2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 08:02

Bonjour à tous !

 

Vaste question qui rejoint celle-ci : est-il mieux que l'on parle de vous en mal ou que l'on ne parle pas de vous ?

 

L'exposition obligatoire du web

A partir du moment où vous êtes visible quelque part, vous êtes exposés ; le web n'est pas différent. Dure ambiguité : le principe de la communication et et du marketing est de vous mettre en avant mais si vous êtes devant, on vous verra plus et vous serez plus exposés ! Sur le web, tout va très vite, une réputation positive comme une réputation négative se font en quelques heures, réseaux sociaux et web 2,0 obligent...

 

On assiste en ce moment à un buzz sur l'e-reputation émanant d'un besoin de plus en plus pressant des entreprises. Beaucoup se posent des questions sur les effets d'une bonne ou mauvaise e-reputation, positifs comme négatifs. Que peut-on faire ? Faut-il embaucher un de ces nouveaux métiers, un community manager ? La question est cruciale !

 

Si l'on a vu, ces derniers mois, l'explosion des solutions marketing en ligne pour la promotion d'articles divers (vidéo, affiliation...), le pendant « négatif » débarque aussi...

 

Le web est un « monde » un peu « voyeur » et beaucoup « voyant » (!) où il faut être présent, visible, toujours sur le terrain, à l'affut de la moindre position à prendre sur un portail, un moteur de recherche, un blog... Une stratégie de communication et marketing efficace aura toujours pour objectif de vous offrir plus de visibilité et de la visibilité de qualité. Vous ne pouvez donc pas ne pas être visible.


Être invisible signifie forcément la mort de votre commerce.


Comment prendre à son compte la question de l'e-reputation ?

Vous devez donc supporter d'être exposé à des critiques (susceptibles et paranoïaques s'abstenir !). Mais pourquoi ne pas les devancer, les chercher pour apparaître toujours en quête d'améliorations, de bonifications, de conseils ? Toutes les entreprises qui se sont lancés dans des stratégies de visibilité et de travail sur leur e-reputation très tôt peuvent s'en réjouir. Par contre, les autres (la SNCF par exemple)...

 

On doit prendre en ligne de compte qu'une « mauvaise e-reputation » est possible mais il faut tout faire pour l'éviter, pour anticiper les conflits. Ne pas s'épancher professionnellement sur Twitter ou Facebook sans imaginer les effets possibles, rester mesuré sur ses propos restent des préconisations de base qui sont efficaces.

 

Finalement, on n'a pas le choix ! Une entreprise doit être vue pour exister. Il faut donc qu'elle se donne les moyens de jouer sur sa réputation en ligne. Et ça ne doit pas être réservé aux grandes entreprises ! Tout un chacun peut voir son image écornée par un commentaire désobligeant sur un forum lambda. Un chargé de communication web pourra remplir cet objectif (ou quelque soit le nom qu'on lui ait donné).

 

On parle actuellement très souvent de N. Sarkozy sur les médias , et plutôt en mal. Mais on parle de lui ! Il est tout le temps sur le devant de la scène ! Vous voyez où je veux en venir... De plus, il faut dissocier les types de réputations. Si l'on parle de vos produits ou de l'entreprise dans son ensemble en mauvais termes, cela n'aura pas la même incidence et ce devrai être traité différemment.

 

La réputation d'un site web ou celle d'une entreprise sont primordiales. Mais sans en faire trop, il suffit souvent d'une bonne volonté, d'une prise de conscience du « problème », de quelques outils et d'un peu de temps pour se lancer dans l'aventure. Par quelques conseils simples donnés par des professionnels, une réputation peut se jouer, pour de petites entreprises. Au delà, une personne externe ou non semble incontournable. Non seulement elle aura du temps à y consacrer mais, il faut l'espérer, les qualités requises pour un travail pertinent.

 

A lire :

http://www.archimag.com/fr/accueil-archimag/magazines/archimag-n225/outils/la-bonne-et-la-mauvaise-e-reputation.html

Bonne journée !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

amalbel 04/10/2009 22:13


Bonsoir et merci Pierre pour ce billet intéressant qui met l'accent sur l'intérêt et l’importance que suscite l'e-réputation.

Pour ma part, je pense que pour les grandes entreprises, la solution est d’avoir une personne dédiée au « community management» qui me semble être une partie intégrante des processus de
communication, marketing et de gestion de la relation client de chaque organisation.
Quant aux entreprises à taille humaine, l’apport des employés pourra soutenir les tendances de la réputation et la notoriété (réputation positive) de leur entreprise par le biais de leurs blogs et
de leurs profils sur les réseaux sociaux tout en répondant aux commentaires négatifs.

A très bientôt,

Amal


CWM 05/10/2009 09:15


Bonjour,

Merci de cette remarque.

Pour autant, je ne sais pas si, dans une grande entreprise, les employés en bas de l'échelle n'ont rien à voir avec la réputation de leur entreprise. Je pense que, si un chargé de communication web
gère la mise en place de la stratégie, elle doit s'appliquer à tous les membres d'une entreprise. C'est aussi ça l'entreprise 2.0, chaque salarié revet une importance particulière et a un rôle à
jouer dans l'établissement d'une réputation en ligne.


Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher