26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:11
Les réflexions du vendredi…


Bonjour !

89_n-b.jpg





Les noirs ou les blancs ?









La question semble intéresser beaucoup de monde ou, du moins « fait jaser ». La course aux contacts est-elle d’une quelconque utilité ? Non probablement pas en tant que telle mais… Le problème est plutôt la méfiance qui s’est installée depuis…



Viadeo est (du moins, c’est comme ça que je pense qu’il faut l’utiliser) un réseau (qualitatif) professionnel. Puisque les membres sont orientés « pro », il y a plus de chances que les contacts soient pertinents, contrairement à un réseau plus privé comme facebook…

Il y a quelques temps, je me posais la question : faut-il accepter tous les contacts ? Si, à cette question, on doit répondre « ça dépend de ce qu’on cherche », le critère le plus communément accepté est celui de l’intérêt mutuel
Mais, par principe, les intérêts ne sont pas les mêmes pour tout le monde ! Personnellement, je participe au projet « Faistacom », site de diffusion et promotion de communiqués de presse (je ne mets pas de lien, on me taxera de « faire ma pub » !). A cause de cela, je contacte beaucoup de monde sur Viadeo (pour mon entreprise également) pour leur faire savoir que ce service existe. 2 réactions sont alors possibles : soit on me considérera comme un spammeur (pas dans le sens où j’envoie beaucoup de mails mais dans le sens où je ferais de la pub « indirecte ») même si je n’envoie qu’un seul mail à propos de Faistacom ; soit on accueillera positivement mon message. 

Sur Viadeo (c’est valable pour Linkedin même si la question se pose moins), spam et contacts sont donc étroitement liés. 2 groupes s’affrontent : les tenants du « j’accepte tous les contacts, Viadeo est un réseau pro, on doit, à partir du moment où on y figure, accepter d’être contacté » et ceux du « je n’accepte les contacts que de ceux que je connais ». La plupart des internautes sont entre les deux, évidemment. 
Je me suis toujours demandé : pourquoi pose-t-on cette question ? Et, vous vous en doutez, je vais essayer d’y répondre mais j’espère que chacun apportera sa pierre…
Les réseaux sociaux, quels qu’ils soient, sont une formidable machine à contact social. A partir du moment où vous êtes inscrit sur Viadeo (c’est un exemple mais c’est valable pour d’autres), on est potentiellement relié à des milliers de personne, si ce n’est plus. Le potentiel de débouchés professionnels est donc considérable. Rater un contact peut-il être considéré comme une opportunité ratée ? Potentiellement oui… En refusant un contact ou en n’en demandant pas un (désolé de la tournure étrange de cette phrase !), on prend un risque…

Alors je ne dis pas ça pour cautionner la course au contact mais pour essayer d’expliquer pourquoi cette question semble si importante. Sauf pour ceux qui ont socialement assez de contacts… Je m’explique : à partir du moment où votre réseau est construit et est considéré par la majorité des internautes comme tel, la question ne se pose plus ! Pfffuuuuuuiiiii…

Je n’ai évidemment pas de conseils à donner, si ce n’est d’avoir une « politique » conforme à sa stratégie et ses objectifs. Mais le « qu’en dira-t-on ? » est si important… Il est pour autant peut-être amené à disparaître avec le nombre grossissant d’utilisateurs des réseaux sociaux. 

Pour que votre demande de contact ne soit pas considérée comme du spam, il est important de motiver sa demande. Mais comment ?
  • Soyez poli
  • Soyez honnête pour la raison de votre demande
  • Soyez bref et concis
  • Soyez simple
  • Soyez drôle (ça ne fait pas de mal…)
Cela permet également d’optimiser votre utilisation des réseaux vers plus de qualitatif. 

Après ça, tous n’accepterons pas forcément votre demande, loin de là mais vous améliorerez sensiblement votre nombre d’acceptations et, surtout, votre image, votre e-reputation (eh oui, elle commence dès cet instant si ce n’est plus tôt…

A vous maintenant, qu’en pensez-vous ? Spam ou non ?
Comment améliorer la qualité et l’intérêt de ses demandes ?
A vous les studios !

Bonne journée !
Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 09:33
(Retour sur le Viadeo Tour et les conférences à la CCI de Lyon du 23/03/2010)


Bonjour !

88 hommes






Petite pause dans nos tests (mais j’y reviens vite !). Je vous propose aujourd’hui de revenir sur le « Viadeo Tour » d’hier qui a eu lieu à la CCI de Lyon. Et en particulier sur l’utilité que peut vous apporter Viadeo dans votre business quotidien. 








En 8 points, M. Chancholle a fait l’inventaire des intérêts potentiels d’un réseau comme le sien. 

  • Viadeo permet de gérer son capital relationnel
  • Viadeo permet d’effectuer une veille sur votre réseau
  • Viadeo permet de démultiplier les opportunités
  • Viadeo permet de participer à des évènements
  • Viadeo permet d’identifier LA bonne personne
  • Viadeo permet de faire une veille sur une personne ou une entreprise
  • Viadeo permet de communiquer efficacement à moindre coût
  • Viadeo est un outil de gestion de carrière

Comme j’en parle régulièrement sur ce blog, Viadeo est un réseau social professionnel. Et, en tant que tel, il est destiné à être utilisé dans cette optique. 
Si la journée de conférence mélangeait volontiers communication et marketing, il est à mon avis essentiel de les différencier même si, à un moment ou à un autre, ils se confondent. 

On ne fait pas de la communication pour vendre mais de marketing pour cet objectif. La communication (c’est pourquoi les départements de communication et marketing sont souvent rassemblés) est la méthode qu’on utilise pour se présenter à ses « futurs » clients ou à toute personne susceptible d’être intéressée. Le marketing permet de vendre. 

Selon moi, Viadeo, et plus généralement les réseaux sociaux, est un outil de communication et non de marketing. 
On le lit partout et je suis d’accord, la vente directe sur les réseaux sociaux est la plupart du temps un échec (si vous avez une expérience contraire, n’hésitez pas à nous en faire part !). Les réseaux sociaux professionnels (Viadeo à leur tête) permettent de créer du lien social et non commercial. S’inscrire et converser sur un réseau social professionnel (Facebook a des spécificités un peu différentes), c’est aller à la rencontre de personnes avant de les considérer comme des « potentiels » clients. 
Si l’objectif à moyen terme est de vendre vos produits, il ne s’agira pas de le faire de manière directe mais en ayant une approche humaine et sociale. Sans donner, vous n’aurez rien !

Viadeo est conforme à cette idée. M. Chancholle a présenté les possibilités de ce réseau. Mais pour les utiliser efficacement, il faut avoir un bon réseau de qualité donc basé sur des contacts intéressés. Avec les différents outils, Viadeo permet de se faire connaître, de nouer des partenariats, d’être vu, de proposer ses services et donc de remplir des objectifs de communication et non de marketing. 
L’ère de la communication est arrivée !

(Je ne suis pas tout à fait d’accord avec son assertion selon laquelle l’outil « experts » est su utile que ça. Potentiellement, c’est en effet une mine d’or, on y retrouve des gens qui demandent de l’information précise et qualifiée et qui vous feront potentiellement confiance puisque vous « arrivez » en qualité d’expert. Mais dans les faits, beaucoup de questions peu utilisables…)

Et vous, que pensez-vous de cette question ?
Et qu’avez-vous pensé de ces conférences ?

Bonne journée !
 
Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 14:04
Bonjour !

87 joker



J’ai fait la semaine dernière un petit test. Sur Twitter, j’ai demandé les qualités supposées d’un « bon » référenceur. Ce billet pour vous donner en substance les réponses de ce mini-sondage. 
Et pour vous demander à vous, ce que vous pensez de ces réponses et plus largement de cette question : 



Quelles sont, selon vous, les qualités d’un (bon) référenceur ?





Des qualités humaines : 

J’ai pu collecter un certain nombre d’adjectifs : organisé et rigoureux (2 fois), curieux et passionné (2 fois), persévérant et patient, malin, altruiste, courageux (2 fois), modeste et humble. 
Je suis personnellement d’accord avec ces qualités, même si certaines sont plus importantes que d’autres. Selon moi, 3 ressortent : être organisé, modeste et persévérant. Non pas que les autres ne soient pas importantes mais elles sont inhérentes, à mon avis, au métier de communicant, ce qu’est certainement un référenceur, mais ça se rentre pas en ligne de compte dans ce billet. 
Le référencement est un travail qui demande du temps, pour le réaliser comme pour en voir les effets. Pour réussir un référencement, il est essentiel d’être rigoureux afin d’être le plus complet possible (oublier un type de mots-clés peut s’avérer une perte de CA importante). Enfin, il n’est nul besoin de le crier sur les toits !

Des qualités techniques (connaissances) : 

La polyvalence des « méthodes » de référencement (SEO, SEM, SMO…) semble un point important. De même que les connaissances SEO, rédactionnelles et marketing
Finalement, le référenceur doit savoir tout faire ! Etre SEO friendly, rédacteur web et community manager ! Cela n’en donne que plus d’intérêt à ce métier. Alors pourquoi ces capacités multiples ? Probablement à cause du fait que le référenceur fait appel à plusieurs « méthodes » pour arriver à ses fins et travaille avec des clients (sites) très différents (types de site et domaine d’activités). 

Des qualités dans l’exécution du travail : 

La veille est essentielle au métier de référenceur ! Il doit savoir être au courant de tout ce qui concerne son métier et plus généralement la communication et les nouvelles technologies. Souvent, c’est un « twitter addict » ! Un bon lecteur RSS et du temps sur Twitter suffisent souvent mais, comme pour les champignons ( !), il faut connaître les bons coins (les bonnes personnes NDLR) ! Je dirais également que l’anticipation est une bonne chose !
Constamment, le référenceur se tiendra informé mais il effectuera également un travail régulier sur les sites de ses clients, un article par-ci, quelques annuaires par-là… Pantouflard le référenceur ? Pas forcément mais régulier et travailleur sûrement ! 

Pour ce qui est du contact avec les clients, l’honnêteté semble ressortir. Une qualité essentielle dans la relation client mais pas uniquement chez les référenceurs ! 

Et que pensez-vous de tout ça ? Et je m’adresse à tous ! A quoi ressemble le référenceur idéal pour vous ?

Bonne journée !
Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 10:20

 

Bonjour !


86_saint-michel.jpgJe continue mes investigations sur le « monde » de la visibilité en ligne, sur votre utilisation des réseaux ou des diverses techniques de visibilité et présence ! Bien sûr, je vous rendrais les résultats de ces « sondages » (notamment sur l’utilisation de Twitter ou sur les réseaux sociaux) mais j’attends d’avoir un peu plus de retours. D’ailleurs, n’hésitez pas à rediffuser (merci d’avance !) !


Aujourd’hui, je me (et vous) pose la question de l’embauche d’un référenceur/webmarketeur ou de l’externalisation de ce poste (question indirectement liée à la visibilité web mais qui vous intéresse, j’en suis sûr !). Qu’est ce qui est : 

  • Le plus pratique ?
  • Le moins cher ?
  • Le plus efficace ?


La question est essentielle car la ou les réponses dépendront du type d’entreprise… On entend par-ci ou par-là dire que l’un est meilleur que l’autre et inversement. Ce qui m’intéresse, c’est d’avoir vos retours sur cette question ! 

  • Comment peut-on procéder ?
  • Quel sont les avantages et les inconvénients d’une solution ou d’une autre ?
  • Des expériences à partager ?


Vous allez me répondre que ça dépend des cas, des situations et de ce qu’on veut en faire ! Et vous aurez raison ! Je vous propose 3 pistes à suivre ou non pour répondre à ces questions…


Petite ou grande entreprise : le budget et l’impact seront différents

Pour une grosse entreprise, se « payer » un référenceur en interne représente un
investissement. On considère que le site web doit être optimisé, donc rapporter plus. Un expert sera alors embauché. Dans les plus petites entreprises, le référenceur en interne pourrait être considéré comme superflu... 

Il sera plus logique, pour une « petite » entreprise, de faire appel à un intervenant extérieur, pour une charge budgétaire moins importante mais aussi pour plus de souplesse et d’efficacité ; je pense bien sûr à un indépendant mais des situations diverses peuvent se présenter…


Le contexte du domaine d’activité est très variable

Selon que vous développez une activité peu
concurrentielle ou très concurrentielle, la donne pour le référencement sera différente. Référencer une association pour la sauvegarde des esturgeons dans la baie du Mont Saint-Michel et un site e-commerce de vente de chaussures n’est pas la même chose… et ne demande pas le même travail ! 


La stratégie de communication joue son rôle

Si vous avez bien suivi mes conseils (!), vous aurez élaboré une véritable
stratégie de communication pour votre activité web. Visibilité, trafic, positionnement, réseaux sociaux… Selon si cette stratégie est « généreuse » ou non, si la responsabilité de sa mise en place échoit à une seule personne, le recours à une réalisation interne ou externe sera différemment envisagé. 


Beaucoup de paramètres donc… Racontez-nous votre expérience soit en tant qu’entrepreneur soit en tant que référenceur soit en tant que… N’hésitez pas, allez-y, 1, 2, 3 partez ! (et Merci !)


Bonne journée !

 

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 16:25
Bonjour !

85_bonjour.jpg


Cet article n’a pas pour seul objet Twitter mais plus globalement tous les réseaux sociaux ! Le terme « retweeter » doit être pris dans un sens généraliste de « rediffuser une information ». 




Il y a quelques mois, je publiais un article sur la politesse sur Twitter. Je disais en substance qu’être poli sur Twitter a des répercutions logiques (comme dans la « vraie » vie) sur l’image que vous faites passer et peut, à juste titre, être considéré comme un acte de marketing. 
Etre poli, c’est retweeter régulièrement des articles d’une même personne, c’est le citer dans le #FF hebdomadaire, le citer dans son blog (là ça dépasse Twitter !)…

La politesse, un outil de marketing ?

En quoi retweeter une information peut-il servir vos desseins marketing ?
Naturellement, si vous retweetez une info, vous faites un peu de publicité à l’émetteur du tweet (un peu plus de présence et visibilité) et celui-ci pourra s’en sentir redevable et sera amené à retwetter votre prochaine info…
Mais (et heureusement !), on ne retweete pas par intérêt. Pour autant, il est certain que la stratégie relationnelle est essentielle en communication. Alors, il ne s’agit pas que de retweeter mais plus largement d’instaurer une stratégie de communication intégrant le relationnel comme partie prenante du marketing. 

Aujourd’hui, le web 2.0 amène les entreprises à « conversationnaliser » (désolé du néologisme mais ce terme est plus explicite !) le marketing direct qu’elles mettent en œuvre. La dimension relationnelle rentre alors en jeu et revêt logiquement une grande importance. 

Bonjour Twitter !

Le marketing relationnel a toujours existé mais il acquiert avec le média social une épaisseur différente car à la différence du commercial qui démarche directement ses clients, le webmarketeur ne pourra pas « démarcher directement » ou alors il sera considéré comme un spammeur. Sur Viadeo, je remarque régulièrement des conversations qui stigmatisent les marketeurs comme des spammeurs… Comment réaliser alors la « bonne » communication sur les réseaux sociaux ?

Comme d’habitude, pas de réponse miracle ! Il n’y a pas une heure, j’ai trouvé un article intéressant qui conseille sur la conduite à tenir sur les médias sociaux J’avoue que je ne crois pas tellement aux conseils de ce type en matière de relationnel… Disons qu’il faut être mesuré et stratège ! Pour autant, chacun fera comme il le souhaite et surtout, conformément à une stratégie claire de communication. 

Alors « bonjour », ou pas « bonjour » ? Tous les jours, occasionnel ou jamais ?
C’est selon… Personnellement, j’aime commencer ma journée par un bonjour général ! Mais une communication globale ne se résume pas à un « bonjour »…

Evidemment, j’attends vos points de vue… A vos claviers ! 

Bonne journée !
Repost 0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 12:47
Bonjour !

84_geek.jpgAujourd’hui, je vous propose de faire un peu le tour de la question « Pourquoi utiliser les réseaux sociaux » sans me limiter à l’un d’entre eux. Mais je voudrais tourner ce billet comme un sondage à propos de votre utilisation de ces réseaux sociaux… Alors, comme le billet de mardi, n’hésitez pas à me faire vos retours ! 

Trouver des clients
Si, si, si… Ils sont là je vous assure ! Vous les trouverez plutôt sur Viadeo ou Linkedin (réseaux professionnels) mais aussi sur Facebook ou d’autres plus « petits réseaux ». Je me posais (et à vous !) la question mardi de Twitter : oui, certains « petites » entreprises ont un compte…
En avez-vous trouvé, des clients sur les réseaux (racontez-nous !) ?

Vous faire connaitre
A l’inverse, si vous trouvez des clients, des clients vous trouvent ! Etre sur les réseaux sociaux est aujourd’hui une nécessité ! « The place to be ! » Avec un peu d’optimisation de ses fiches et un peu de communication, même si cela prend du temps, il est relativement facile de se « monter » un réseau !
Des internautes vous-ont-ils contacté ?

Rencontrer et échanger avec d’autres
La finalité commerciale des réseaux sociaux existe bien mais c’est d’abord un lieu d’échanges et de rencontres. Enrichissantes ! Forcément ! Echanger sur les parcours, les astuces, les idées, les pratiques…
Avez-vous rencontré des internautes intéressants ?

Renforcer la visibilité de votre site
Les réseaux sociaux (ceux qui me suivent m’ont déjà vu en parler) sont un très bon lieu pour travailler sa visibilité. En répondant à un article, en échangeant avec un membre, en postant une annonce, n’oubliez pas de mettre un lien (si possible optimisé) vers votre site. 
Vous-en êtes-vous servi pour le référencement de votre site ?

Renforcer la visibilité de votre activité/diffuser de l’information
Comme je l’ai déjà dit, Twitter est un outil permettant essentiellement de faire de la veille et de rediffuser de l’information. Même si ce n’est pas le seul intérêt, Viadeo, Facebook ou Linkedin permettent de rediffuser et partager de l’information dont vous êtes l’auteur ou que vous avez trouvée intéressante. 
Faire simplement connaître son activité devient alors possible avec ces outils sociaux. Pour autant, il ne s’agit pas uniquement de poster des liens mais de réellement converser, expliquer, « socialiser » une activité marketing. Je me posais la question mardi de l’utilisation que les pme ou tpe font de Twitter…
Vous-en êtes-vous servi pour faire connaître votre activité ?

Un outil gratuit
La plupart des réseaux sociaux sont gratuits… jusqu’à une certaine limite ! Pour l’instant, Twitter est gratuit. Chacun propose des services payants. D’une manière générale, il est possible de les utiliser efficacement gratuitement. Le coût est « temporel » et « énergétique » ! 
Est-ce un argument intéressant selon vous ?

Un outil sur lequel il faut être/Un outil dont tout le monde parle
Oui, les réseaux sociaux sont un peu une mode. Mais ne dit-on pas que le marketing suit la mode ? Aujourd’hui encore (mais probablement de moins en moins), avoir des comptes professionnels sur les réseaux sociaux, sans pour autant les animer, est une marque de modernité
Que pensez-vous de cette « mode » ?

Un outil de communication obligatoire
Facebook et Twitter n’ont pas été pensés comme des armes marketing, c’est certain mais aujourd’hui, beaucoup ont compris le potentiel considérable de ces outils (ces 2 réseaux comme les autres…). Peut-on se passer des réseaux sociaux lorsqu’on a une stratégie marketing ? (Le pouvez-vous ?) Les grincheux me diront que oui mais je ne le crois pas ! Vu comme les politiques se les approprient (mal apparemment…)... 

Qu’en pensez-vous ? Que peut-on ajouter ?

Bonne journée !
Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 07:40
Bonjour !

83_heart.jpg
Twitter semble un outil difficile à utiliser pour les « petites » entreprises…De mon angle de vue, peu de petites entreprises ont un compte  ! Et, surtout, on parle essentiellement des grands comptes sur Twitter…


Depuis le temps que je surfe sur les réseaux, il me semble (mais je peux me tromper, n’hésitez pas à me contredire !) que les PME sont globalement peu sur le web et, si elles le sont, on les trouve plutôt sur Viadeo ou Linkedin…







Les raisons du désamour actuel

Quelles pourraient en être les raisons ? Quelques possibilités : 
  • Twitter est un outil de communication et la communication est secondaire pour les « petites » entreprises
  • Twitter est chronophage et rebute forcément les « petites » entreprises
  • Les enjeux des « réseaux sociaux » (même si Twitter n’est pas un réseau social au même titre que Facebook, selon moi) ne sont pas compris
  • Twitter est tout simplement inconnu
  • Twitter est un outil du domaine « informatique », et les nouvelles technologies, « ce n’est pas pour moi ! »
Un autre aspect fondamental joue forcément un rôle (je m’en suis rendu compte suite à une mini-conversation avec @arobasenet). Il est vrai que créer un compte sur Twitter, pour une entreprise, peut donner l’idée que cette entreprise ne va se servir de Twitter que pour vendre. Une certaine méfiance envers ces comptes s’installe alors…

Twitter est-il un outil efficacement utilisable pour les PME ?

2 stratégies de communication semblent alors possibles : 
  • Soit les pme utilisent Twitter uniquement pour diffuser leurs offres marketing
  • Soit elles construisent une stratégie marketing et communication dans laquelle Twitter joue un rôle important (conversationnel et relationnel) avec les clients…
Vous aurez compris que j’aime à croire que la deuxième solution est privilégiée, à l’ère du web 2.0 collaboratif et conversationnel. Pour autant, je me pose la question. Mais je ne doute pas que l’utilisation de Twitter par les pme est une utilisation motivée et pertinente !
Mais par quoi ? Quelle utilisation faites-vous de Twitter ? A vos claviers !

Ou alors, est-ce que cela veut dire que les PME délèguent la gestion de leur compte à des community managers ? (question de @Xyloon) Personnellement, j’en doute mais je me pose également la question... Qu’en est-il de votre compte ?

Ces questions sont essentielles pour moi et, je l’espère pour vous ! 

Pourtant, il semble bien que la situation évolue… Le buzz actuel à propos du « moineau bleu » le fait connaître. Les internautes se posent des questions… Cette effervescence est porteuse et positive ! Même s’il est dommage qu’on ne parle pas beaucoup de Twitter comme d’un outil très utile pour les professionnels (dommage que France2 n’en ai pas parlé la semaine dernière alors que le buzz sévissait en même temps #revotwitter !). 
Les professionnels du web ont vite compris l’intérêt de cet outil pour les entreprises (les petites comme les grandes) et le travail d’évangélisation a commencé et se développe très vite ! J’espère apporter ma « petite » pierre…

Evidemment, vos réponses alimenteront un ou plusieurs prochain(s) billet ! De quoi développer un peu plus votre visibilité… Merci !

Bonne journée !
Repost 0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:02
Bonjour !

82_maillon.jpg



Voilà, cette série est officiellement terminée ! Pas de maillon faible ! 
Je vous propose d’en faire un récapitulatif dans ce billet, pas un article cette fois-ci !
9 billets sur 3 semaines ! 








J’ai découpé le traitement de cette série en trois étapes : 
  • L’établissement d’une stratégie
  • La mise en application de cette stratégie
  • L’évaluation de cette stratégie
Vous l’aurez compris, j’accorde une considérable importance à la stratégie développée pour cela. Une stratégie donne tout simplement une unité et une cohérence à une action, qu’elle concerne la communication, le marketing ou autre chose…

La stratégie

Réalisation de la stratégie

Evaluation de la stratégie

Je vais maintenant enchainer avec quelques billets sur les réseaux sociaux ! 

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ces articles, si cette série vous a été utile ou si vous avez vite passé votre chemin…

Bonne journée !
Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 12:27
Bonjour !

Communication web : E-reputation et ROI, évaluation de l’investissement (étape3, 2/2)


Je ne vais pas, aujourd’hui, parler de l’e-reputation en général, pour le dernier article de cette série (dont je ferai un récapitulatif en début de semaine prochaine). Vous pourrez trouver énormément de billets sur le web. 
Mais comme ma ligne éditoriale m’y oblige (mais j’aime ça !), je préfère proposer des informations concrètes, qui serviront directement à mes lecteurs. 

Quand vous avez réalisé les étapes 1 (conception d’une stratégie) et 2 (réalisation de votre communication), avez-vous terminé le travail ? Evidemment, non ! Comme on l’a entrevu mardi, il s’agit d’évaluer l’impact de cette stratégie, de l’ajuster et de recommencer… Bref, jamais de fin à la communication ou au référencement, en constante évolution !

Découvrir son identité en ligne ou e-reputation

Evaluer ce qu’on dit de vous est très important. Pourquoi ?
  • Evaluer votre réputation
  • Evaluer votre popularité
  • Evaluer votre originalité
Un outil très simple et facile à gérer : Google.fr ! Si vous tapez (par exemple) « CWM Consulting », le nom de votre site ou de votre activité, vous devriez obtenir les principaux lieux de visibilité de votre site/activité. En l’occurrence (dans l’ordre) : 
  • Le site http://www.cwm-consulting.com/
  • Le blog http://cwm-consulting.over-blog.com/
  • Twitter http://twitter.com/cwmconsulting
  • Viadeo http://www.viadeo.com/fr/profile/pierre.mourotte

81 cwm

(Désolé de la pub mais c’est à titre d’exemple)
 
Tout dépend évidemment des situations mais cette commande doit valider votre présence sur le web ! Si taper le nom de votre activité et/ou nom de domaine ne donne pas de résultats concluants, changer de conseiller en communication web ! J’exagère volontairement, d’autres facteurs rentrent en ligne de compte mais je voudrais insister sur la nécessité de suivre l’évolution de son activité web et de la critiquer, en bien ou en mal. 

De la même façon, utiliser la commande « link:urldusite » sur yahoo.fr, comme je le disais pour votre référencement (lien vers dernier article) et analyser les résultats donne de très bonnes pistes. D’autres outils plus pointus sont aussi disponibles. Leur utilisation dépend de chacun et des spécificités de votre communication et des outils utilisés…

Votre e-reputation complètement maîtrisable ? Non, sûrement pas…

Alors, vous êtes connus ? Bravo ! Maintenant il est temps d’analyser ce qui est dit de vous. Et surtout, quel impact a (eu) votre communication et sa stratégie sur cela ! 

Comparer l’image qui est perçu et transmise (pas forcément la même, ça se complique…) à l’image que vous vouliez faire passer et que vous avez mis en place. Qu’elle soit bonne ou mauvaise, il s’agit surtout de comprendre pourquoi ! L’intervention d’un professionnel est, à ce moment-là, essentielle car il vous sera difficile de prendre le recul nécessaire. 

Essayez de séparer ce qui est lié à votre communication et ce qui ne l’est pas sera également important. Une e-reputation ne peut être entièrement imputable à une communication (sinon, nous ne serions que des machines…). Il existe toujours une part d’imprévisible ! Il s’agit, lorsque vous planifiez votre stratégie de présence et de visibilité, d’en prévoir la plus grande partie…

(Pour une mauvaise réputation, je vous renvoie à l’analyse du cas « De vous à moi » de l’excellent blog de @CaddeReputation))

Aussi bien dans le cas où votre e-reputation correspond à ce que vous aviez prévu que dans le cas inverse, il faudra surveiller, corriger, ajouter, revoir… Il est très important de suivre de près cette réputation ! (une astuce : Google propose des alertes sur des requêtes ou des url, n’hésitez pas à en user et à en abuser !)

En vous, qu’en pensez-vous ?

Bonne journée !
Repost 0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 08:35
Communication web : E-reputation et ROI, évaluation de l’investissement (étape3, 1/2)

Bonjour !

80_chaussettes.jpgConception stratégique (audit de la concurrence, définition des objectifs, prise de conseils et planification des opérations), application opérationnelle (référencement, contenu éditorial et contenu social) et, pour finir, évaluation des performances et calcul du ROI
Les 3 étapes sont primordiales pour une gestion de projet efficace et moderne. La dernière méritera aux moins 2 articles consécutifs. Aujourd’hui et jeudi…

Si l’objectif principal du développement d’une activité web est d’en vivre, les objectifs secondaires (mais essentiels pour y arriver) étaient : 
  • Développer votre business en ligne
  • Vous faire connaître et accroître votre notoriété
  • Devenir officiellement le « spécialiste » d’un domaine

Il est essentiel d’évaluer les effets d’une campagne de référencement (on parlera de l’évaluation de la notoriété et de l’image jeudi) pour les raisons suivantes : 
  • Toute action doit être validée ou invalidé par principe
  • Le référencement est un processus constamment en évolution, il doit donc être ajusté, corrigé suivant les résultats
  • Certains effets du référencement peuvent être surprenants, c’est pourquoi il faut le tester régulièrement pour leur trouver une solution

Si les premières étapes ont été correctement réalisées, la réussite devrait naturellement être au rendez-vous. Comment donc évaluer cette réussite ?
Aujourd’hui, je vous propose de voir quelques points essentiels pour tester ce référencement, points concernant l’efficacité et la popularité de votre site internet. Jeudi, place à l’évaluation de sa notoriété, votre e-reputation, si régulièrement commentée dans la blogosphère depuis maintenant quelques mois…

Qu’est-ce qu’un site bien référencé ? Site e-commerce ou autre…
Un site bien référencé est :
  • Un site avec un trafic important
  • Un site avec un trafic ciblé
(Pour cet article, d’autres réponses objectives comme subjectives interviennent logiquement)
Selon la stratégie mise en place et l’efficacité de votre communication en ligne, vous ne devriez pas avoir de visiteurs qui arrivent sur votre site en ayant tapé dans Google « conseils peinture » si vous avez une boutique en ligne de chaussettes ! Quoique… Le trafic devra être en constante augmentation, régulière, et générer un taux de rebond faible et, nécessairement, un bon nombre de contacts quotidien…

Mais les référenceurs sont-ils responsables des contacts générés sur un site ? Probablement pas ! S’ils ont un impact indéniable, ils n’en sont pas uniquement responsables. Le graphisme, la conception du site, la communication… ont aussi leur rôle à jouer…
Mais une bonne stratégie de communication aura pris en compte tous ces problèmes !

Des statistiques fiables seront donc indispensables. Je conseillerai personnellement Google Analytics (probablement le meilleur rapport qualité/prix, gratuit !) mais d’autres pourront faire l’affaire ! 
Un bon logiciel de positionnements sera également important, pour s’assurer de la bonne évolution de ces positionnements sur les principaux moteurs de recherche. Des solutions payantes comme des solutions gratuites existent… Personnellement, je suis assez fan de Seo Soft mais chacun se fera son idée…
Je ne connais pas de solution gratuite performante pour « compter » les backlinks de votre site (liens créés vers votre site) mais un « link:urldusite » régulier sur yahoo.fr peut s’avérer suffisant. 
Même chose pour évaluer le nombre de pages de votre site indexées par Google : « site:urldusite » sur google.fr (ou .com ou .de…) …

C’est déjà pas mal ! 
D’autres outils selon vous pour évaluer le référencement (et uniquement le référencement) d’un site ?

Bonne journée (et à jeudi pour le dernier article de cette série mais pas le moins bon !) !
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher