégagent (analyse "macdo").

 

 

Si certains sont intéressés par donner leur point de vue sur cette question et développer l'échange, surtout qu'ils n'hésitent pas à me contacter, je pourrais en publier une synthèse sur ce blog !

 

La question est donc : Communication visuelle et graphisme : comment mettre en valeur vos produits/services ?

Je ne vais pas y répondre de manière aussi concrète et détaillée que M. Berkani mais proposer une approche différente de la question. Dans l'article sur le décodage image/texte, j'ai essayé de décrire l'idée selon laquelle un site web est naturellement un objet sémiotique « multi-face » puisqu'il mèle plusieurs canaux de communication (texte, image, sons, vidéos...). Et ces différents outils convergent dans un même sens pour définir un shéma global de signification.

 

Pour moi, l'aspect « objet de communication » d'un site web est primordial. C'est en effet l'aspect commun à tous les types de sites. Cet objet de communication transmet un message à destination d'un internaute (« venez acheter chez moi », la plupart du temps). Ce message est construit par différents éléments, texte, image... On pourrait bien sûr ne voir qu'une seule information : « venez acheter chez moi » avec un lien vers le site mais le discours marketing s'est largement complexifié avec le temps.

 

Le graphisme d'un site web est un élément essentiel de cet objectif. A lui seul, il fait passer un message. Couleurs, polices, formes, organisation de l'espace, ordre... Une charte graphique permet de configurer un message. Bien sûr, une charte graphique est un des éléments intégrés avec d'autres comme du texte par exemple. Les messages ne sont pas forcément les mêmes mais ils sont complémentaires. (je vous renvoie à l'article suivant donnant quelques explications sur le carré sémiotique)

 

Tout dépend donc finalement du message que l'on veut faire passer. Bon, je pense que vous l'aurez compris depuis le temps que je le martelle dans ce blog. Mais ça ne fait pas avancer le schmilblick pour autant... Comme le dit M. Berkani, votre graphisme ne doit pas faire fuir les clients. Mais peut-il pour autant encourager le visiteur à rester ? Oui, indéniablement ! En créant une atmosphère agréable pour le visiteur. Donc finalement, deux objectifs pour le graphisme d'un site : créer un climat favorable et faire passer un message. Les deux peuvent bien évidemment être confondus.

 

Je n'ai, jusqu'ici, pas encore parlé de « communication visuelle ». Pour une simple raison : personnellement, j'envisage la communication visuelle comme beaucoup plus large qu'un « simple » appel à un graphiste, si doué soit-il. Le texte fait également partie de cette communication mais pas dans son aspect « lecture et interprétation » mais plutôt dans l'implication émotionnelle qu'il implique. Je reviendrai un peu plus loin sur cette notion... La communication visuelle inclut également la question fondamentale de la gestuelle signifiante des animations voire du curseur de la souris. Enfin, pour faire court, la communication visuelle est une évocation globale d'un message « capté » visuellement ainsi que tous les aspects et les implications de ce message alors que le graphisme est ce qui s'applique visuellement à un objet de communication, un des éléments de cette communication.

 

Police de caractère, illustrations et mise en page sont des éléments essentiels d'accompagnement. Chacun draîne un message à lui-seul mais participe à l'élaboration d'un message plus global. Quend je parle d'accompagnement, cela sous-entend exactement que ces outils servent à « souligner » le propos, à le mettre en valeur mais le propos est alors ailleurs, dans le texte ou sur une vidéo, bref probablement un discours verbal. Lorsque la police de caractère prend la place de contributrice au message principal, elle prend alors une autre position dans le shéma global de signification avec d'autres effets et implications. Même chose pour l'illustration (qui ne sera alors plus nommé de cette façon) ou la mise en page.

 

Les deux fonctions initiées par R. Barthes d'ancrage et de relai (le texte pour une image) peuvent à mon sens être élargies à tout objet de communication. Finalement soit on ne fait que soutenir un propos (un RT sur Twitter) soit on l'initie et on contribue donc à son sens global (nouveau billet sur un blog). Je m'égare un peu là... Mais finalement pas tant que ça. Mon objectif est de préciser clairement que tout objet de communication doit être réfléchi avant d'être lancé pour communiquer. Un site web comme tout autre outil...

 

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout !

 

Et n'hésitez pas à me donner votre avis !

 

L'illustration de ce billet n'a rien à voir avec son contenu mais j'aime bien la neige !

 

Bonne journée !

 

Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 09:24

Bonjour,

 

Aujourd'hui, je vous propose un billet invité, non pas que ça deviendra une habitude mais il me semblait intéressant d'avoir le point de vue d'un professionnel du graphisme sur la question. Jeudi, je posterai ma version du même sujet. Il sera alors intéressant de comparer les points de vue....

Il s'agit de M. Berkani, à l'ogine de la création d''une webagency (agence de création et référencement de site Internet). Que je remercie chaleureusement !

Je vous livre donc le billet intact sans modification de ma part.

 

Valoriser une activité, présenter des services ou vendre des produits sur Internet sont des exercices techniques que les entrepreneurs ne maîtrisent pas toujours. Un site Internet doit obéir à un ensemble de règles graphiques qui lui permettront d’atteindre ses objectifs. Du choix de la police de caractères à celui des images et de la mise en page, ces règles vont déterminer le message que l’internaute va recevoir, et sa vitesse de compréhension.

 


Le choix de la police de caractères

La lisibilité du texte est un facteur important dans la communication visuelle sur Internet, il permet de faciliter à l’internaute l’accès à l’information. Un texte peu lisible peut rapidement agacer l’internaute et le faire fuir.

 

Le choix de la police de caractères doit être motivé à la fois par la lisibilité du texte et son adéquation avec la charte graphique. Il est important de souligner que la lisibilité d’une même police de caractères peut être différente selon les navigateurs Web. On constate par exemple que Internet Explorer affiche une meilleure lisibilité que Firefox.


Certaines polices de caractères avec ou sans serif ont été conçues exclusivement pour une lecture à l’écran. C’est le cas de Georgia (Serif) ou de Verdana (sans Serif). Théoriquement, les empattements ne sont donc pas influents sur la lisibilité du texte. Mais la réalité est toute autre. Les polices Serif sont peu lisibles sur certains navigateurs. Le rendu de la police Georgia, en taille 11px, est loin d’être satisfaisant sur Firefox.

 

 

 

A gauche, la police Verdana et à droite, la police Georgia

 


L’illustration

Une illustration peut avoir un ou plusieurs objectifs à la fois. Ces objectifs doivent être définis avant le choix de la photo. Parmi les objectifs les plus courants:

  • Mieux vendre un produit en le mettant en valeur

  • Faciliter la compréhension d’un texte

  • Faciliter la compréhension d’un message en complémentarité avec le texte

 

L’image choisie pour illustrer un contenu texte doit être en accord avec l’identité visuelle de l’entreprise. Elle doit parfaitement s’intégrer aux autres éléments de la page (texte, habillage …) afin de ne pas paraître comme un élément externe.

Voici un exemple d’illustration intégré dans une page basique :

 

 

L’image est en accord avec l’aspect sobre et froid de la page, elle ne contraste pas avec celle-ci et permet au lecteur de faire le lien entre le texte et l’image.


La mise en page

La mise en page est la manière avec laquelle le contenu est présenté au lecteur. Le but de la mise en page est de faciliter la lecture d’un contenu et d’être en accord avec les objectifs de sa création.

 

La mise en page comprend :

  • L’habillage de la page (charte graphique)

  • La police de caractères et sa taille

  • Les espacements

  • Les titres et les sous-titres

  • L’illustration

 

L’habillage de la page doit être en accord avec le secteur activité visé et les objectifs du contenu. Il répond à des règles liées à l'identité visuelle de l'entreprise et doit être facilement identifiable par le lecteur.

 

Le choix de la police de caractères doit répondre aux objectifs cités ci-dessus (partie « le choix de la police de caractères), et correspondre à l’identité visuelle de l’entreprise. Elle doit être la même que celle utilisée habituellement par cette entreprise.

 

La hauteur et largeur des paragraphes doivent être étudiées de sorte à ce que le lecteur n’ai pas besoin de tourner la tête de gauche à droite pour lire (Si si, cela est possible uniquement avec les yeux). En effet, il a été prouvé qu’un texte qui dépasse notre champ visuel est plus difficile à lire. Quant à la hauteur des paragraphes, elle doit être prise en compte dans les espacements prévus pour la page, car qui dit saut de ligne, dit espace blanc.

 

Les espacements sont nécessaires à l’aération de la page. Elle permet une identification plus facile des différents blocs composant cette page. La difficulté de cette partie réside dans la recherche d’un juste milieu entre un contenu trop dense et une page trop aérée qui donne une impression de vide.

 

L’illustration doit compléter, guider ou faciliter la compréhension du message. L’objectif de votre page sera de faire passer ce message. Elle compte aussi dans l’équilibre de cette page, dans le sens où un ou plusieurs paragraphes peuvent être remplacés par une illustration qui véhicule le même message.

 

A jeudi alors ! (N'hésitez pas à donner vos avis !)

 

Bonne journée !

 

Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 13:46

Bonjour à tous !

 

Un petit billet pour faire la transition entre quelques billets relatifs à la visibilité web pour Noël et une billet invité sur la communication visuelle (je vous le recommande d'avance d'ailleurs !). « Petit mais costaud » ! De mon point de vue, le présent billet est très important.

 

 

J'ai passé il y a quelques temps quelques semaines dans une entreprise. Celle-ci est spécialisé dans une autre branche de l'informatique et propose en supplément à ses clients des prestations de référencement. Mon « passage » dans cette entreprise m'a inspiré ce billet.

 

 

Le référencement, envisagé de façon professionnelle, doit, à mon avis, être particulièrement structuré au sein de l'entreprise. Non seulement, le référencement, pour être bien réalisé, doit être stratégiquement programmé mais la structure à l'origine de ce référencement doit elle-même assigner clairement telle ou telle tâche à telle ou telle personne. Je ne dis évidemment pas qu'une entreprise de référencement doit être une usine « fordienne » mais il est certain que la spécificité du référencement doit être prise en compte.

 

Le « référencement » dont je parle dans ce billet est un référencement naturel classique mais efficace : conseils d'optimisation du code, audit du site et de la concurrence, remplissage des metas et optimisation des contenus texte. A cela, pour certaines prestations, on ajoutera des inscriptions dans des annuaires ainsi que du net-linking basique mais qualitatif.

 

Ce référencement ainsi qu'une bonne prestation client demande :

  • un planning précis

  • un échéancier avec des objectifs précis
  • des explications claires aux clients (que va-t-on faire et comme va-t-on s'y prendre ?)
  • un assignement clair des tâches (commerciales, relationnelles, techniques, gestion de projet...)

La transparence sur ce genre de prestation me semble essentielle. Le référencement, d'un point de vue général, jouit d'une réputation sulfureuse : mystères, résultats incertains et manque d'explications. Je prend le parti de combattre cet état de fait et de tenter d'améliorer cette réputation. De mon point de vue et à mon niveau, il s'agit de dire clairement au client ce qu'il est en droit d'attendre de la prestation, ce qui sera envisagé et réalisé pour son site et les résultats que ce travail devrait avoir. Si cela reste au conditionnel, cela vient du fait que les référenceurs travaillent sur un outil (Google) qu'ils connaissaient relativement bien mais dont ils ne peuvent prévoir toutes les réactions.

 

Avec cette attitude, il me semble qu'il ne sera pas utile de donner des garanties de résultats dans les contrats. Du moins pas par rapport aux résultats espérés (ah cette fameuse première page !) mais uniquement par rapport à des concurrents.

 

Chaque « dossier » doit être planifié, structuré et expliqué. Je tiens personnellement beaucoup à ces différents éléments car ils sont un gage de confiance, de fiabilité et de réussite. C'est pourquoi toutes les entreprises, avec la structuration qui est la leur, ne peuvent envisager de faire du référencement professionnel sans un minimum d'aménagements.

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

Bonne journée !

 

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:29

Bonjour à tous !

 

Communication evenementielle

Comme j'en parlais dans mon article précédent sur la visibilité web, je vous propose l'étude d'un cas pratique. L'exemple vient de mon propre plan de communication. Je risque donc de manquer d'objectivité. N'hésitez pas à me le signaler.

 

 

La communication évènementielle est un type de communication à part, complètement différent de la communication « classique ». Elle se fonde sur l'immédiateté même si elle utilise les principes de la communication « classique ». Et cette immédiateté des résultats et donc de l'utilisation d'outils adaptés lui donne toute sa différence.

 

Pour propulser ma « petite » opération de communication, j'étais moi-même pressé par le temps, j'ai donc dû aller vite. Pour un maximum d'efficacité, j'ai essayé d'utiliser le maximum d'outils à ma disposition. Mais pas tous... Certains n'étant pas adaptés à cette communication.

 

Quelques mots sur le contexte : j'ai voulu « utiliser » la période des fêtes pour lancer une offre commerciale avec deux objectifs distincts : profiter de l'occasion et me faire connaître et donner un peu de visibilité à d'éventuels clients. Donc je me lance dans une offre simple et pas trop chère. Mais comment communiquer dessus ? Voilà les outils que j'ai utilisés et ceux que j'utilise habituellement :

 

Le site web : il joue habituellement un rôle essentiel dans la communication de CWM car il en est la base ; l'élément sur lequel on retrouve toutes les informations importantes, tous les liens utiles (blog, communiqués...). Pour cette opération, il s'est avéré complètement inutile car, pour qu'il le soit, il eut fallu que je crée une page spécifique, une landing page appropriée (je compte bien faire un billet là-dessus d'ici le début 2010) ou un système d'annonce lambda. Le site n'étant pas au point actuellement, je me suis dit que ça me prendrait trop de temps.

 

Mais alors quelle base pour cette opération de communication ? Où et comment retrouver les informations essentielles ? Pour cela, j'ai choisi le communiqué de presse. En utilisant le système rassemblant tous les communiqués en un seul point de agencepresse.net, cela me permettait d'avoir cette base que je recherchais.

 

Les autres communiqués de presse : pour bénéficier d'un maximum de visibilité, j'ai décidé d'utiliser les communiqués de presse pour diffuser l'information. C'est pourquoi le communiqué de presse a été diffusé sur plusieurs plateformes spécifiques ou non. Le fait de diffuser un même contenu sur plusieurs sites peut avoir des risques de duplicate content mais, comme je le disais à une cliente, on ne cherche pas à être présent sur Google, pas vrai ? Mais à être le plus présent possible...

 

Le blog : mon blog n'est pas destiné à mes opérations de communication ou commerciales. Ma ligne éditoriale est différente. Si tous les visiteurs savent bien qu'il s'agit d'un blog professionnel, ma volonté est d'en faire un lieu de conseils, d'analyses et de discussion. Il ne rentre donc pas en ligne de compte ici. Pour autant, j'en profite pour parler de « communication évènementielle » et de Noël, période propice à la vente !


Les articles : la rédaction d'articles complémentaires permet de diffuser de l'information différente de celle d'un communiqué et pas aussi formelle. J'ai peu utilisé ce moyen mais il peut être bon de relayer l'information sur des blogs ou des portails par de la rédaction web de ce type. Un seul article publié hier.


Les outils de rediffusion : s'il ne s'agit pas de créer un contenu spécifique, relayer l'existant s'avère essentiel pour développer cette fameuse visibilité. Les diggs-like sont un bon outils (scoopeo, fuzz, wikio...) mais il est aussi important d'utiliser les réseaux sociaux (Twitter, Linkedin, Facebook...). Viadeo, réseau social professionnel essentiellement francophone, s'avère très utile car il est non seulement possible de toucher tous les membres mais également un nombre restreint par les hub auxquels on appartient. Il est également intéressant d'utiliser les annonces viadeo qui sont diffusées à tous les membres. Un contenu spécifique est alors nécessaire, une sorte de condensé de l'offre !

 

Quant aux résultats de cette démarche, il est encore trop tôt pour le savoir mais les premières constatations sont bonnes...

 

Des suggestions pour améliorer tout ça ?

 

Bonne journée !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher