29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 07:19

Bonjour !

 

169_king.jpg

 

 

 

(Les réflexions du vendredi…) La situation d’un roi vis-à-vis de sa cour…

 

 

 

 

Notoriété ou autorité ?

La notoriété, c’est lorsque vous êtes connu. L’autorité, c’est lorsque vos avis sont reconnus comme fiables et digne de confiance. L’un va certainement avec l’autre. L’influence, c’est lorsque l’on suit vos avis. 

L’idéal serait donc d’avoir beaucoup de personnes (connu) qui suivent vos avis (influent), qui les considèrent donc comme fiables (autoritaire au sens propre) ! 

(j’en profite pour faire le lien avec un billet de L. Bourrelly où il traitait de ces trois notions : « Popularité, notoriété et autorité sur le Web »)

 

Mais cela n’arrive pas souvent, n’est-ce pas ? Et, de toute façon, est-ce une situation enviable ? Si cela flatte forcément notre égo, le libre-arbitre et la liberté de conscience s’en trouve affectées. 

 

Le mieux ne serait-il pas d’avoir un avis partagé mais également (et surtout ?) critiqué (pas que négativement, bien sûr !) mais reconnu comme pertinent et non pas juste. 

 

Bien sûr, c’est en lien direct avec une bonne réputation ! La meilleure réputation, ce n’est pas celle de quelqu’un de dirigiste même si pertinent mais c’est quelqu’un d’efficace, pragmatique et de pertinent. 

L’autorité (dans sa version « suivez-moi, bande de moutons ! ») n’est pas vraiment à recommander… 

 

Non ? Qu’en pensez-vous ?

Quelle est l’autorité que vous recherchez au travers de votre blog ? (ou pas…)

 

Bonne journée ! 

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 06:32

Bonjour !

166_cartes.jpg

 

 

 

 

 

Avoir les bonnes cartes en main, c’est mettre toutes les chances de son côté !

 

 

 

 

 

 

Vous le savez, le sujet de la « rédaction web orientée SEO » me passionne ! Régulièrement, je découvre et teste de nouveaux sites permettant la publication gratuite de communiqués de presse. Vous pouviez lire il y a quelques temps un billet comparatif d’une sélection de sites de ce type sur ce même blog. 

L’expérience a été largement concluante et vous semblez avoir été particulièrement nombreux à avoir apprécié ce billet ! Merci pour cela !

Depuis, je publie régulièrement des billets sur le sujet, le dernier en date est plus spécialisé et moins « partagé » mais donne quelques conseils, je l’espère, utiles sur l’utilisation des chapeaux introductifs pour différentes types d’articles ou de communiqués de presse…

 

Un mot sur ces chapeaux que je n’avais pas précisé la dernière fois. Il est à mon avis très important d’avoir la possibilité de placer un chapeau introductif avec ses articles. Lorsqu’on en a la possibilité, cela sous-entend que l’article n’est pas visuellement complet à partir de la catégorie et qu’il faut cliquer pour avoir l’article entier. Si, niveau communication, il peut être bon d’avoir directement l’accès à tout l’article (quoique…), niveau référencement, il est nettement meilleur d’avoir des informations vous concernant sur deux pages différentes !

 

Aujourd’hui, je vous propose d’apporter un éclairage sur une sélection de nouveaux (ou récents) sites de communiqués de presse. Attention ! Ce ne sont que des remarques, des faits que j’ai collectés, il ne s’agit pas d’une véritable « étude » !

http://blog.waaaouh.com : Une base pour moi… Son efficacité n’est pas spectaculaire mais sa popularité fait le boulot ! 

  • Une interface Wordpress
  • Un bon Page Rank en page d’accueil (4)
  • Une validation sous 24h à 48h

En dehors de leur pub pour publiseo et le fait que ce soit un Wordpress, il est assez appréciable ! Je ne l’utilise pas pour publier rapidement mais pour avoir le maximum de résultats…

Avec en prime le logo qui change pour Halloween ! (A voir également des informations à lire en commentaire sur ce site...)

 

http://www.news-eco.com : un site simple et rapide à utiliser ! 

  • Grosse ancienneté (PR4)
  • Aucune validation (c’est assez rare pour être noté ! J’avais interviewé Cybercité sur l’utilisation de ce site il y a quelques temps : si leur politique est un peu « ancienne », il n’en est pas moins qu’elle suit une certaine logique…), l’article est directement publié, un avantage mais également un inconvénient…
  • Page Rank en page d’accueil de 4
  • Une interface un peu rudimentaire (ancien Wordpress selon mon collègue d’Inside Créations) ou vous aurez à coder vous-même les liens (<a href…)

Efficace et rapide dès lors qu’on sait l’utiliser, ce site est à conseiller !

 

http://www.communiques-presse-online.com : celui-ci a tout pour lui en ce moment ! 

  • Une interface claire
  • Page Rank en page d’accueil de 4
  • Une validation très rapide (entre 10 minutes et 6 heures)
  • Une inscription dans Google Actu
  • Des articles clairs, bien présentés et avec une photo d’une bonne taille

Le seul « inconvénient », c’est la gestion du « copier-coller » mais c’est accessoire, pas vrai ? 

 

http://www.articlesenligne.com

http://www.actu-master.com

http://www.mes-articles.com

Ces 3 sites-là sont assez proches. C’est pourquoi je les utilise sans limitation…

Pour chacun d’eux, vous devez : 

  • Mettre un chapeau introductif
  • Choisir une catégorie (plus ou moins détaillées selon le site)
  • Préciser quelques informations sur l’auteur de l’article (même si l’on doit garder une certaine discrétion vis-à-vis du client, il est toujours agréable de pouvoir « signer » d’une certaine façon ses articles, même si on n’en écrit une douzaine par semaine…)
  • Mettre en forme votre texte (avec liens)
  • Préciser les tags

Pas besoin, à mon avis, de demander plus d’informations. 

 

Les avantages d’utiliser ces sites : 

  • Un PR en page d’accueil de 2 ou 3 (cela changera, je pense, à la prochaine MAJ, qu’on attend depuis longtemps…) Pas très élevé mais c’est toujours ça…
  • Une interface claire et complète (quelques bugs sur le dernier mais rien de problématique)
  • Une validation rapide (moins de 24h)
  • Une inscription dans Google Actu (sauf pour http://www.articlesenligne.com)

L’Alexa Rank de ces sites est bon notamment pour http://www.articlesenligne.com (autour de 45 000, 140 000 pour http://www.actu-master.com et 190 000 pour http://www.mes-articles.com). J’utilise essentiellement ces sites pour du référencement ou pour publier de petits articles à mi-chemin entre le référencement et les articles d’actualités. 

 

Un petit dernier ?

http://www.referencementdupro.com

Ce site est bien fait, simple et clair. Il ne demande pas d’inscription, contrairement aux autres. Pas de Google Actu mais un PR de 3 et on peut y mettre des liens. Ce sera un site plutôt à utiliser de manière complémentaire mais permet de publier du contenu avec une grande facilité. 

 

Et bien sûr http://www.faistacom.com !

 

La plupart de ces sites ne s’intéressent pas à la problématique du Duplicate Content, ce qui est, à mon avis, un tort… Vous devrez donc créer des contenus uniques et savoir qu’un contenu dupliqué ne sert à rien en référencement et finalement très peu en communication (sur le web)...

Je ne suis pas un grand fan des plateformes Wordpress, même s’il faut indéniablement leur reconnaître une efficacité certaine d’un point de vue SEO !

 

Et puis toujours les classiques mais toujours efficaces (surtout en matière de visibilité !) : 

http://www.lesnewsdunet.com

http://www.mediaslibres.com

http://www.categorynet.com 

 

A signaler également le jeune mais prometteur http://www.linkjuice.fr !

 

Et vous, lesquels utilisez-vous ? Et de quelle façon ?

N’hésitez pas à partager vos avis ! (sans spam…)

 

Bonne journée ! 

Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 06:24

 

Bonjour !

168_order.jpg

 

 

 

 

Un blog doit-il être directif ?

 

 

 

 

J’en ai déjà parlé sur ce blog (L’importance d’une ligne éditoriale claire et nette) mais il me semble important de le préciser à nouveau…

 

2 types de visiteurs de blogs existent à mon avis : 

  • Les visiteurs occasionnels, qui cherchent une information précise et qui « papillonnent » pour trouver cette information
  • Les visiteurs réguliers qui apprécient le blog et ce dont il parle et reviennent pour en découvrir les nouveautés

Un visiteur peut évidemment se retrouver dans les 2 catégories…

 

Les attentes de ces internautes sont différentes. Les premiers se soucient (relativement) peu du blog sur lequel ils vont trouver l’information. Cette dernière est leur priorité, un peu comme quelqu’un qui cherche des ouvrages de science-fiction mais que l’auteur importe peu…

La deuxième catégorie est par principe nettement plus intéressante pour le blogueur, car celle-ci est « fidélisée ». Elle s’intéressera au contenu du blog et aura un avis forcément pertinent sur sa tenue… 

Pour autant, ce n’est jamais la seule qu’il faut « viser » !

 

Pour satisfaire ces internautes exigeants, il est nécessaire de suivre certaines règles… Bien sûr, une petite « faute » de temps en temps ne sera pas très dommageable, notamment si la tenue du blog est de qualité. Mais il faut bien penser à rester sur le chemin et à s’en éloigner le moins possible…

 

La ligne éditoriale est le principe principal à suivre pour cela. Il s’agit de :

  • Une thématique claire
  • Une façon d’écrire
  • Un « jeu » avec le lecteur
  • Une « présence » du rédacteur

 

A mon avis, il s’agit de la prévoir dès les premiers articles et de s’y tenir. Il est certain qu’elle évolue au cours du temps et de la « plume ». Ces changements, petit à petit et rarement « spectaculaires », sont automatiquement validés par les lecteurs (nombre et commentaires). Si elles ne le sont pas, le rédacteur veillera à en comprendre les raisons et la modifier en fonction. 

 

C’est pourquoi il est loin d’être simple à mon avis de tenir un blog et d’en respecter le contenu. On peut d’ailleurs ne pas se préoccuper des visiteurs de ce blog…

 

Pour mon blog, je veille à : 

  • Faire des articles directement liés au référencement et/ou au webmarketing
  • Faire des articles de réflexion comme des articles plus « concrets »
  • Faire régulièrement des interviews
  • Ne pas faire de pub même si le sujet concerne bien le référencement ou le webmarketing…

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

Ai-je une ligne trop stricte ?

 

Bonne journée ! 

 

Repost 0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 06:38

Bonjour !

 

167-sante.jpg

 

 

 

 

 

(Les réflexions du vendredi…)

 

 

 

 

 

 

 

Petit réflexion du vendredi sur cette question : j’aborde aujourd’hui un sujet un peu moins « abstrait » que d’autres vendredi… Vous serez d’accord avec moi, j’en suis sûr même si je considère qu’il est également important de partager ce genre de réflexion…

Quand je pense à un « portail spécialisé », je pense à ces portails finalement assez généralistes, même s’ils respectent une certaine thématique, qui mélangent les articles de fond, les actualités, les conseils, les démarches commerciales…

Par exemple, les portails de santé comme Doctissimo ou aujourdhui.com…

 

Ces portails-là (pas ces 2 précisément mais tous les portails de ce type) sont « fourre-tout » et ont des politiques parfois intéressées. Ils ont tendance à user et abuser de leur notoriété pour orienter les lecteurs sur un discours parfois partisan mais ils ont l’avantage de centraliser l’information et de « l’estampiller » de leur sceau... De fait, l’information est rarement erronée et souvent vérifiée et fiable (des informations contraires ?)…

 

Pour votre SEO et votre communication, quels avantages peuvent-ils vous apporter ?

Pour le SEO, il est indéniable qu’arriver à obtenir un lien de ces sites est d’une efficacité redoutable. Pour plusieurs raisons : 

  • Ils sont souvent de « gros sites » (beaucoup de pages indexées) et ont une meilleure popularité
  • Ils ont souvent une bon PR (pour la transmission de cette popularité(
  • Ils sont souvent très connus (bonne notoriété)
  • Ils sont souvent « linkés »
  • Ils sont souvent bien vus de Google

 

Pour votre communication, c’est un peu la même chose. Obtenir quelque chose de ces sites vous permettra de gagner en visibilité. Si ces sites possèdent la plupart du temps beaucoup de pages, cela pourrait faire penser que votre article sera noyé dans la masse. C’est un peu l’inconvénient en effet. Pour autant, le « linking » interne de ces sites est souvent bien fait et permet en quelque sorte de faire « ressortir » l’article, de le faire émerger… S’il est bien écrit… Vous gagnerez donc : 

  • En visibilité en profitant de celle du site
  • En crédibilité (si vous êtes publiés sur ces sites, c’est donc que vous le valez)
  • En trafic : ces sites drainent beaucoup d’internautes, les potentialités seront donc importantes…

 

Vous aurez remarqué que je pense plutôt à des liens type « footer » pour le SEO et des « articles » pour la communication…Bien entendu, l’un comme l’autre sert au référencement ou à la communication mais un article est souvent plus efficace pour de la communication car il parle de vous, contrairement à un « simple » lien…

 

Ces sites sont donc particulièrement utiles et efficaces mais il est certain qu’obtenir quelque chose de ces sites et souvent très compliqué et « si on n’a pas ses entrées »…

Pour autant, ce n’est pas la panacée ! Les actions de communication et référencement doivent être vues de manière globale et d’autres outils doivent être utilisés, comme je le dis régulièrement sur ce blog…

 

Vous pensez à d’autres avantages de ces sites ?

Qu’en pensez-vous ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 06:53

Bonjour !

165_foule.jpg

 

 

 

Non, je ne vais pas parler des manifestations…

 

 

 

 

(J’avais pensé faire le point sur les sites de communiqués de presse mais je vais me laisser un peu de temps et publierai un billet probablement la semaine prochaine…)

 

Mon utilisation de ces réseaux a changé ! Jusque-là rien de nouveau… Surtout du fait de mon expérience différente de ces réseaux… L’idée de ce billet n’est pas de m’afficher personnellement mais de montrer que l’utilisation pertinente des réseaux sociaux change selon son expérience et ses objectifs…

 

Cela fait maintenant un petit moment que je « traine » mon expérience sur les réseaux sociaux (et blogs bien évidemment, pour moi, ça va avec !) ! Je vous propose donc de faire le point

 

Mon utilisation passée des réseaux

Lorsque j’ai lancé CWM Consulting, j’ai ouvert des comptes sur : 

  • Viadeo
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Netlog
  • Xing

J’utilisais plutôt Viadeo et Twitter et, dans un second temps, Facebook et Linkedin. Je me suis vite rendu compte que les autres étaient moins importants… Viadeo m’a, je pense, permis de me faire connaître selon une cible précise, les web-entrepreneurs. Twitter a eu un peu le même effet avec les « spécialistes du web ». Ces deux catégories peuvent se recouvrer mais relativement rarement…

Dès le début, j’ai considéré que Facebook ne convenait pas à mon utilisation (attention, c’est l’outil qui doit s’adapter à l’utilisateur, pas l’inverse !). Linkedin était la « dernière roue du carosse et Twitter faisait office de « cerise sur le gâteau »…

 

Mon utilisation actuelle des réseaux

Si on regarde de manière globale et un peu lointaine, elle n’a pas changé. 

  • Twitter et Viadeo sont toujours les principaux réseaux que j’utilise
  • Facebook et Linkedin sont toujours « secondaires »
  • Les « autres » sont toujours loin derrière (excepté le « jeune » Capseo, réseau spécialisé dans le SEO ; qui prouve déjà une belle maturité…)

Pourtant, la comparaison s’arrête là…

 

J’utilise maintenant plus Twitter que Viadeo, plus Linkedin que Facebook… Non pas que ma cible ait changé mais je la retrouve (un peu) plus sur Twitter. Mes activités ont (un peu aussi mais plus !) changé notamment depuis que j’ai « intégré » l’agence web Inside créations. Je me suis nettement plus orienté vers le conseil et le blogging en parallèle d’une activité de référenceur/webmarketeur dans cette agence. 

 

Sur Twitter, j’ai fait « mon trou » (mais on peut toujours creuser plus bas !). Quelques personnes me connaissent je pense… J’utilise plus l’aspect « veille » de Twitter que l’aspect « diffusion d’information » mais c’est une question de degrés…

Sur Viadeo, je me fonds dans la masse (non ?). J’essaye de participer à certains hubs, de conseiller le plus possible, notamment dans les questions de la partie « experts »… Mais Viadeo est un peu victime de son succès et est plus devenue une plateforme de recherche de recrutement qu’un réseau social. Pour moi qui n’y cherche pas de travail…

J’ai été confirmé dans mon idée initiale sur Facebook. Comme j’en ai déjà parlé sur ce blog, facebook n’est pas un outil parfaitement utilisable pour des pros… Trop de pratiques de masse et peu de ciblage, je le crains…

Linkedin a un peu tendance à faire double emploi avec Viadeo lorsque l’on a une bonne utilisation de Viadeo. Pour autant, je m’en sers de plus, essentiellement pour échanger sur les groupes et trouver des partenaires intéressants…

 

A chaque problème une solution ! 

Tout ça pour vous dire qu’en fonction du temps passé sur les réseaux, de ses objectifs, de son expérience, les utilisations sont diverses et un réseau peut mieux être adapté qu’un autre…

Quelques exemples : 

  • Linkedin est nettement plus orienté international et on y trouve plus de gens alors que Viadeo s’intéresse essentiellement au « petit » monde francophone (je parle du réseau, pas de l’entreprise…)
  • Twitter est un peu (voire beaucoup) hermétique au début mais très simple d’accès par la suite ! Donc plutôt réservé au début à des « connaisseurs »…
  • Facebook est un outil difficile à cibler…

 

En vous, quelle est votre utilisation des réseaux sociaux ? Toujours la même depuis le début ou pas ? Et les réseaux que vous utilisez ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 13:31

Bonjour !


164_reveil.jpg

 

 

 

 

 

9h08 ! Ciel, je vais être en retard !

 

 

 

 

 

 

 

Nous en avons déjà parlé sur ce blog, le buzz est à la mode… Le buzz, c’est une éclaboussure, un pic, un haut le cœur… Bref, une manifestation marketing brève et éphémère visant à se faire connaître d’une manière ou d’une autre, le temps d’un évènement ou d’une situation précise…

Faire du buzz, ce n’est pas faire de la communication ou du marketing de longue durée… C’est se montrer, être « brillant », se montrer en « relief »… Le buzz peut être une bonne chose mais aucun « communicant » travaillant sur le long terme (notamment en référencement naturel) ne le conseillera de manière prioritaire… Un peu comme adwords ! 

Pour autant, cela reste une manière complémentaire de se faire connaître ou de se rappeler à la bonne mémoire de tout internaute… En complément d’un travail de longue durée (communication et référencement), un bon buzz est très utile... Mais compliqué à mettre en place : 

  • On a besoin de budgets importants sur peu de temps
  • On a besoin de moyens importants sur peu de temps
  • On a besoin d’effectifs (en interne ou trouver une agence en externe) importants sur peu de temps
  • Le buzz est difficile à maîtriser (attention au bad buzz s’il n’a pas été bien pensé !)
  • Le buzz n’est efficace que pendant un temps…

 

Avec l’avènement des réseaux sociaux, les buzz se sont multipliés. Si bien que le mot même recouvre petit à petit un sens différent. Il devient maintenant « toute action de communication visant à être vu de manière éphémère mais importante » ; un terme donc plus généraliste et moins ciblé. 

Eh oui, les buzz sont nettement plus nombreux ! Comme la pub TV, il est difficile d’être remarqué maintenant grâce à un buzz. A moins qu’il ne soit particulièrement efficace et visible… Il devient alors une opération de communication de plus en plus banale pour laquelle il faut redoubler d’ingéniosité !

 

La frontière avec les opérations sur le long terme est d’ailleurs de plus en plus floue. Une des armes principales de buzz est actuellement la vidéo. Aujourd’hui, pour des vidéos professionnelles, un buzz (exit les fameux lipdubs…) est difficile à obtenir, c’est pourquoi on leur associe un certain nombre d’outils comme les réseaux sociaux, des mailings…

La tendance va également vers des « vidéos-feuilleton » : chacune d’entre elles est capable d’avoir un certain effet mais les agences de marketing se basent essentiellement sur le nombre de ces feuilletons et sur l’attente qu’ils espèrent générer. Cela marche… ou pas !

Un exemple concret : les courtes vidéos « Vid’agence ». C2b a d’ailleurs a été invité à en parler ici-même… 

 

Trop du buzz tue le buzz ? 

Un peu forcément… Mais, à mon sens, le concept initial existe toujours, il s’est simplement déplacé ! Non, ce qui me chiffonne plus, c’est la baisse de qualité de réflexion marketing. Avec ces « feuilletons », on vise la répétition (et son comique dans certains cas), on s’intéresse alors moins à la qualité qu’à la quantité !

 

Il ne faut pas se tromper de sujet. Un buzz de qualité qui arrive à faire découvrir une entreprise et ses produits est très rare ! La plupart du temps, on y arrive sans forcément l’avoir voulu (je parle des « petites entreprises sur le web », pas des « grosses » qui peuvent payer une agence juste pour trouver une idée) ! Mais dans tous les cas, le buzz fonctionne sur un discours de qualité ! 

 

Les vidéos (= images animées) sont un bon moyen de faire de la communication, pas du buzz… Les vidéos permettent de : 

  • Changer le canal de communication (du texte « habituel »)
  • Donner plus de « peps » et de couleurs à cette communication
  • Ajouter de l’humour à une présentation d’entreprise…

 

Bien sûr, on veillera à les diffuser le plus possible ! 

  • Dalymotion et/ou Youtube (avec un lien vers le site… dans la description et de bons tags…)
  • Sur des blogs thématiques
  • Sur Facebook (les internautes raffolent de ça)
  • Mais également sur Twitter, Viadéo, Likedin…
  • Eventuellement en affiliation ou en achat d’espaces commerciaux

 

Une bonne vidéo prend du temps à être correctement réalisée. Pour rentabiliser ce temps de réalisation, il faut donc en prendre (du temps) pour la diffuser. L’opération s’avère alors coûteuse mais potentiellement efficace !

 

Et vous, comment faites-vous du buzz ?

Et les vidéos, comment les utilisez-vous ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 20:34

Bonjour !

163_innovation.jpg

 

 

 

 

 

Les réflexions du vendredi… Eureka, j’ai trouvé !

 

 

 

 

 

 

 

Je me demande toujours : sous prétexte d’un processus de fidélisation régulier et souvent efficace, doit-on négliger la qualité pour absolument « sortir quelque chose ». Je m’explique (et ce n’est qu’un exemple) : dans le cas où l’on réalise régulièrement un acte de communication (je précise bien que je ne parle pas de marketing, il n’y a pas de volonté particulière de vendre quelque chose) comme une vidéo promotionnelle qui permet de « faire parler de soi », doit-on :

  • Absolument « rendre quelque chose » à dates fixes ?
  • Etre délibérément « souple » avec ces contraintes ?

 

Le problème, vous l’aurez compris, est de proposer de la qualité tous les jours au même prix, voire de moins en moins cher… Et la « régularité » est un élément essentiel de la fidélisation ! 

 

La génération de contenus pour la génération de contenus n’intéresse personne. Si la qualité n’est pas au rendez-vous, les internautes fuiront… Beaucoup trop d’idées sont médiocres… Sans devoir trouver à chaque fois l’idée parfaite, il est important d’exiger un certain niveau de qualité !

La base de ce travail de communication est à mon avis l’innovation. Innover, chercher de bonnes idées, pour éveiller toujours ses « fidèles » et les intéresser. Car, comme dit l’adage : « si vous n’intéressez pas ou plus, les gens iront voir ailleurs » ! J’irais même plus loin, non seulement ils iront voir ailleurs mais ils auront raison ! 

Etre constamment en alerte est donc essentiel en communication (en marketing également). Mais c’est loin d’être simple, assurément !

Comment donc trouver des idées nouvelles, pertinentes et intéressantes et régulièrement ?

 

Quelques idées en passant (que j’applique moi-même ou que j’espère pouvoir appliquer un jour…) : 

  • Consultez l’actualité (web ou non)
  • Visitez les blogs des mêmes domaines d’activités (concurrents également)
  • Soyez en alerte sur les réseaux sociaux (les conversations 2.0 fourmillent souvent d’idées), Twitter, Facebook…
  • Observer les sites web de vos concurrents

Bref, passez du temps à observer les autres ! La veille est essentielle pour s’informer de l’actualité mais également pour faire de la prospection (pas de clients mais d’idées) !

 

Pour trouver de nouvelles idées ou des exemples, ces quelques conseils seront utiles, j’espère… Attention, il ne s’agit pas de plagier les autres mais simplement d’alimenter votre réflexion ! 

N’hésitez pas à m’en donner quelques-unes également !

 

Bonne journée ! 

Repost 0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 06:51

Bonjour !


162 chapeau-copie-1

 

 

 

Pour une fois qu’on ne parle pas de black hat quand on montre un chapeau noir…

 

 

 

 

Je vous propose aujourd’hui un article, je l’espère le plus précis possible,  sur la réalisation technique d’une partie de tous vos articles et communiqués de presse. 

 

Bien souvent, les sites de publication demandent un paragraphe, extraits du texte ou non, introductif ou « chapeau introductif ». Ce paragraphe est destiné à être diffusé sur la page d’accueil dans un premier temps et dans les catégories ensuite. Un lien sera fait à la suite de ce paragraphe ou sur le titre vers l’article complet…

Ce paragraphe est trop souvent escamoté et peu pris au sérieux. Il joue pourtant un rôle essentiel…

 

Aussi bien en termes de marketing que de communication, il joue un vrai rôle. La plupart du temps, ce qui est demandé est un résumé du contenu de l’article. C’est la « version simple » et « basique ». Dans le cas d’un résumé, il sera essentiel de donner la thématique principale de l’article, on champ d’action et éventuellement un argument de l’article permettant d’attirer le lecteur. 

Dans cette optique, le chapeau n’aura pas plus d’intérêts que l’article lui-même puisqu’il reprendra les mêmes lignes directrices. La plupart du temps, un chapeau de 3 à 5 lignes suffit. La question qui se pose alors, c’est peut-on utiliser un paragraphe du texte déjà créé ?

Je ne le conseille pas parce que l’exercice du résumé est un exercice en tant que tel, autonome et ayant ses propres qualités. Il est donc préférable de se prêter à ce « jeu » pour atteindre plus de réussite (et de « clics »). Le résumé veillera bien à englober le propos complet de l’article. Il ne sera pas une conclusion (sinon, pourquoi aller plus loin ?) mais reprendra les éléments essentiels de l’article (temps, lieux, action). 

Si vous utilisez un paragraphe de votre article, il pourra lancer la lecture mais il faudra l’interrompre pour cliquer sur le lien de l’article complet et le lecteur devra choisir alors s’il clique ou non. Et à partir du moment où il choisit et réfléchit, les taux de conversion sont nettement moins bons… C’est pourquoi, je conseille de rédiger, même si cela prend 5 minutes supplémentaires, un paragraphe autonome (qui, d’ailleurs, pourra être repris sur d’autres sites…). 

 

Pour autant, ce n’est pas mon habitude, du moins pas tout à fait. Une autre « technique » consiste à créer un texte (de la même longueur) autonome dont le contenu ne rappelle pas directement votre article. Cela permet de rédiger un texte plus orienté « marketing » et moins littéraire. Celui-ci aura d’ailleurs forcément un impact en référencement

Un texte de ce type se voudra une « porte d’entrée » différente d’un résumé car il s’agira de parler d’autre chose que du contenu de l’article. Attention, je ne dis pas attirer les internautes par un contenu qui n’a rien à voir, les visites ne seraient alors pas ciblées…

Mais, par exemple, il peut s’agir de préciser un aspect de l’article à publier, de donner un exemple, d’utiliser un autre langage…

Finalement, l’intérêt principal est d’enrichir l’univers de référence de l’article en utilisant ce paragraphe comme du texte supplémentaire et donc de ne pas (trop) limiter le contenu de l’article. Mais également de proposer un contenu nouveau et complémentaire au titre. 2 portes d’entrée valent toujours mieux qu’une ! Ce paragraphe permet alors d’attirer autrement les internautes et (surtout) d’autres !

Dans le prolongement de cette réflexion, cette façon de procédé a également un avantage en matière de référencement. Un paragraphe supplémentaire (souvent repris d’ailleurs avec l’article lui-même) est toujours une source de requêtes (et donc de trafic) complémentaire, surtout si ce contenu est un peu différent de celui de l’article. Dans le cas d’un résumé, on peut user et abuser des synonymes. Dans ce cas, le contenu sera thématiquement un peu différent, on n’y fera donc pas appel…

 

Je viens de vous détailler 2 méthodes différentes. Pour les expliquer, j’ai eu tendance à extrémiser le propos. La méthode que j’emploi régulièrement est un mélange des deux, même si elle est largement plus orientée sur la méthode « 2 » dont je viens de parler, plus « marketing »…

 

Et vous, quelle est votre méthode ? Vous les utilisez, ces « chapeaux introductifs » ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 20:39

Bonjour !

 161_cible.jpg

 

 

 

« Le trafic pour le trafic apporte rarement les satisfactions attendues… »

 

 

 

 

Je me dis depuis longtemps qu’il faut que je fasse un article sur le sujet… Une idée trop souvent fausse circule sur Internet et dans l’esprit de beaucoup de personnes… Le trafic ne fait pas le bonheur… sur le web (pas plus que l’argent… NDLR) !

 

Sur cette affirmation un peu péremptoire et rapide, je m’explique…

  • Un site web peut-être de différents types : 
  • Un blog
  • Un site e-commerce
  • Un site d’actualités
  • Un site vitrine…

 

Pour chaque type de site, le trafic idéal (comme tout ce qui est idéal, cela n’existe pas dans la réalité mais l’idée est de s’en approcher le plus possible !), est différent. Pour chacun des types d’ailleurs, trop de trafic trop vite peut être fatal… Mais pas assez l’est évidemment aussi…

 

A mon avis, ce qu’il faut viser, ce sont les conversions, pas le trafic, excepté pour le cas d’un site monétisé du type actualités. Seules les conversions sont intéressantes pour un e-commerçant (au sens large). Mais sur une problématique de trafic, comment les travailler ?

Obtenir un trafic qualitatif est une première étape essentielle ! Si vous obtenez un contact sur 1000 visites, donc un taux de conversion de 0.1%, bof, bof, non ? Par contre, 5 contacts sur 100 visites, soit un taux de conversion de 5%, ça c’est mieux, non ?

Vous en conviendrez forcément !

 

Alors, essayons de faire un peu de prospective, quelles sont les solutions pour obtenir un trafic de qualité ?

  • Un bon référencement naturel : optimisation du code, des textes et métas rime souvent avec trafic de qualité… Vouloir être, à tous prix, premier sur une requête très concurrentielle est souvent une erreur, il est nettement préférable de fournir à Google de bons textes dans lesquels ce dernier puisera de nombreuses requêtes et ce qui alimentera la longue traîne du site…
  • Le référencement payant (type Adwords) : selon la qualité de la campagne, le temps passé et l’argent investi, l’achat de mots-clés peut être une bonne solution pour attirer du monde sur son site. Mais les annonces doivent être bien pensées, les mots-clés stratégiquement et intelligemment choisis en fonction d’une thématique précise. Et rien ne m’enlèvera l’idée que l’internaute qui est venu avec « l’idée du lien commercial monétisé » se construira petit à petit une « idée monétisée » du site ; l’effet risque donc d’être moyen et la réputation du site sera impactée…
  • Les communiqués de presse et autres articles de référencement : de la même façon, selon leur qualité de rédaction, leur optimisation et les sites sur lesquels ils ont été déposés (si le site est répertorié par Google Actualités par exemple), l’impact sera différent. Il est certain qu’il contribuera à un bon référencement naturel et clairement ciblé mais ils devront être utilisés en complément d’autres méthodes…
  • Le net-linking : en prolongement d’un bon référencement naturel, le net-linking (que j’ai tendance à séparer) pourra, par l’obtention de lien de qualités directement optimisés et dont l’ancre sera ciblée, apporter une aide précieuse. 
  • La communication hors référencement : c’est probablement la plus importe source potentielle de trafic qualifié. Cela ne veut pas dire qu’il faut n’importe quoi. Quand on va trop vite, c’est souvent à ce moment que l’on fait des erreurs… Toute action de communication est bonne à prendre. Dans l’optique d’un bon trafic qualifié, la e-reputation est une aide précieuse. « Ceux dont on se souvient, sont ceux vers lesquels on va… » devrait être corrigé par « ceux dont on se souvient positivement, sont ceux vers lesquels on va… » ! C’est bien le cas la plupart du temps…

 

Pas facile de préciser clairement sa cible et de trouver les moyens de l’atteindre. Utiliser le référencement pour trouver les bons prospects est souvent la solution la plus simple et la plus rentable. Mais sur les réseaux sociaux, on peut générer un trafic ultra-ciblé. Pour cela, il faut aller chercher soi-même les personnes et engager la conversation 2.0…

 

Qu’en pensez-vous ? D’autres sources de trafic non négligeables ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 20:29

Bonjour !

160 explorator

 

 

 

 

 

Les réflexions du vendredi…

 

 

 

 

 

 

 

Toujours en complément de mes dernières réflexions sur les rôles de community manager et de blogueur, je pose aujourd’hui la question de l’impact de la « position » du blogueur…

Le blogueur, s’il est facilement corruptible (lorsque l’on goûte au pouvoir de l’influence, difficile de s’en échapper…), est, par définition, libre… C’est d’ailleurs pourquoi il attire tant de polémique sur lui ; les gens « libres » sont difficile à contrôler, et quand on ne contrôle pas, la diffamation n’est jamais bien loin…

Le community manager, lui, on l’a vu, n’a pas cette liberté puisqu’il est rattaché directement à un client, d’une façon ou d’une autre…

 

Pour autant, les problématiques du « porte-parole » et de l’ « explorateur » me semblent particulièrement intéressantes…

Un porte-parole doit avoir la capacité de représenter un groupe, sans forcément d’ailleurs que lui-même soit d’accord avec ce qu’il dit… Le blogueur n’est pas par principe un bon porte-parole, à moins de revêtir un statut particulier… Du moins, ce n’est pas associé à son « statut ». Il prêche pour lui-même et n’a « ni dieu ni maître » !!!

Un CM parle, communique pour un groupe, une entreprise. Il ne croit d’ailleurs pas forcément lui-même en son discours (même si c’est évidemment plus difficile de travailler toute la journée pour quelque chose auquel on ne croit pas…), comme le blogueur… Il n’a pas vraiment de rôle de « réprésentant » mais l’est par défaut pour tous ceux avec qui il est en contact sur les réseaux sociaux ou ailleurs… Tout dépend également de son « contrat » et de ses « attributions »…

 

L’explorateur découvre, innove et initie. Dans ce rôle-là, le blogueur est nettement plus à l’aise… C’est, pour lui, une habitude d’explorer de nouveaux produits ou activités et d’en parler ensuite de faire part de ses expériences, de lancer de nouveaux contacts. Le community manager est également à l’origine de nouveaux contacts et de défrichage de nouveaux espaces marketing mais ceux-ci ne lui profitent pas personnellement, comme c’est le cas pour le blogueurs. Il y a là une différence essentielle. Le blogueur travaille pour lui-même alors que le community manager le fait pour un autre…

Le blogueur découvre donc pour lui-même alors que le community manager le fait pour d’autres. Ma conclusion est donc bien que le blogueur parle pour lui-même alors que le community manager développe un discours (éventuellement commun) pour d’autres…

 

Cette différence me semble particulièrement importante à comprendre pour la nature de deux métiers différents… 

 

Qu’en pensez-vous ?

Une réflexion qui vous semble intéressante ?

 

Bonne journée ! 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher