13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 06:51

Bonjour !


162 chapeau-copie-1

 

 

 

Pour une fois qu’on ne parle pas de black hat quand on montre un chapeau noir…

 

 

 

 

Je vous propose aujourd’hui un article, je l’espère le plus précis possible,  sur la réalisation technique d’une partie de tous vos articles et communiqués de presse. 

 

Bien souvent, les sites de publication demandent un paragraphe, extraits du texte ou non, introductif ou « chapeau introductif ». Ce paragraphe est destiné à être diffusé sur la page d’accueil dans un premier temps et dans les catégories ensuite. Un lien sera fait à la suite de ce paragraphe ou sur le titre vers l’article complet…

Ce paragraphe est trop souvent escamoté et peu pris au sérieux. Il joue pourtant un rôle essentiel…

 

Aussi bien en termes de marketing que de communication, il joue un vrai rôle. La plupart du temps, ce qui est demandé est un résumé du contenu de l’article. C’est la « version simple » et « basique ». Dans le cas d’un résumé, il sera essentiel de donner la thématique principale de l’article, on champ d’action et éventuellement un argument de l’article permettant d’attirer le lecteur. 

Dans cette optique, le chapeau n’aura pas plus d’intérêts que l’article lui-même puisqu’il reprendra les mêmes lignes directrices. La plupart du temps, un chapeau de 3 à 5 lignes suffit. La question qui se pose alors, c’est peut-on utiliser un paragraphe du texte déjà créé ?

Je ne le conseille pas parce que l’exercice du résumé est un exercice en tant que tel, autonome et ayant ses propres qualités. Il est donc préférable de se prêter à ce « jeu » pour atteindre plus de réussite (et de « clics »). Le résumé veillera bien à englober le propos complet de l’article. Il ne sera pas une conclusion (sinon, pourquoi aller plus loin ?) mais reprendra les éléments essentiels de l’article (temps, lieux, action). 

Si vous utilisez un paragraphe de votre article, il pourra lancer la lecture mais il faudra l’interrompre pour cliquer sur le lien de l’article complet et le lecteur devra choisir alors s’il clique ou non. Et à partir du moment où il choisit et réfléchit, les taux de conversion sont nettement moins bons… C’est pourquoi, je conseille de rédiger, même si cela prend 5 minutes supplémentaires, un paragraphe autonome (qui, d’ailleurs, pourra être repris sur d’autres sites…). 

 

Pour autant, ce n’est pas mon habitude, du moins pas tout à fait. Une autre « technique » consiste à créer un texte (de la même longueur) autonome dont le contenu ne rappelle pas directement votre article. Cela permet de rédiger un texte plus orienté « marketing » et moins littéraire. Celui-ci aura d’ailleurs forcément un impact en référencement

Un texte de ce type se voudra une « porte d’entrée » différente d’un résumé car il s’agira de parler d’autre chose que du contenu de l’article. Attention, je ne dis pas attirer les internautes par un contenu qui n’a rien à voir, les visites ne seraient alors pas ciblées…

Mais, par exemple, il peut s’agir de préciser un aspect de l’article à publier, de donner un exemple, d’utiliser un autre langage…

Finalement, l’intérêt principal est d’enrichir l’univers de référence de l’article en utilisant ce paragraphe comme du texte supplémentaire et donc de ne pas (trop) limiter le contenu de l’article. Mais également de proposer un contenu nouveau et complémentaire au titre. 2 portes d’entrée valent toujours mieux qu’une ! Ce paragraphe permet alors d’attirer autrement les internautes et (surtout) d’autres !

Dans le prolongement de cette réflexion, cette façon de procédé a également un avantage en matière de référencement. Un paragraphe supplémentaire (souvent repris d’ailleurs avec l’article lui-même) est toujours une source de requêtes (et donc de trafic) complémentaire, surtout si ce contenu est un peu différent de celui de l’article. Dans le cas d’un résumé, on peut user et abuser des synonymes. Dans ce cas, le contenu sera thématiquement un peu différent, on n’y fera donc pas appel…

 

Je viens de vous détailler 2 méthodes différentes. Pour les expliquer, j’ai eu tendance à extrémiser le propos. La méthode que j’emploi régulièrement est un mélange des deux, même si elle est largement plus orientée sur la méthode « 2 » dont je viens de parler, plus « marketing »…

 

Et vous, quelle est votre méthode ? Vous les utilisez, ces « chapeaux introductifs » ?

 

Bonne journée ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marjev 15/10/2010 11:36



J'adhère aux deux techniques ! Ca dépend du sujet de l'article... en général je préfère accrocher avec une question, ou dire de quoi on va parler sans en dire trop, pour inciter à la lecture / au
clic. Effectivement, résumer tout l'article dans l'accroche n'a pas grand intérêt. Et je ne suis pas non plus pour reprendre un bout de l'article tel quel. Il faut varier et multiplier les portes
d'entrées. :)



CWM 15/10/2010 11:39



En effet ;-) Merci. 



Christophe BENOIT 14/10/2010 12:07



Dans ces fameux chapeaux, j'essaie pour ma part d'avoir un discours accrocheur comportant des mots clés et des idées proches du contenu de l'article mais pas similaire. Surtout pas de copier
coller ni de mini-résumé.



CWM 14/10/2010 12:53



Je comprends. Merci de votre commentaire ! 



Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher