17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 13:30

Le fonctionnement d'un site web : le fonctionnement d'une bannière publicitaire

 

Bonjour à tous !

Une bannière publicitaire est un encart graphique, textuel visant à faire de la publicité à votre site sur d'autres sites ou le vôtre. Cela peut donner lieu à des systèmes d'affiliation ou simplement à une expression graphique différente de celle de votre logo. La différence d'avec un logo n'est pas énorme mais pourtant bien réelle. La bannière et le logo partage tous les deux la qualité de représentation d'un site (même si le logo représente l'entreprise éditrice du site) mais ils se différencient sur l'objectif recherché : le logo doit être envisagé comme étant à destination de tous alors que la bannière est faite pour une cible précise comme une publicité.

 

Une fois de plus, nous prendrons plusieurs exemples tirés du web.

 


La première : bannière « Solidays »

 

 

Cette bannière est une sorte d'extension du logo « solidays » 2009 (que l'on peu trouver là : http://www.suchablog.com/wp-content/uploads/2009/03/logo-solidays-2009.jpg).Elle en est très proche (personnage recentré et nom) ; elle pourrait être prise pour un logo classique. Sauf que... son format s'adapte à un site web et il ne s'agit pas d'un format classique de logo (souvent carré). Cette différence est plus importante que l'on croit car cela a pour conséquence de cibler les lieux de dépôt de la bannière ce qui est, comme on l'a vu un différente essentielle entre le logo et la bannière (et qui dit « lieu » différent dit aussi « public » visé différent...).

 

 

La deuxième : bannière « Ecotourisme »

 

 

Celle-ci présente un objectif un peu différent. Elle permet de présenter un événement particulier.  Les images ne sont qu'illustratives et n'apportent rien de nouveau au message.

 

 

La bannière Cybercité : un fleuron ?

 


Cette bannière, que l'on trouve en haut du site, se décompose en plusieurs versions (5 « règles ») exprimant chacune plusieurs arguments commerciaux.

  • Règle n°1 : « un site web original ne suffit pas »
  • Règle n°2 : « solutions pour objectifs ambitieux »
  • Règle n°3 : « pour votre référencement, choisissez aussi un spécialiste »
  • Règle n°5 : « dès demain sur Google, Yahoo et les autres »
  • Règle n°6 : « connaître ses classiques et savoir innover ! »

Chacune de ces bannières fonctionne sur un système tripartite simple. Dans cette bannière, le texte 1 (en plus gros et en gras, « êtes-vous prêts à vous démarquer ? » dans l'exemple) constitue la base du système argumentatif. L'image dans l'exemple 1 n'est que là dans une position de relai du texte. Elle est basée sur l'opposition des connotations de l'homme barbu et tatoué, lié à un « monde » précis et de la « tasse de thé » et des « boucles d'oreille », lié à un autre « monde ». Cette opposition crée le décalage humouristique et reprend le « Signifié » « démarquer ». Le texte 2 (plus petit en bas à droite) a une fonction d'ancrage et insère la phrase dans le bon contexte (création web et référencement).

 

Dans cet exemple, l'image est très forte et pose un problème d'équilibre narratif dans la bannière toute entière. Si l'image a un impact trop fort, on en vient à moins bien lire le texte et l'effet est gâché.

 

 

Cet exemple est basé sur le même principe sauf que la partie « image » est divisée en 2. Ici le texte est plus long et plus fort. Pas besoin de « lire » l'image, le « dentiste » est un « dentiste » et ne fait que reprendre le concept sous-jacent de « l'opération dentaire », pas de système d'opposition à lire dans l'image. Le texte 1 est ici basé une un système argumentatif élémentaire : le syllogisme (Platon est un philosophe, je suis philosophe donc je suis Platon). Argument 1 : « Vous avez mal aux dents » (= votre site est mal référencé) ; Argument 2 : « quand vous avez mal aux dents, vous allez voir le dentiste » (= quand votre site est mal référencé, vous allez voir un référenceur) ; Argument 3 (in absentia, absent): « venez nous voir ».

 

Un deuxième système argumentatif est « posé » sur le premier : « généraliste » = référenceur « moyen » ; « dentiste » (spécialiste) = référenceur professionnel. Un nouveau syllogisme : Argument 1 = « vous avez un problème de référencement » (in absentia) ; Argument 2 = «  vous allez voir un spécialiste » ; Argument 3 : « venez nous voir » (élément sous-jacent lié à l'autorité publicitaire : « nous sommes des spécialiste du référencement »).

 

Aux différentes étapes se trouvent d'autres éléments sous-jacents, de non-dits culturels ou sociaux que je pourrais plus détailler mais je suis sûr que vous avez compris où je voulais en venir !

 

A la différence des deux premières bannières, cette « suite » se veut narrative, elle raconte quelque chose, elle explique les qualités d'un produit ou d'une entreprise. Elle répond aux valeurs essentielles d'une publicité.

 

N'hésitez pas si vous avez des questions !

 

Bonne journée !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elodie 21/08/2009 09:58

Très intéressant ! Notamment le raisonnement syllogistique in absentia ... Merci !

Présentation

  • : Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • Le blog de CWM : communication, webmarketing et référencement
  • : Conseils pour les acteurs du web, référencement, communication web, réseaux sociaux, visibilité et stratégie
  • Contact

Pour suivre CWM :

Rechercher