10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 06:52

Bonjour !

 

149_rope.jpg

 

 

 

(Quelle marge lui laisser…)

 

 

 

 

On en parle un peu partout en ce moment, le métier de « community manager » est à la mode. Surtout chez les stagiaires… Son statut, s’il est plus un communicant qu’un marketeur, doit être minutieusement élaboré…

Car, comme je le dis régulièrement sur ce blog, il est essentiel d’accorder une marge de manœuvre à son community manager ! Celui-ci est constamment en rapport avec la clientèle (web) de l'’entreprise, aussi bien qu’il l’est avec les membres de l’entreprise. A cause de ce métier de contact et en plus de son travail, il cherche naturellement à contenter tout le monde. 

Il ne s’agit pas (seulement) de lui donner la possibilité d’offrir des échantillons ou des cadeaux mais d’une marge de manœuvre dans son discours. 

Le community manager doit, à mon avis, être exécutant d’une mission décidée par l’entreprise mais il doit également avoir une dimension proactive et son avis (sans être directif) doit pouvoir être entendu de tous et pris en considération ! Entre un cadre et un employé « classique », quoi !

 

Cela repose la question du community manager en interne ou en externe… En externe (un indépendant par exemple), il aura nettement plus de possibilités, de libertés. C’est un avantage… mais aussi un inconvénient ! Parce qu’il faut savoir poser des limites… A l’inverse, en interne, il connaît mieux l’entreprise mais est souvent un peu « trop » limité et manque de recul… Là-encore, cela dépend des limites fixées

 

Alors comment les définir ? Et quels conseils donner ?

Cela dépend des projets et des méthodes de fonctionnement de l’entreprise. Il est, à mon avis, certain que le community manager lui-même devra être associé à cette réflexion ! Parce qu’il est expert de son métier…

  • Envisager le projet dans sa globalité
  • Estimer tous les temps d’actions et les différentes tâches
  • Définir clairement son champ d’action
  • Le tenir au courant de tout en précisant s’il peut ou non dévoiler telle information
  • Ne pas lui en demander trop ni le sous-estimer
  • Ne pas le prendre pour un vendeur
  • Faciliter la circulation d’information dans l’entreprise
  • Organiser des réunions régulières avec les chargés de communication et de marketing
  • Développer les ressources internes de communication

 

Quelques conseils, qui, je l’espère, se révèleront utiles. La « liberté » du community manager dépend forcément de ses conditions de travail, de son accès à l’information… S’il connait son métier, il ne peut pas faire celui des autres…

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Si des entrepreneurs ayant recruté un community manager ou s’apprêtant à le faire veulent nous donner leur avis (en commentaire de ce billet ou au cours d’un billet dédié), je trouverai cela particulièrement intéressant pour (tenter de) répondre à la question : quelle liberté laissez-vous (ou comptez-vous laisser) à votre community manager ?

A l’inverse, si des community managers veulent répondre à la question « quelle liberté vous-laisse-t-on ? », ils sont également les bienvenus !

 

Bonne journée ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yvain 10/09/2010 09:26



Convaincre l'entreprise qu'il est utile dans la réflexion sur la stratégie, il peut être embauché juste en tant qu'opérationnel (un peu modérateur 2.0) sans aucune liberté de réflexion.



CWM 10/09/2010 10:35



Oui, je vois... Merci !



yvain 10/09/2010 09:08



C'est un sujet que je voulais traiter justement :)


Le community manager doit il se limiter à l'animation d'une communauté ou doit il participer activement à la réflexion sur la stratégie à établir sur les réseaux sociaux.


Pour ma part, la réponse est claire, il est "sensé" être la personne ayant le plus d'expertise dans ce type de média et donc logiquement doit participer à la création de cette stratégie si ce
n'est en effectuer la majeur partie du travail (en incluant bien entendu des autres services pour déterminer les objectifs et l'axe choisi).


Mais avant même de proposer une stratégie sur ce type de média, le community manager doit déjà convaincre de l'intérêt des médias sociaux et cela peut lui prendre énormément de temps (et
d'énergie), une entreprise pouvant percevoir la mise en place de ce type de stratégie comme "risqué" (on va parler de nous?? et pas seulement en disant qu'on est beau et gentil ? )


Bref,


Je pense qu'il s'agit d'un grand débat :)


Faut il laisser le community manager réflechir ou ne lui laisser que le rôle opérationnel?


Pour ma part, je vois mal comment un CM pourrait effectuer correctement son travail si il ne participe pas activement à la reflexion globale sur les réseaux sociaux.


Yvain



CWM 10/09/2010 09:16



Merci de votre avis... que je cautionne évidemment !


En revanche, "convaincre" l'entreprise qu'il est utile ne sera pas forcément son objectif puisque, s'il a été embauché, c'est qu'il y a une raison... Mais il est certain qu'il devra faire
comprendre tous les enjeux...



Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher