24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 07:05

Le fonctionnement d'un site web : une lutte constante de valeurs sémantique et interprétatives (carré sémiotique)

 

Bonjour à tous !

 

La sémiotique ne sert pas uniquement à décrire et analyser des publicités, bannières ou logos. Elle permet également de décrire et analyser le fonctionnement interprétatif d'objets sémiotiques plus complexes tel qu'un site web. On l'a un peu vu avec les newsletters (liens vers le post), un site web est un tout qui met en tension des valeurs sémantiques différentes. Cette mise en tension et cette « lutte constante » entre les qualités (au sens propre du terme) du lecteur et les volontés du webmaster créent le sens de l'objet d'information et de communication qu'est un site web.

 

Je voudrais, pas ce post, en dire un peu plus du fameux « carré sémiotique » qui nous vient du sémioticien A. J. Greimas. Le « carré » a fait couler beaucoup d'encre car il est une des choses les plus « concrètes » et « palpables » de la sémiotique textuelle souvent considérée comme « obscure ».

 

La carré sémiotique (comme le modèle actanciel de Greimas) sont des propositions théoriques majeures. Prenons un exemple théorique basique pour commencer. Ce modèle théorique tente de confronter les « valeurs » d'un acteur (un personnage comme un objet, comme une pensée) et de préciser leur interaction. La valeur en 1 trouve son contraire en 2, son complémentaire en 3 et son contradictoire en 4. Ce modèle a été créé pour définir au mieux les « tensions » entre les acteurs et proposer une « solution » sémantique viable.

 

 

Pour expliquer cela plus précisément (je sens bien que j'en ai déjà perdu plusieurs...), prenons un exemple. La sémiotique textuelle a, dès le début, beaucoup travaillé sur des corpus textuels issus de contes ou de textes bibliques. Dans Cendrillon s'opposent un certain nombre de valeurs à différents niveaux.

 

 

  • En premier, on a la valeur « bonté » (1) dont fait preuve Cendrillon. Elle est le sujet du conte, son centre, son acteur principal.
  • On spécifie alors son contraire : la « méchanceté » (2) dont font preuve ses soeurs (elles fomentent contre Cendrillon)
  • Ensuite le contradictoire de la « méchanceté », la « non-méchanceté » (3) dont fait preuve le prince (aucune méchanceté envers qui que ce soit) ; le prince est le contradictoire des soeurs dans le sens où il apporte des valeurs sémantiques positives à Cendrillon alors que les soeurs n'apportent que des valeurs sémantiques négatives.
  • Enfin le contradictoire de la « bonté », la « non-bonté » (4) caractérisé par la mère (elle n'est pas bonne).

Les soeurs sont en relation de complémentarité avec la mère dans leur rôle d'opposantes à la réussite du projet de Cendrillon (à droite dans le schéma) de la même façon que Cendrillon est en relation de complémentarité avec le prince qui sont dans la partie « positive » du schéma (à gauche).

 

Le carré sémiotique, s'il est relativement simple à utiliser, doit être rigoureusement défini pour ne pas lui faire dire n'importe quoi. Il doit toujours s'adapter sur un même niveau narratif et énonciatif.

 

Pour un autre support, le principe est strictement le même. Il s'agit d'un support de communication dans lequel on retrouve tous les éléments essentiels à une analyse narrative (acteurs, figures...). Prenons une des images que nous avions choisies pour l'article sur la publicité.

 

 

Nous pouvons par exemple (et il pourrait y en avoir beaucoup d'autres) bâtir le schéma suivant :

 

 

Dans ce shéma, on trouve une relation de complémentarité entre, d'un côté, l'« emprisonnement » (symbolisé par les menottes) et le « régime chinois » (non symbolisé ici, in absentia) et, de l'autre côté, la « liberté » (non symbolisé ici, in absentia) et les « JO » (symbolisé par les cinq anneaux entrelacés).

 

L'utilisation de ce genre d'outil permet de définir clairement les valeurs de dénotation ou de connotation sur un texte (au sens large). S'il ne s'agit toujours pas de porter un jugement, on peut décrire et analyser habilement toute communication à partir d'outils comme celui-ci.

 

Ces explications sont bien trop simplistes et rapides pour expliquer le carré sémiotique de Greimas et Courtès mais j'espère que cela aura pu au moins donner une idée. Pour plus de détails, n'hésitez pas à consulter les liens suivant : 

 

 

http://www.signosemio.com/greimas/carresemiotique.asp

 

http://www.groupereflect.net/blog/archives/2005/le_carra_samiot.html

 


Bonne journée !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

4barbes 28/07/2010 21:11



Le carré sémiotique est en réalité plus complet que l'exemple illustre. Mais c'est sabs doute pour la lisibilité du post. On a l'impression cependant que qqn a mélangé les cartes et confondu le
schéma narratif et le carré sémiotique.


Mais c'est une analyse très intéressante...



CWM 02/08/2010 11:07



Bonjour, et merci du commentaire ! 


Les contraintes de lisibilité sont en effet fortes...



Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher