2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 06:37

Nous faisons de la sémiotique comme M. Jourdain faisait de la prose : sans le savoir…

 

 

Bonjour à tous !

 

Voilà notre cycle « Communication et sémiotique » qui s'achève... Mais je compte bien refaire de petites séquence sémio ou autre dans l'avenir ! Et comme toute bonne conclusion, je vais essayer de faire, dans cet article, le résumé de tous les autres.

 

Lé sémiotique est l'étude des systèmes de signes. Soit ! Mais qu'est ce qu'un signe ? (les choses les plus « primaires » sont bien souvent les plus difficiles à expliquer) Un signe est « quelque chose qui renvoie à autre chose ». Dans le concept du signe, il y a cette idée de transfert, de direction... La sémiologie de la communication ne s'intéresse qu'aux phénomènes de communication alors que la sémiologie de la signification englobe tous les signes. Pour cette dernière, tout est signe et objet d'étude, c'est le sens de « signe » pris au sens large (« quelque chose qui renvoie à autre chose »). Pour la sémiologie de la communication, on ajoutera « en exprimant la volonté de l'émetteur » ; cette différence est essentielle si on veut comprendre la base du système d'étude sémiotique.

 

Un site web est un objet de communication. Il fait donc basiquement partie des objets d'études de la sémiotique. C'est un système de signes ou plutôt un système de sous-systèmes hiérarchisés. L'interface graphique qu'est un site web est faite d'objets sémiotiques divers ; texte, images fixes et images mobiles... Le rapport entre ces différents objets est fondamental : chacun est un sous-système lui-même divisé en sous-systèmes et ainsi de suite qui possède un ensemble de valeurs sémantiques et interprétatives propre.

 

J'ai pris l'exemple des logos, des bannières, de la publicité ou d'une newsletter pour expliquer comment des systèmes communicatifs plus « petits » que des sites web entiers pouvaient avoir un impact sémantique et interprétatif voire émotionnel fort (un logo est un « petit » objet particulièrement dense sémiotiquement parlant). Ces exemples m'ont également permis de montrer comment se faisait une analyse sémiotique simple. Identifier les différents éléments du schéma de communication et leur impact envers l'objet d'étude, préciser le contexte spatio-temporel de sémantisation de l'objet et décrire le fonctionnement de l'objet et comment il fait sens.

 

Enfin, il me paraissait important de préciser que la sémiotique est une quête constante des apparitions du sens de comment il apparaît. Les valeurs sémantiques en jeu dans un système complexe comme un site web sont en constante tension. De fait, la contextualisation de ces valeurs sémantiques les font « pencher » dans un sens ou dans un autre... J'ai alors cherché à expliquer si un « référencement » ou une « stratégie de communication » pouvaient faire l'objet d'une étude sémiotique, autrement dit, si la sémiotique pouvait avoir un effet « préconisateur » ou seulement « analytique ».

 

Le code de la route, les médias, au boulot, chez vous... les signes sont partout. Tous ne sont pas agencés en système mais il est certain que nos sociétés baignent continuellement dedans. Si l'analyse sémiotique est préférentiellement « laissée » à des professionnels, la lecture de systèmes sémiotiques est une pratique courante et continuelle de chacun d'entre nous ; de même que la psychologie (souvent « sauvage ») est courante. Nous faisons tous de la sémiotique comme M. Jourdain faisait de la prose : sans le savoir...


La sémiotique est donc loin d'être une discipline « réservée » aux seuls universitaires, elle doit être, de mon point de vue, pour tout le monde et l'est par défaut (« lectures »). Si les analyses ou descriptions peuvent paraître complexe, voire le sont, tout le monde sait interpréter un rond rouge avec une barre blanche en son centre comme un « sens interdit » !

 

Merci de m'avoir suivi tout au long de cette série, je l'espère palpitante ;-)

 

Bonne journée !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hector 10/12/2012 07:59

merci bcp! c'est très lourd pour moi. cependant je reste plongé dans l'ombre d'un doute agaçant! quels sont les principaux points qui font la diference entre la semiologie de la communication et
celle de la signification? merci

CWM 10/12/2012 09:32



La volonté ou la conscience, essentiellement. La sémiologie de la signification s'intéresse aux signes émis volontairement, consciemment ou non (parole...). La sémiologie de la communication est
plus large et s'intéresse plus globalement à toute activité de communication. 


Merci !



hadjira 12/02/2011 10:15


bonjour monsieur pierre, La sémiotique c’est l’étude des systèmes de signes, et comme on le sait tout, dans notre vie quotidienne on fait pas mal des interprétations car les signes se trouvent
partout et chacun d’entre nous a la capacité et aussi la compétence d’interpréter, et l’interprétation n’est plus « réservée » aux seuls universitaires et intellectuels et les professionnalistes
mais elle s’appartient à toute personne peut voir ces signes et/ou peut les entendre, et va les interpréter toute de suite même s’il ne suit pas une démarche ou une méthode.


CWM 12/02/2011 15:12



Selon ce que vous dites, la sémiotique, en tant que discipline universitaire, ne sert à rien alors ? Je doute que beaucoup vous suivent...


La sémiotique n'est pas un science de l'interprétation mais des mécanismes de l'interprétation et de la construction d'un discours...



Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher