26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 09:22

 

Bonjour ! 


1er billet depuis que j’ai pris un coup de vieux ! 

101 champs

 

 

 

 

Définir les limites de sa stratégie de communication peut s’avérer compliqué sur les réseaux sociaux…

 

 

 

 

 

 

Vous le savez, je passe du temps sur Twitter et lorsqu’on y passe du temps, on se rend vite compte que la limite « relations privées » / « relations publiques » est parfois instable. 

Depuis quelques années, le marketing a changé, ce n’est pas un scoop. Internet a modifié les comportements. De nouveaux espaces de communication se sont créés. Il y a quelques années, les échanges publicitaires se faisaient selon diverses méthodes (presse, radio, tv…) qui favorisaient largement la dimension unilatérale de l’échange commercial. L’avènement des réseaux sociaux sur Internet et le développement de tous ces moyens de communication (msn par exemple, forums, blogs…) a changé beaucoup de choses… Aujourd’hui, il est essentiel de construire une relation bilatérale B2C…


Cette nouvelle situation a un impact primordial. En développant ces nouvelles situations, le commerce s’est ouvert un peu plus à la communication. On peut échanger publiquement des informations et on sait à quel point le débat sur la vie privée est vif, à ce jour. Par exemple, un forum est un espace public sur lequel on peut échanger, converser et sur lesquelles les entreprises peuvent communiquer, diffuser un point de vue, appliquer leur stratégie de communication


Alors pour une jeune entreprise qui se lance sur ces nouveaux espaces, comment envisager cette nouvelle communication et comment en gérer les limites ?

Un exemple : je viens de voir sur Twitter la voix d’une entreprise reprochant quelque chose à une autre. En clair, elle dénonçait publiquement une action de communication d’une entreprise peut-être concurrente, par un simple tweet. Pour cela, elle utilise le « @ » et non le « D » qui revêtent alors une importance particulière. Discours public ou privé ?

A l’heure où le spectre de l’e-reputation rode sur le web 2.0, il est difficile de préciser la limite. Pourtant, il est essentiel de veiller à ce que l’on dit…

« @ » : constitue, sur Twitter, lorsqu’un le place juste avant le nom du compte de quelqu’un (par exemple, @cwmconsulting), une sorte d’apostrophe publique. Le cas le plus clair est celui de ReTweet sous la forme de « RT @... … ». Vous envoyez donc un tweet classique adressé à quelqu’un. 

« D » : s’utilise pour envoyer un message privé. Ce message ne s’affiche donc pas dans la timeline classique mais dans les messages envoyés. Uniquement la personne concernée reçoit le message, une sorte d’e-mail…


Le choix de l’un ou de l’autre constitue en soi une stratégie autonome. Comme dans une conversation orale, cela peut paraître désagréable et déplacé de s’adresser en particulier à une personne au milieu de plusieurs. Et comme dans un échange classique, les règles conversationnelles s'appliquent. Il est donc préférable de s’adresser en privé dans ce cas. Mais la personne ne vous suit pas forcément ou inversement…


Dans le cas par exemple d’un échange polémique, la question prend tout son sens… Alors mieux vaut-il ne pas avoir le clic trop facile ! 


Et vous, qu’en pensez-vous ? Des anecdotes à nous raconter à ce sujet ?


Bonne journée !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc JESTIN Networkers in the City 26/04/2010 14:58


Bonjour,
En effet, il existe de nombreuses questions entre les différentes techniques, sans compter les "gênes" du fait qu'on ne sait jamais si le compte nous suit ou pas (condition pour pouvoir lui envoyer
un DM / Direct Message).
Vous précisez très bien la différence entre "correspondance privée" et "affichage public".
Votre réflexion est intéressante.
À noter qu'on ne peut pas faire tout et n'importe quoi en "affichage public" et que l'on risque de voir passer de nombreux faits divers fâcheux.
Autre conséquence (indirecte) des messages 'pseudos privés' : Il s'affichent dans votre timeline et peuvent irriter ou perturber vos followers.
Au plaisir,
Marc


CWM 28/04/2010 11:23



Merci !



marjev 26/04/2010 12:02


Réfléchir avant de parler... comme dans la vraie vie. C'est si facile d'écrire 140 caractères et de cliquer ! Mais ça peut être si dangereux, et "blessant".

Mais bon, la plupart des twittos qui démontent une marque sur Twitter ont bien l'intention de le faire. Y a des gens pas sympas partout. J'en fais partie d'ailleurs, puisque récemment j'ai dit
publiquement que telle marque ne répondait pas à mes messages privés... mais je me suis excusée ensuite ! Parce que la marque a fini par me répondre gentiment. ^^


CWM 26/04/2010 12:10



Comme quoi, seule la pression d'un coup de griffe dans l'e-reputation fait-elle bouger les choses ? Et oblige à répondre ?


Les twittos dont vous parlez sont expérimentés. Quid de celui que se lance ?


Merci. 



Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher